samedi 19 novembre 2011

L'allumeur de réverbères


Le petit prince ne parvenait pas à s’expliquer à quoi pouvaient servir, quelque part dans le ciel, sur une planète sans maison ni population, un réverbère et un allumeur de réverbères.


Dans les feux de l'Automne


À partir de la fin Septembre, la durée du jour diminue à vue d'œil.
Dans les rues les lampadaires s'allument de plus en plus tôt.

À sa manière,
l'Automne est un allumeur de réverbères.




Pensif

L'automne est une saison propice à la méditation




Ombre lumineuse



Petit intermède en attendant la suite d'Avignon vue par les peintres.
À bientôt



©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2011

44 commentaires :

  1. le réverbère pensif ..victime d'un camion..! :)

    RépondreSupprimer
  2. @ ELFI

    Peu de camions passent par là. Par contre, il y a un bus qui emprunte cette rue étroite (et en pente) plusieurs fois par jour... ;-)

    RépondreSupprimer
  3. L'image que vous avez choisie pour vous représenter montre un certain attachement pour les réverbères...ou pour Magritte?

    Ici, nous avons de surcroît récemment changé l'heure avec le résultat qu'il fait nuit dès 16h30! Les lumières de Noël viendront bientôt peupler l'obscurité, mais, pour le moment, c'est plutôt lugubre...
    Bon dimanche à vous!

    RépondreSupprimer
  4. @ MARIE-JOSÉE

    Les deux ! mais le réverbère gagnant d'une bonne longueur. J'ignore d'où me vient cet amour pour les lanternes et les réverbères. En y réfléchissant, je pense qu'il a pris naissance lors d'un petit séjour à Paris "la ville lumière", quand j'avais quatre ou cinq ans.

    Dans nos rues, les décorations de fin d'année sont déjà accrochées aux lampadaires. Dès le 1er décembre elles seront allumées.
    Bonne soirée et bon dimanche à vous aussi

    RépondreSupprimer
  5. Certains sont de vrais ornements de ville...

    Bon dimanche. Bises x 2

    RépondreSupprimer
  6. J´aime bien "l´automne est à sa façon, un allumeur de réverbères." Nous t´attendons pour la suite "Avignon".
    Il est vrai, c´est une ville avec un passé très riche.

    RépondreSupprimer
  7. Des colombages, un réverbère, son ombre lumineuse, ta dernière image a tout me plaire. Elle me permettra d'attendre le prochain billet à la lumière d'Avignon.

    RépondreSupprimer
  8. Sujet plaisant ! On se prend à imaginer en trouver d'autres légendés tels le "pensif" : hautain, ombrageux, ténébreux, timide, malade, etc.
    À suivre donc !

    RépondreSupprimer
  9. Un billet plein de poésie .. en attendant Avignon!

    RépondreSupprimer
  10. Est-ce qu'il y aurait de la mélancolie dans l'air?

    RépondreSupprimer
  11. @ PATRIARCH

    Tu as peut-être connu une des usines Antoine Durenne à Bar-le-Duc, Sommevoire, Wassy ou au Val d'Osne... La fonderie d'Art perdure de nos jours sous le nom de GHM (Générale Hydraulique et Mécanique) et il y a toujours de belles lanternes dans leur catalogue.
    Bon lundi et bises



    @ ALBA

    Il me semble que des quatre saisons, c'est l'automne qui a le plus inspiré les poètes. La suite d'Avignon est en chantier, mais le travail n'avance guère, je me disperse trop !



    @ JEANDLER

    As-tu remarqué les cabochons de céramique ? il y en a une rangée tout du long sous l'avancée du toit. Il s'agit d'une de ces maisons regroupées sous l'appellation "pittoresque". En plus de ses colombages, elle est dotée d'un pignon gothique charpentier et de lucarnes assorties. Je la publierai un de ces jours, dans le cadre d'un article sur le style en question.



    @ │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│

    Et si tu faisais une série "Avant-Après" sur les éclairages d'Avignon ? ça devrait être possible, je pense...
    Les sept nains en réverbères, par contre, ça risque de ne pas être fastoche pour moi ;-)



    @ CLAUDIALUCIA

    Encore un peu de patience, mon réverbère est en panne de gaz !



    @DÉTAILS

    Mélancolie ? non. Mais flemmardise, un peu :D

    RépondreSupprimer
  12. La lumière au bout du chemin ...

    RépondreSupprimer
  13. Tu me fais penser à mon Papa, Tilia.
    Il travaillait en usine sur une machine et cela ne se passait pas comme il voulait. Il en dormait très mal et un soir décida de prendre du belladénalde pour dormir. Seulement il a pris 7 cachet d'un coup. Ce que mamère saura seulement le lendemain.
    Dans la nuit il allume sa lampe de chevet et ma mère le trouve assis en train de regarder le mur au pied du lit.
    Ma mère : " Qu'est-ce-tu fais ?"
    Mon Père : "Je regarde".
    Ma mère : "Tu regardes quoi ?"
    Mon Père : "La petite patte".
    Ma mère, Quelle petite patte ?"
    Mon père : La petite patte de l'allumeur"
    Ma mère : "Quel allumeur ?"
    Et là, mon père lui répond en se fichant à moitié d'elle alors qu'il était complètement dans le potage :
    "Pas l'allumeur de réverbères, bien sûr !"

    RépondreSupprimer
  14. Plein de poésie qui me parle...Les couleurs d'automne, le ciel, une jolie façade et l'ombre du réverbère
    qui rappelle en plein jour qu'il sera protecteur à la tombée de la nuit.
    Vaincre la peur du noir, de l'ombre, en accrochant son regard aux possibles lumières comme l'éclairage des réverbères et garder l'espoir comme le petit prince.
    C'est beau!

    RépondreSupprimer
  15. Je connais celle de Bar-le-Duc, puisque je suis de Verdun et j'ai travaillé plusieurs fois à Bar-le- Duc en 48-49 Pour une entreprise de bâtiment de Verdun.

    Mais je n'ai pas visiter...Bises

    RépondreSupprimer
  16. Quel joli métier que celui d'allumeur de rêves d'Herbert.

    RépondreSupprimer
  17. @ PAT

    Quand j'étais enfant, le seul réverbère digne de ce nom se trouvait à l'entrée de l'impasse où j'habitais. Depuis ma fenêtre, je l'apercevais effectivement brillant au bout de la ruelle



    @ CLAUDE

    Rétrospectivement inquiétante ton anecdote familiale : le belladénal (mélange de belladone et de phénobarbital) est un barbiturique qui, à pareille dose, aurait pu endormir définitivement quelqu'un de moins résistant que ton Papa !
    Ton souvenir me touche et je te remercie de me l'avoir confié. Je trouve "la petite patte de l'allumeur" aussi poétique, car aussi décalée par rapport à la réalité, que l'histoire de l'allumeur de réverbère du Petit Prince.
    Mais quand j'y réfléchi, je pense que ce décalage n'est qu'une apparence. En fait, il n'était pas tellement "dans le potage", ton Papa. Après avoir "digéré" ses 7 cachets, il s'était réveillé et repensait encore à son travail. Nul doute que c'est la petite patte de l'allumeur qui posait réellement un problème sur sa machine.



    @ CHEMINEZENLAIR

    Oui, tu as mille fois raisons. Sauvegardons l'espoir qui brille dans la nuit comme un prémice du retour de la lumière diurne. La poésie du quotidien fait partie de ces petites lueurs qui nous aide à vivre. Merci pour ce gentil message.

    RépondreSupprimer
  18. @ CHRI

    Le seul Herbert de ma connaissance n'était pas un rêveur, mais quel beau métier, tout de même !

    Vous avez posté votre message, pile au moment où je cliquais sur "publier commentaire" :-)

    RépondreSupprimer
  19. @ AVIGNON

    Sincèrement, je préfère le message de cet Herbert là :)

    RépondreSupprimer
  20. Merci de ton com sur ma petite histoire. Il parait que mon Papa avait répondu à Maman, pour la chute, sur un ton très ironique.
    Le lendemain, il ne se rappelait plus de rien.
    Merci aussi pour tes explications sur l'architecture des belles maisons de Mer-les-Bains. Malheureusement ce n'est plus l'architecture de maintenant.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour Tilia !
    Pour la "lampe à pétrole", on veut la changer, mettre qq chose de plus moderne et qui éclaire mieux.
    La plaque de cuisson a été momentanément enlevée pour éviter de marcher dessus pour enlever la hotte.

    RépondreSupprimer
  22. Il y avait des allumeurs à Avignon ! 200 environs. Je ne retrouve plus cette carte postale de la place Carnot qui nous montre un de ces personnages la longue perche à la main, à côté de l'horloge qui avait remplacé la "Vénus" de Charpentier exilée au Rocher des Doms. A trouver dans nos archives ?

    RépondreSupprimer
  23. @ CLAUDE

    Si vous changez la suspension, vous changez aussi la tapisserie, je pense ;-)

    RépondreSupprimer
  24. @ LOU RAVI

    Oui, je me souviens parfaitement de cette carte postale, mais la recherche dans les Archives municipales ne donne rien... Pas trop le temps de creuser plus avant

    RépondreSupprimer
  25. A moins que ce ne soit allumeur de vrais berbères...
    Pardon!

    RépondreSupprimer
  26. @ CHRI

    ou allumeur de raies vers Berre !...

    RépondreSupprimer
  27. Ou de revers de bear...
    Les cheveux commencent à être salement étirés.

    RépondreSupprimer
  28. Bonjour Tilia.
    Merci pour le lien qui me transporte au temps om les femmes n'avait point ni de machine à laver, ni à sécher.
    Ce sont de bien jolies peintures dont une, qui n'est pas de lui, me fait penser aux oeuvres de Julien Dupré.
    Tu sais, la bouilloire et le fourneau, quel beau et si réel poème, me font penser au fourneau de mon arrière Grand-Mère, planté au milieu de la pièce commune.
    Je recherche mon billet, comme dit Nathalie, que j'avais fait sur les lavoirs.
    Le lavoir de la petite rivière consistait en seulement une planche de bois, point de mur, point de toit.
    Le cherche aussi celui, le billet, sur le village de Beaulieu sur Loir, où il y a un beau lavoir restauré.
    A plus tard donc et encore merci de m'avoir fait entrer dans ton grenier.

    Pour répondre à ta question sur ma suspension de la cuisine et la tapisserie, je pense qu'on ne va pas la changer de suite. Mon Chéri veut faire autres travaux avant.
    Je lui ai dit qu'elle te plaisait( pas la tapisserie mais la suspension), il m'a répondu, taka lui donner, Je lui ai répondu que tu habitais à Avignon.

    RépondreSupprimer
  29. Malgré que plusieurs amis blogueurs ont tenté de m'expliquer comment mettre un lien dans un commentaire, je n'y arrive toujours pas. Je dois être un peu nunuche sur les bords.

    Lavoirs sarthois
    http://du-four-au-jardin-et-mes-dix-doigts.blogspot.com/2010/04/l-comme.html

    Lavoir du Berry
    http://du-four-au-jardin-et-mes-dix-doigts.blogspot.com/2010/09/berry-5.html

    Julien Dupré
    http://du-four-au-jardin-et-mes-dix-doigts.blogspot.com/2011/08/httpwww.html

    Tiens, puisque j'ai du temps, je m'en va essayer encore une fois.

    mot vérificateur : horlog
    C'est rigolo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claude , tu as fait des progrès depuis, moi, toujours pas !

      Supprimer
  30. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  31. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  32. J'ai fais deux essais qui n'ont pas marché. Je me suis creusé la cervelle et j'ai enfin trouvé.

    Lavoirs Sarthois

    Lavoir du Berry

    Julien Dupré

    RépondreSupprimer
  33. Et la lumière fut....
    Un billet simplement éclairé et j'aime....
    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
  34. @ CLAUDE

    Merci pour ton échange de souvenirs fort sympathique. Je suis heureuse de voir que nous avons en commun l'amour des arts, traditions et métiers d'antan.

    Bravo pour ta persévérance ! tu as fini par réussir, preuve que l'opiniâtreté n'est pas forcément un défaut ;-)

    Merci aussi pour les liens vers les lavoirs de Sarthe. Ils ne sont pas encore répertoriés dans Les Lavoirs de France ni dans Passion des Lavoirs.

    Julien Dupré, je me souviens de ton billet, j'y ai même laissé un commentaire (ou plutôt 2 : j'avais cliqué 2 fois !).

    Bises et bon dimanche, Claude, à bientôt

    RépondreSupprimer
  35. @ ENITRAM

    Merci, je suis fascinée par les lumières nocturnes !
    Bel et bon dimanche chez toi
    Bisous

    RépondreSupprimer
  36. votre citation du petit prince et vos photos romantiques de réverbères sont tellement poétiques....inspirantes même..

    Puis-je,à mon tour, vous présenter
    un extraordinaire allumeur de rêve du Québec, Canada
    par la scène, poète-conteur...
    véritable réberbère sur deux pattes en plein jour:)))

    ENTRE MONTREAL ET PARIS
    SIMON GAUTHIER
    LE VAGABOND CELESTE

    courriel de Simon Gauthier
    du 3 avril 2013
    le lendemain de son spectacle
    LE VAGABOND CELESTE
    à la maison de la culture
    cote des neiges, montreal

    Salut Pierrot,

    Tu dormais mon cher,
    sur ta paillasse
    hier au soir
    tu dormais sur la plancher
    de ton ami chansonnier

    tu dors dans les draps de ton doctorat

    pendant que je conte
    l’histoire de cet homme vagabond
    de cet écho de ta vie
    de cet inspirant récit
    d’un homme voyageur
    vêtu de lumière

    Pendant que le vagabond céleste marche
    parmi les étoiles
    tu peux dormir mon ami
    tu peux dormir

    dans l’esprit des gens
    réunis,
    tinte tinte les clefs
    tinte
    tinte
    le rêve
    Le vagabond céleste
    habille de chaleur

    le corps désir de ceux qui rêvent et de ceux qui pleurent
    ceux qui rêvent et de ceux qui pleurent

    Bonne journée Pierrot

    Simon

    ——

    réponse de Pierrot

    Cher Simon

    Oui, hier soir, je dormais avec, dans mes bras, la biographie de Cervantes
    de Jean Canavaggio. Ce Cervantes qui a écrit Don Quichotte à 53 ans alors qu’il était en prison et qu’il lui manquait un bras.Qui aujourd’hui ferait confiance à un homme de 53 ans en prison à qui il manque un bras?:))))) Seul un impossible rêve permet un tel surgissement d’impossible réalité.

    On m’a rapporté l’immense délicatesse artistique avec laquelle tu redonnes
    espoir à ceux et celles qui écoutent le conteur-poète de la Côte nord.Autant Mon ami Woodart que mon compère de bibliothèque Raymond le philosophe ont été invités par ta passion de passeur de rêves à naviguer vers leur rêve personnel. Tu as fait de ma démarche un conte post-moderne qui risque d’enflammer les humains comme des lampadaires. Tu es vraiment devenu un allumeur de coeurs-réverbères. Woodart a été plus qu’épaté. Lui qui me connait à l’usure depuis 40 ans, il a noté ta force à coudre des tableaux de mots par de la lumière de rêve dans laquelle il a reconnu ta signature d’une très grande maturité créatrice.

    Une vie d’artiste, c’est une longue marche
    et je te vois enjamber des continents
    un flambeau à la main.

    Mes 64 ans bien au calme
    dans leurs bottines
    qui se préparent à repartir le 15 juin
    saouls de liberté, te souhaitent

    Bonne route internationale camarade, car,
    comme Félix Leclerc, un jour, le succès t’attendra
    ici au Québec à un de tes retours d’Europe.

    Pierrot
    www.enracontantpierrot.blogspot.com
    www.reveursequitables.com
    www.simongauthier.com

    sur youtube
    simon gauthier conteur video vagabond celeste

    longue vie à vous
    et à votre blogue :)))

    Pierrot

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Pierrot, pour votre appréciation positive de ce modeste grenier, où je suis heureuse de vous accueillir.
      Je viens de voir la vidéo de Simon.
      Votre histoire fait effectivement rêver. J'admire le courage de celui qui décide du jour au lendemain de tout quitter pour chausser ses bottes et se mettre en chemin pour aller à la rencontre des rêves des autres tout en poursuivant le sien.
      Que la providence vous accompagne tout au long de vos périples et vous garde de tout danger.
      Longue vie à vous et à vos rêves
      Cordialement
      Tilia
      Ps : le Don Quichotte de Cervantès fait partie de mes livres préférés

      Supprimer
  37. p.s.

    peut-être aurez-vous l'occasion
    d'assister à sa prestation

    PARIS

    SIMON GAUTHIER
    CONTEUR INTERNATIONAL DU QUEBEC
    SPECTACLE "LE VAGABOND CELESTE"

    25 MAI 2013,
    21 H À 22H 30
    LE PETIT NEY
    10 AVENUE PORTE-MONTMARTRE

    PARIS

    -------

    puis-je aussi me permettre de vous partager
    son courriel du 1ER MARS 2013

    --------

    Allo Pierrot, je suis en France.
    Je rentre demain au Québec.

    Il fait froid et humide partout, même dans les lieux publics. Il fait gris et un brin de soleil redonnerait du tonus à tout le monde!

    Je voulais te dire que j'ai raconté (ou plutôt) le vagabond céleste est passé et a été entendu
    à Quévin (près de LOrient en Bretagne)
    Il a été entendu à la prison de Béthune (Nord de la France) et pas un prisonnier ne s'est levé durant le spectacle (comme il est de coutume) les
    gardiens mon dit que c'est la première fois qu'ils voyaient ca!)

    et le Vagabond à passé à Lille avec son et éclairage, 3 rappels!
    Les gens sont restés longtemps
    et plusieurs larmes d'espoir brillaient dans le noir.

    Plusieurs messages me sont parvenus pour te dire merci!
    Merci!
    Merci!
    ++++

    Autrement la tournée me rentre dans le corps. Un bon brin de fatigue et de
    grippe à la gorge.
    De bonnes tisanes et des amis pour guérir
    +

    +++
    J'espère que tu vas bien et que ton travail de vulgarisateur âme, société,
    gens et pays oeuvre d'art
    va bien!

    On se voit sous-peu
    en mars, si la vie le veut!
    pour aller plus loin!

    Bonne journée
    Simon :+)

    -----

    REPONSE DE PIERROT
    A SIMON GAUTHIER
    CONTEUR INTERNATIONAL DU QUEBEC

    Cher Simon

    Je te prédis un succès international
    parce que tu es un poète-passeur:)))

    Bravo Simon
    longue vie à ta vie d'artiste
    et de conteur international

    RépondreSupprimer
  38. Bonjour Tilia, de nos jours plus modernes mais comme les anciens bien utiles pour y voir de nuit... Merci, bises de jll

    RépondreSupprimer
  39. Merci!
    Belles photos aux légendes pleine de charme et de fantaisie.

    Je ne connaissais pas, ton "grenier," en ce temps là.
    Le réverbère, c'est ton logo, ton avatar, ton dada, ton grigi, ton doudou, ton chouchou...
    Et pourtant, il ne semble pas figurer dans les libellés.
    En as-tu fait d'autres photos ?
    Il y a eu une époque où je "collectionnais" girouettes et boîtes aux lettres, les lanternes et les réverbères sont sans doute plus rares: à VOIR !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien raison, MissY, de me faire remarquer l'absence de libellé "Réverbères". J'y ai pensé hier en recherchant cet ancien billet. Je vais donc de ce pas ajouter à la liste "Réverbères et Lanternes" (pour moi les deux sont indissociables) et j'en publierai certainement d'autres à l'occasion.

      Supprimer
  40. Idée à suivre-dans tous les sens du terme!

    RépondreSupprimer