dimanche 6 mai 2012

À vous de jouer, 1

Toujours dans le domaine de la peinture,
aujourd'hui, je tente une nouvelle formule.
J'espère qu'elle vous plaira.

Ce que je vous demande, si vous voulez bien participer à ce petit jeu, c'est tout simplement de regarder le tableau et dire ce qu'il évoque pour vous.


Femme fouillant dans un placard
Félix Vallotton - 1900
(collection privée)



Certain(e)s parmi vous auront reconnu ce tableau et comme son titre est très explicite, je le laisse pour l'instant sans légende afin de ne pas vous influencer. Pour la même raison, les commentaires demeureront cachés pendant quelques jours.

Le but du jeu n'est pas de deviner le nom du peintre ni le titre du tableau, mais si vous les connaissez, indiquez les.

Les plus inspiré(e) d'entre vous pourront broder un petit scénario ou raconter un souvenir se rapportant à la scène représentée. Mon intention étant de publier ci-dessous le commentaire le plus pertinent, ainsi que le plus talentueux et le plus original.


Alors, à vos claviers, et bon dimanche à toutes et à tous !


EDIT du mercredi 9 Mai à 17 heures

Les commentaires ont été publiés ce jour vers treize heures.
Ils étaient au nombre de treize (nombre porte-bonheur pour moi), le treizième étant celui de
ˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉ
alias Avignon, qui a préféré ne rien écrire avant d'avoir lu le texte des commentaires précédents.

Comme prévu, voici le résultat de ce petit jeu littéraire autour du tableau Femme fouillant dans un placard, peint par Félix Vallotton au cours de l'année 1900.

Palme du commentaire le plus pertinent
C´est le printemps, rangeons les armoires.
Mais, où l´ai-je donc caché ?

Alba a bien saisi la relation de ce tableau avec la saison en cours, traditionnellement celle des "grands nettoyages de printemps".

Palme du commentaire le plus talentueux
«Mais où ai-je donc rangé cela? Il me semblait pourtant bien l'avoir mis dans cette boîte...
-Maman, j'ai faim!
-Une minute!
-Non, tout de suite!
-Prends des biscuits sur la table, et j'arrive pour la lait dans une seconde.
Pourtant, ça ne doit pas être loin...
On entend un bruit de chute métallique! La plaque de biscuits, travail de l'après-midi, vient de basculer. Petit garçon et grand chien s'en donnent à coeur joie dans la cuisine.
Bon... même si je retrouve mon matériel d'aquarelle, m'est avis que je n'aurai de toute manière pas le temps de m'en servir!

Sketch signé Marie-Josée.

Palme du commentaire le plus original
Dire qu'à la fin de tout, notre vie toute entière tiendra dans une boite en carton. Dire qu'on pourra la ranger dans une armoire entre les piles de draps frais repassés...
Signé Chri, ce commentaire empreint de mélancolie automnale se singularise par son décalage avec le calendrier.


Un grand bravo à toutes et à tous pour vos commentaires passionnants (auxquels je vais répondre individuellement). Je vous remercie chaleureusement pour votre participation à ce petit jeu qui, vu son succès, sera renouvelé périodiquement.



©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2012

45 commentaires :

  1. C´est le printemps, rangeons les armoires.

    Mais, où l´ai-je donc caché ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo, Alba, pour ta perspicacité !

      Supprimer
  2. Je suis vraiment nul en dessin.... Beau dimanche avec bises de nous deux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nul en dessin ? mais pas en thème !...
      Bises à partager avec ta douce épouse

      Supprimer
  3. la lessive, le domaine de la femme, encore et encore...
    à quand l'égalité véritable ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand il y aura des robots ménagers suffisamment perfectionnés. Quoique... j'en connais qui se débrouilleront toujours pour laisser la femme se charger de la programmation du cyberdomestique :(

      Supprimer
  4. Voilà le titre que je donnerais : "La découverte du monde caché" Explication : Dans le bas de cette armoire vit depuis des années une familee de trolls, ils étaient plutôt traquiles jusqu'au jour où...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue au grenier, Jeanmi ! et merci pour votre participation.
      Des trolls dans une armoire ? ça ne va pas être de tout repos cette histoire !...

      Supprimer
  5. Que cherche-t-elle au fond du placard ? Une lettre secrète dans cette grande boîte en bois ?
    Je ne sais pas du tout l'auteur de cette peinture ! Merci Tilia pour compléter souvent mes connaissances picturales !
    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi d'avoir participé.
      Je suis tentée de rapprocher ton commentaire de celui de Jeandler qui, lui aussi, imagine que des écrits se trouvent remisés dans ce mystérieux placard.
      Bises et à bientôt

      Supprimer
  6. Coucou Tilia !

    Aaaaaah un jeu ! Un jeu dont tu as le secret et ça, j'adore ! Il s'agit d'un tableau de Vallotton, je crois qu'il s'appelle "femme devant une armoire" ou "cherchant dans une armoire", (je ne sais plus, mais je ne triche surtout pas !), ce qu'il évoque à la perfection : la recherche d'un objet ou d'un vêtement dans les méandres d'une armoire, (ce qui m'arrive souvent dans mon dressing lol Aie aie ! Mon T-shirt vintage gris...Ouiinnnn où est-il ? J'étais sure de l'avoir rangé ici, m'enfin il était lààààà ! Et pourquoi il n'y est plus ? Comme si un lutin rusé était venu tout déplacer et surtout cacher LE vêtement que l'on cherche lol avec la tête de linotte que j'ai tu peux imaginer aisémmment que la chose arrive frequement chez moi ! lol)
    On remarque la totale panique dans la silhouette de la femme, mains sur la tête, "où ai-je mis ce truc là ! lol"
    En fait l'accent, la lumière est faite sur le contenu de l'armoire, la femme reste en ombre chinoise, comme un personnage secondaire... Lumière sur le mystère à éclaircir... Cela veut-il dire qu'elle va trouver ce qu'elle cherche ?

    Bisous Tilia et bon dimanche, merci pour ton imagination fertile à concocter des jeux, ah j'adore ! c'est Sympa !

    Nathanaëlle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo Nathanaëlle ! toi seule a reconnu ce tableau de Vallotton.
      J'adore la manière dont tu racontes tes démêlés avec ton dressing.
      C'est comme quand je farfouille entre tous les vêtements sur cintres serrés comme des sardines dans mes penderies, à tel point que je mets souvent un bon quart d'heure avant de découvrir où se cache celui que je cherche :D
      Pour moi ce tableau est fascinant par son mystère. Tout le monde imagine ce que peut bien faire cette femme accroupie au bas de son placard, mais personne ne peut le savoir réellement.
      Merci pour ton amusante et charmante participation.
      Bisous, Nath et à très bientôt

      Supprimer
  7. La douceur du temps
    Le silence en solitude
    Ombrage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Souvenirs enfouis au fond d'un placard
      sous le halo de la lampe
      le passé resurgit

      Supprimer
  8. Voici un petit jeu qui n'est pas pour me déplaire.
    Bien sûr, je n'ai aucune idée de l'auteur de ce tableau mais il donne une ambiance feutrée... Mais qu'est-elle en train de chercher ?

    Voici donc ma "prose"...


    L’ARMOIRE

    Il est une armoire qui me donne bien du fil à retordre.
    Comme le lieu est étroit, il faut pousser un brin la table de nuit contre le lit pour pouvoir ouvrir la porte et avoir un bref aperçu du contenu… Lequel contenu, la porte une fois ouverte, n’a plus qu’une seule envie… s’échapper de l’endroit où il est stocké depuis pas mal d’années.

    Bref, vous vous en doutez, c’est une armoire où ne règne pas l’ordre paisible des piles de linge bien rangé, des grands draps et les petits draps revendiquant chacun LA place de choix spécialement aménagée, sans mélanger les serviettes et les torchons.

    Allez, j’ai encore quelque chose à ranger… mais où ?
    Dans l’armoire, y’a plus de place !

    Alors je vous pose cette question existentielle :
    Qui de l’armoire ou moi aura le dernier mot ?


    Biseeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci et bravo, Christineeeeeeeeeee, pour cette superbe participation ! Tu as bien failli ravir la palme du commentaire le plus talentueux à Marie-Josée, vous avez toutes les deux une belle imagination (mais je n'avais pas prévu d'ex æquo).
      J'aime beaucoup cette armoire au caractère assez difficile à maîtriser.
      Biseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeees, à la mesure de ta fantaisie :)

      Supprimer
  9. Dire qu'à la fin de tout, notre vie toute entière tiendra dans une boite en carton. Dire qu'on pourra la ranger dans une armoire entre les piles de draps frais repassés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ce que vous écrivez là est au figuré (un de mes proches parents repose ainsi sur la cheminée de sa veuve...)

      Supprimer
  10. «Mais où ai-je donc rangé cela? Il me semblait pourtant bien l'avoir mis dans cette boîte...

    -Maman, j'ai faim!

    -Une minute!

    -Non, tout de suite!

    -Prends des biscuits sur la table, et j'arrive pour la lait dans une seconde.

    Pourtant, ça ne doit pas être loin...

    On entend un bruit de chute métallique! La plaque de biscuits, travail de l'après-midi, vient de basculer. Petit garçon et grand chien s'en donnent à coeur joie dans la cuisine.

    Bon... même si je retrouve mon matériel d'aquarelle, m'est avis que je n'aurai de toute manière pas le temps de m'en servir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Marie-Josée, pour cette petite scène si bien imaginée, qui ne manque pas de poésie.

      Supprimer
    2. À vrai dire, là où Nathanaëlle l'artiste a pensé à une ombre chinoise, j'ai vu une femme accablée à cause de la couleur sombre utilisée pour la représenter et reprise dans le motif des portes à demi ouvertes.

      Comme l'a remarqué Christine, les piles de linge ne sont pas de celles qui, bien alignées, font la fierté de la ménagère. On sent davantage ici la précipitation.

      Il n'en fallait pas plus pour me faire songer à la fée du logis qu'évoque Virginia Woolf dans Une chambre à soi. Il propose d'ailleurs de lui tordre le cou pour pouvoir s'adonner en toute quiétude à des activités artistiques. D'où ma petite scène...

      Bonne fin de semaine toute proche!

      Supprimer
  11. Elle est revenue encore une fois au pied du placard, ouvrant les larges portes grinçantes. Cherchant encore une fois dans les souvenirs de sa défunte mère, tournant et retournant cartons et classeurs défunts, trouvant un grand cahier, quelques feuilles reliées et fragiles, tombant en dentelle : Année 1894, Cours Supérieur, Cahier d'écriture , au nom de Juliette C, le tout calligraphié à la main d'une plume assurée et élégante ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout d'abord, j'ai cru lire un extrait de roman, mais quelque chose me dit que ce texte est issu de votre imagination et qu'il pourrait se retrouver parmi vos encres vagabondes...

      Supprimer
    2. > Tilia, pas très en forme et purement imaginatif bien que le cahier existe. Je sais où il est rangé, c'est celui de l'une de mes arrières-grand-mères. Pas encore dans les Encres vagabondes !

      Supprimer
  12. Je ne connais ni l'oeuvre, ni le peintre...
    Mais ce tableau me touche car il me fait penser à des moments lointains où je pouvais rester là, à contempler l'ordre dans lequel ma Maman rangeait le linge dans une armoire.
    J'ai une grande armoire vendéenne qui touche le plafond, je peux t'assurer qu'elle ressemble à rien de comparable !!! tout se casse la g....
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce tableau mystérieux possède un grand pouvoir évocateur.
      Les placards de mon appartement montent jusqu'au plafond et même la seconde planche est trop haute pour moi. Bien souvent je néglige d'aller chercher l'escabeau et le résultat chez moi est comparable à celui que tu obtiens avec ta vendéenne :)
      Merci d'avoir partagé ce touchant souvenir, je t'embrasse

      Supprimer
  13. Je n'ai aucune prétention à l'inspiration. J'évoquerai donc des souvenirs. Ne sommes nous pas tous bâtis de nos souvenirs ?
    Cette peinture pourrait avoir été faite dans notre maison de famille où il y avait des coins secrets par exemple entre la chambre de mes parents et le couloirs un espace et des placards sombres car les murs étaient épais. Ma chambre était toute petite, ce qui est relatif car elle était comme un cube aussi haute (très haute) que large, et j'avais un placard dans une fenêtre condamnée (deux immenses fenêtres pour une petite chambre c'était trop). Nous habitions une maison à mystères...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance ! je viens de repêcher ton commentaire au fond des oubliettes de Blogger (cinq commentaires retenus par la modération sans être signalés...). c'eut été dommage pour moi de louper ce que tu racontes.

      Ta maison à mystère me rappelle ma maison d'enfance, dont l'étage était à l'origine le grenier à foin des communs de l'hôtel bourgeois situés en face, son rez de chaussée étant occupé par les carrosses et les stalles de leurs chevaux. Ce qui fait que pour arriver à l'escalier de notre logement, on devait d'abord traverser tout le garage. Puis, une fois au premier, traverser tout le reste du grenier à foin qui n'avait pas été transformé en pièces à vivre et qui me servait de salle de jeu. Cela vaudrait le coup de faire un billet sur cette maison, il faudra que je m'y attèle un jour.

      Supprimer
  14. Je pense que la lampe posée de cette manière indique une recherche inhabituelle. Mon explication sera donc sans nul doute celle de Jeandler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je comprends bien, Jeandler a formulé ce que tu sentais obscurément. Je trouve que c'est très bien observé, Comme je l'ai dit à Claude, je pense qu'elle relit d'anciennes lettres d'amour rangées dans la boîte dont on aperçoit un coin...

      Supprimer
    2. Moi je voyais plutôt de vieux souvenirs de famille dans quelque carton ou coffret (le bas de l'armoire...) à l'occasion d'un évènement familial.

      Supprimer
    3. Oui, ça aussi j'aime bien.

      Supprimer
  15. Réponses
    1. Qui a parlé de pont ? pas moi moi en tous cas ! même si je l'ai pensé :)

      Supprimer
  16. J'arrive trop tard, désolée, j'étais en week-end.
    La femme du tableau découvre peut-être une boîte à souvenirs.

    RépondreSupprimer
  17. Je m'aperçois que mon com de ce matin n'est pas passé.
    Je disais que j'arrivais en retard et la femme avait peut-être trouvé une boîte à souvenirs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je pense aussi. Une boîte avec d'anciennes lettres d'amour peut-être...
      Bonnes soirée, Claude, bisous

      Supprimer
  18. Et bien je ne trouve pas le commentaire que j'avais déposé ici, ce n'est pas une grande perte, juste dommage car c'était aussi un petit coucou.
    Je suis allée samedi au Château de la Roche Guyon, le potager n'est pas encore au top de sa forme mais j'y ai vu voler une mouche de la St Marc, j'ai reconnu ses pattes paresseuses. D'ailleurs dit-on marc ou mar' ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela devient de plus en plus en plus énervant ces disparitions de commentaires. Mais on ne peut pas toujours accuser Blogger. Personnellement je me suis aperçue que lorsque l'on a tapé les mots qui prouvent que l'on n'est pas un robot, si on n'a pas recopié correctement les mots du captcha, le commentaire ne passe pas et un message s'affiche pour le signaler. Seulement, ce message n'est pas toujours visible selon l'ouverture de la fenêtre. Si l'on n'a pas vu le message et si l'on quitte la page sans avoir retapé correctement le second captcha proposé, le commentaire est perdu.
      Je ne dis pas que ce soit toujours le cas, mais ça arrive.

      Pour les mouches, je pense qu'on prononce Saint-Marc de la même façon que pour la célèbre place de Venise. Dans le doute, on peut toujours utiliser leur nom savant Bibio Marci ;-)

      Ici, je n'ai pas revu de mouches depuis celle que j'ai photographiée, qui demeure la seule pour cette année.

      Supprimer
  19. Cette armoire ouverte et cette silhouette-ombre difficile à cerner me rappelle les oeuvres de Munch toujours un peu tristes sinon lugubres, inspirées par ses expériences familiales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement, j'aurais plutôt tendance à rapprocher la Femme fouillant dans un placard de Vallotton de celles qui sont très souvent vues de dos dans les intérieurs de Vilhelm Hammershøi.

      Supprimer
  20. Les armoires a linge qui se sont reduites a une lors du dernier demenagement de ma maman puis il m'a fallut l'inspecter, trier sans trier: tout l'etait si parfaitement. Mais seulement decider quoi va a qui, ou où et a chaque souvenir de s'appuyer un peu plus lourdement sur chacune des etageres et a moi de refermer l'armoire pour la rouvrir le lendemain et decider vite et au mieux a qui ou où...
    Merci pour faire revivre une fois de plus les gestes d'hier...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue au grenier Thérèse, et merci pour ce commentaire plein d'émotion.
      Les armoires abritent tant de choses, accumulées année après année, comme autant de trésors chargés de souvenirs...

      Supprimer