mercredi 7 novembre 2012

Vanité du savoir


Vanité aux souris (détail)


Les vanités sont des tableaux symbolisant le peu de valeur des biens de ce monde — matériels ou immatériels — face à la brièveté de la vie humaine. Au final, tout est vain, un linceul n'a pas de poches.

Les vanités sont classées parmi les "natures mortes". Cependant, les néerlandais, les allemands et les anglais préfèrent "vies silencieuses" (stilleven, stillleben et still lifes) pour désigner les peintures qu'il est convenu d'appeler natures mortes.


Nature morte au crâne
Paul Cézanne - 1896-98
Fondation Barnes, Philadelphie, États-Unis (notice)

Quand Cézanne pose un crâne derrière des fruits alignés sur une table, cela ne suffit pas pour classer le tableau parmi les vanités.


Vanitas (Vita brevis, ars longa)
Edwaert Collier - 1672
(localisation inconnue)

Inversement, une vanité peut ne pas présenter de crâne. Un sablier ou une chandelle éteinte suffisent. La Vanitas d'Edwaert Collier ci-dessus présente les deux. En outre, Vanitas est écrit sur une étiquette et une autre porte la mention Vita brevis Ars longa.


Natures mortes ou vies silencieuses, les vanités sont en rapport avec le silence et la méditation sur le destin auquel nul n'échappe, autrement dit, la mort.


Nature morte au crâne et chandelier
Paul Cézanne - 1866
Merzbacher Kunststiftung, Küsnacht, Suisse


Pour évoquer la fuite des ans et notre fin dernière, les sabliers, les montres, les lampes à huile, les bougies, les fleurs, les bulles de savons et les objets en équilibre instable symbolisent le temps qui passe en flétrissant toute chose et soulignent la fragilité de la vie. Le verre à demi vide, ou renversé, évoque les années écoulées et l'approche de la mort.

Vanitas
Willem Claesz Heda - 1628
Museum Bredius, La Haye


D'origine hollandaise, les vanités apparaissent au XVIIe siècle et leurs motivations religieuses sont évidentes. Issues de la pensée réformatrice, elles dénoncent la vanité des biens du monde terrestre. À l'instar des richesses matérielles, les sciences et les arts n'échappent pas à cette réprobation.

Allégorie des vanités du monde
Pieter Boel - 1663
Palais des Beaux-Arts, Lille, (lire la notice)

La majeure partie des vanités datent du XVIIe siècle. Néanmoins, quelques unes ont réapparu dans la seconde moitié du dix-neuvième. Ce sont pour la plupart des vanités du savoir, qui se reconnaissent à la présence de livres dans le tableau (accompagnés, ou non, du globe terrestre).


Vanité
Jean-Ernest Aubert - 1851
Musée des Beaux-Arts, Dijon (lire la notice)

Après ce préambule,

voyons à présent le but de ce billet


Dans le billet précédent, les deux objets posés au premier plan de la Vanité aux souris de Paul Ranson ont suscité pas mal d'interrogations et vous êtes sans doute quelque un(e)s à attendre la solution de l'énigme.


La voici !

Probablement un bougeoir...
pas un encrier, comme préalablement supposé

Microscope du XVIIIe siècle


Félicitations à Marie-Josée qui a suggéré un instrument d'optique


Avant de voir en détail la justification de cette solution, il est important de préciser de quelle manière je l'ai trouvée (notamment en tenant compte des codes de lecture d'Ingvar Bergström concernant les vanités).


Vanité aux souris
Paul Ranson - 1885
Musée des Beaux-Arts, Limoges (notice du musée)


Tout d'abord, j'ai remarqué le fond du tableau. Dans son commentaire sur le billet précédent, Hazló s'en étonne et le décrit ainsi :  « Sombre à gauche et chamarré dans la partie droite de la toile. ».

À gauche du rideau chamarré, la partie sombre du fond est un tableau noir, sur lequel on remarque les traces d'un exposé scientifique, ou pour le moins mathématique.

Avec la présence des livres et du globe, la piste scientifique parait probable. D'autant plus que, derrière les livres, on voit un bocal de formol dans lequel on devine un quelconque spécimen biologique.

Ensuite l'association d'idée avec le microscope est venue toute seule. En faisant une recherche d'images portant sur les microscopes anciens, j'ai trouvé cette notice de la base Joconde dans laquelle on peut voir un microscope originaire de Nuremberg, similaire à celui que Paul Ranson a représenté dans sa Vanité aux souris.


Microscope - Nuremberg, 18e siècle
Musée Flaubert et d'histoire de la médecine, Rouen
(lire la description dans la notice)


Une nouvelle recherche d'images, associant les mots "microscope" et "Nuremberg", m'a permis d'obtenir la photo d'un microscope quasiment identique à celui de Ranson, qui présente en plus son porte-objet.


Microscope de Nuremberg
bois et carton, signé ICR fin XVIII
(crédit photo)


Autre exemplaire de microscope type Nuremberg :


Microscope type Nuremberg, 18e siècle
(Crédit photo)



En conclusion, si le classement de la Vanité aux souris de Paul Ranson parmi les vanités du savoir ne fait aucun doute, par contre il est permis de s'interroger sur ce qui a pu motiver le peintre à réaliser cette mise en scène paraissant destinée à critiquer la science de son époque, voire une certaine forme de recherche médicale... 


Une leçon clinique à la Salpétrière
André Brouillet - 1887
Université Paris V (crédit photo)


Pour ceusses qui s'intéressent aux travaux de Jean-Martin Charcot et à l'École de la Salpêtrière, voir sur cette page quelles sont les personnalités représentées sur le tableau d'André Brouillet. Et lire la partie "Critiques" concernant les travaux de Charcot sur le site de l'EPSM J.M. Charcot.


Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Portez-vous bien et merci pour votre attention et vos échos.


©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2012

78 commentaires :

  1. Réponses
    1. Bien vu !
      (je me demande si Cézanne a peint ses ânes...)

      Supprimer
    2. Bonjour,
      Pouvez-vous me donner des informations sur l'analyse iconographique de cette oeuvre s'il vous plait ? Par avance, je vous remercie. Cordialement.

      Supprimer
    3. Désolée Sandra, je n'ai pas d'autres informations concernant la "Vanité aux souris". En relisant attentivement mon article et en cliquant sur les liens vous trouverez sans doute ce que vous cherchez.
      Cordialement

      Supprimer
    4. Merci beaucoup. En cliquant sur le lien de Hazló je n'arrive pas à retrouver son commentaire. Pouvez-vous m'indiquer où il se trouve s'il vous plait ? Merci. Bien à vous

      Supprimer
    5. c'est bon j'ai trouvé. Merci vos commentaires sont intéressants. Bien à vous.

      Supprimer
    6. Certains liens de mon article n'étant plus actifs (entre autres le lien vers la notice de la "Vanité" peinte par Jean-Ernest Aubert) je viens de réactiver ceux qui pouvaient l'être. Néanmoins il reste difficile de "fixer" définitivement un lien dans la base Joconde.

      Supprimer
    7. Je pense que c'est bien un bougeoir. La bougie est absente car pour moi elle s'est déjà consumée entièrement. ça montre que tout est fini. le bougeoir semble se détacher du reste de la composition car il est devant en avant plan. Bien à vous



      Supprimer
    8. Bienvenue au grenier, Sandra, et merci pour cette excellente remarque. Votre analyse à propos de la bougie absente colle parfaitement au symbolisme utilisé par les peintres de vanités.
      Depuis 2012, j'ai découvert pas mal de sites qui présentent des objets anciens. Il faudrait que je prenne le temps de rechercher parmi les ventes de grès d'Alsace à décor bleu...

      Supprimer
    9. Je n'ai pas réussi à trouver le commanditaire de cette peinture

      Supprimer
  2. superbe vanités.. les peintres hollandais ont fait de nombreuses tableaux.. aussi, la signification des fleurs et fruits des natures mortes .. un thème pour toi! je te suis avec passion...biz

    RépondreSupprimer
  3. Un peu froid dans le dos, maintenant... Bonne journée avec bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entre le 2 et le 11, le moi de novembre n'est jamais bien gai ! Bises et bonnes semaine, Patriarch

      Supprimer
  4. Encore une belle promenade à travers la peinture avec un thème qui revient en force aujourd'hui, signe que notre monde va mal, car on ne se pose pas la question de sa vanité lorsque tout va bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce billet-ci ne participe d'aucune mode, si ce n'est qu'il est la suite de mon sujet précédent sur les sorcières de Paul Ranson, publié à l'occasion d'Halloween. Quand tu parles de mode, je suppose que tu fais allusion à cette fête, remise à la mode depuis la fin des années 90 (bien que la Rommelbootzennaat des mosellans soit beaucoup plus ancienne).

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup ton travail de recherche, et tes explications, là, en l'occurrence au niveau des tableaux, je préfère les beaux bouquets anciens ou une belle nature morte avec que des beaux fruits, pas de tête de mort. A la limite une petite souris ou deux.
    Une blogueuse parlait de Stilleben l'autre jour et je lui disais que mon gros dico allemand me dit "nature morte".
    Est ce que tu peux me dire si une tête de mort vit silencieusement, toi ?
    Bien le microscope !
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que ce soit avec souris, ou mieux avec papillons, la philosophie mélancolique des "still lifes" est toujours un peu la même. Mais les bestioles sont bien vivantes :)
      Pour les crânes, je ne saurais te dire s'ils sont silencieux ou pas (du fait que je n'en ai encore jamais rencontré un seul), mais je ne crois pas qu'il en existe de parlant ;-)
      Bises et bonne semaine, Claude


      Supprimer
  6. Alors là Bravo Tilia. Je me demandais si tu connaissais la vraies réponse :D Quelle belle recherche jusqu'au fin fond des temps.

    RépondreSupprimer
  7. j'apprécie tout cet argumentaire sur les vanités j'aime bien savoir le pourquoi des tableaux, je pense que l'artiste ne met jamais un détail par hasard, bravo pour cette recherche ces billets sont passionnants
    bonne journée à bientôt pour la suite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À propos de détail, je me suis demandée si le ruban bleu en travers du livre ouvert ne serait pas une quelconque distinction honorifique, médicale ou pharmaceutique, rongé par les souris...
      Bonne semaine Josette, et à plus tard pour l'entrée en scène de Mme X ;-)

      Supprimer
  8. Woooaou ! J'ai appris encore un truc ! Tu es géniale, je le répète. Je n'aurais jamais pensé à citer l'un des premiers microscopes, car les vanités, pour la plupart sont de la Renaissance, Ranson non, mais je n'ai pas songé une seconde qu'il avait pu peindre un instrument du XVIIIe.
    J'aime beaucoup les Vanités, elle sont fascinantes car tout avait une signification, jusqu'à la plus petite représentation qui parait anodine. Ah Claezoon Heda ! cet artiste a réalisé des natures mortes au réalisme et à la lumière extraordinaires, à l'instar de Sébastien Stoskopff que j'admire, ainsi que bien d'autres artistes. La Vanité d'Edwaert Collier est sublime.
    Sur le dernier tableau, je vois qu'il existait deux Charcot, et la présence de Gilles de la Tourette, célèbre pour le syndrôme à qui il a laissé son nom.
    Encore bravo pour ce billet, quel fin limier et quel pédagogue tu fais ! Merci Tilia, Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Nathanaëlle ! Merci pour le compliment ( bien que "géniale" soit légèrement excessif :D )
      Oui, tout est symbolique dans les "vanités", mais pas que. Je pense que c'est toute la peinture du siècle d'or hollandais qui est ainsi "codée"...
      Dans la Nature morte au Nautile, que tu présentes à la fin de ton billet sur Les natures mortes de Willem Claeszoon Heda, la montre et la pelure de citron se déroulant représentent bien sûr le temps écoulé ; les objets renversés tel le nautile, ou en déséquilibre tels les plats au bord de la table (et surtout la pierre à affuter suspendue au couteau qui pend en dehors) symbolisent la vie qui touche à sa fin, sur le point de tomber de "l'autre côté". Pour moi, bien que non répertoriée comme "vanité" cette Nature morte au Nautile en est pourtant une, même si elle ne contient pas de crâne.
      Pour les Charcot père & fils, le médecin est le père de l'explorateur.
      Encore merci pour les fleurs, bisous et à bientôt Nathanaëlle

      Supprimer
  9. Si Paul ranson avait été peintre flamand au quinzième siècle comme Van Eyck ou Petrus Christus, il aurait sans doute poussé le vice jusqu'à représenter l'observateur dans le petit miroir du microscope. Mais alors quel aspect aurait-il eu? Un squelette avec une faux peut-être...
    Mais pour le coup, on aurait trouvé tout de suite la solution de l'énigme!
    Bravo des deux mains. Pour ce suspense et pour tout ce qu'on y apprend.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le « miroir de sorcière » de van Eyck permet d'apercevoir le peintre dans son tableau,
      quant au « miroir de banquier » de Petrus Christus figurant dans cette peinture, il ouvre l'espace extérieur au tableau qui est aussi celui du spectateur.
      Une petite faucheuse sur le miroir du microscope de Paul Ranson ? voila qui serait tout à fait dans l'esprit de l'Halloween contemporaine :)
      Amitiés

      Supprimer
  10. J'adore tes enquêtes "policières" artistiques! C'est sûr qu'ensuite on ne regarde plus le tableau de la même manière!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tant que "vanité" la « Vanité aux Souris » de Paul Ranson me semble unique en son genre, ce qui méritait bien un petit coup de projecteur.
      Tout en respectant l'esprit des "vanités" du XVIIe siècle, Ranson a peinte la sienne dans un style bien différent, son propre style. Ce qui (à ma connaissance) est le seul exemple de ce type au cours du XIXe siècle, mise à part la « Nature morte au crâne et chandelier » que Cézanne n'a pas jugé bon de baptiser "Vanité".

      Supprimer
  11. Tu m'apprends beaucoup de choses Tilia ! Aujourd'hui l'ancêtre du microscope et toute une étude sur les vanités qui ne sont pas tellement ma tasse de thé mais je me souviendrais de tes explications quand j'en verrais...
    Beau dimanche à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À vrai dire, les "vanités" ne sont pas non plus ma tasse de thé préférée (ce serait plutôt un genre de purgatif !). Néanmoins, je les trouve intéressantes en raison de l'énigme qu'elles posent au spectateur. Et comme tu connais mon goût pour les mystères ;-)
      Bises et bonne semaine, Enitram

      Supprimer
  12. Bravo pour toutes ces recherches et toutes les explications sur les vanités. Un style de peinture que je n'aime pas trop, mais j'apprécie beaucoup le terme "vies silencieuses" je le trouve plus harmonieux que natures-mortes. Est-ce les crânes qui me dérangent, par exemple dans le tableau de Cézanne je ne vois par trop ce qu'il vient faire au milieu de ces beaux fruits prêts à être croqués et bien frais ? Bon c'est juste une impression !
    Belle détermination a trouvé le fin mot sur les détails !
    Je t'embrasse
    Danielle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je le dis à Enitram dans le commentaire précédent, je n'apprécie pas spécialement les "vanités". Mais je les préfère tout de même aux Madeleine pénitente :))
      Le crâne au milieu des pommes et poires n'aurait-il pas été posé là par Cézanne pour illustrer la nature morte des fruits ?... je veux dire, leur caractère achevé, fini, prêt à tomber de l'arbre (il s'agirait alors d'une illustration du titre du tableau, un peu à la manière de Magritte).
      Merci pour le bravo, bisous et à bientôt

      Supprimer
  13. Ce qui est très positif dans tes recherches c'est effectivement comme le dit Enitram les objets rencontrés ont un autre intérêt , tu nous rend curieux et attentifs
    j'ai un petit encrier qui ressemble fortement à celui que tu proposes mais je n'avais pas fait la relation quant au microscope !! une découverte
    Merci pour tout cela
    Arlette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super !! Arlette, ton petit encrier m'intéresse fortement, vu qu'à l'heure actuelle je n'ai pas encore réussi à déterminer la nature exacte de l'objet posé par Ranson au premier plan de sa "vanité" et qui ressemble à un encrier, mais qui pourrait aussi bien être un bougeoir (comme le suggère avec insistance mon ami avignonnais)...
      Pourrais-tu s'il te plaît, placer une photo de ton encrier dans Picassa (ou dans Flickr) afin que l'on puisse voir de quel côté il fera pencher la balance (encrier ou bougeoir) ?
      Merci d'avance de bien vouloir faire avancer le Schmilblick :)

      Supprimer
  14. Bravo pour toutes ces preuves à l'appui!

    RépondreSupprimer
  15. Honte à moi de ne pas avoir reconnu le microscope, vu que mon mari a toujours un oeil posé sur ce genre d'appareil !
    Je ne lui ai pas encore montré l'image, mais je vais voir dès qu'il a le temps, s'il reconnaît l'ancêtre de son instrument de travail favori.
    Je te tiendrai au courant de sa réponse

    Et comme d'hab on apprend toujours quelque chose en fouinant dans ton grenier !

    Biseeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ton mari s'intéresse aux microscopes anciens, il y en a une superbe collection sur ce site, depuis le XVIIe siècle jusqu'au vingtième.
      Biseeeees et à bientôt Christineeeee (je suis impatiente de découvrir ce qui se cache derrière ton arbre !)

      Supprimer
  16. Absolument passionnant! Merci Tilia pour ces recherches, ton grenier est plein de trouvailles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta visite, Nathalie. Ta nouvelle maison est bien jolie et ta Provence en Photos aussi :)

      Supprimer
  17. Lorsque j'ai suivi une visite guidée au Louvre avec comme thème fleurs, jardins, paysages, il nous a été montré des bouquets avec des fleurs toujours ouvertes et fanées : des vanités. A rapprocher des gisants transis...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut aussi rapprocher les vanités des Madeleine repentante, ainsi que des Saint-Jérôme méditant (à noter que le St Jérôme de Quentin Massys est bien antérieur au siècle des "vanités"). Quant aux transis, ce sont des vanités en 3D !
      Bon, tout ça n'est pas bien gai, mais comme le temps, c'est de saison.

      Supprimer
  18. Une fois encore c'est passionnant!!! Merci Tilia!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Chri ! passionnant pour moi aussi :)

      Supprimer
  19. Réponses
    1. Pas un bougeoir chinois en tous cas.
      Il est quelque fois bien difficile de trancher entre un encrier et un bougeoir !...

      Supprimer
  20. Tes deux liens sont des encriers. On y devine une contenance.
    Ce qui n'est pas le cas sur le tableau de Ranson.
    Et n'oublions pas qu'un microscope a besoin d'une source de lumière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as sans doute raison, mais j'attends la réponse d'Arlette avant de modifier la légende de l'image.
      J'avais pensé aussi à un crachoir (ce qui aurait bien collé avec le bocal et le microscope) mais, ainsi que tu le fais judicieusement remarquer, il n'y a pas assez de volume pour un réservoir.

      Supprimer
  21. Comme toujours une grande recherche,passionnant Tilia.

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour Tilia
    Merci pour les petites souris et le papillon.
    Tiens en parlant de souris, on avait une invasion dans le grenier. On a dépensé un fric fou à acheter du blé empoisonné qui s'est avéré inefficace. Du coup on a acheté des tapettes et on doit en être à une vingtaine de zigouillées. Pauvres bêtes ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour chasser les souris, un chat c'est bien, aussi !
      Très efficace même.. à condition de ne pas le gaver de pâtée (ou de croquettes) au point qu'il en devienne flemmard et ne chasse plus. :))

      Supprimer
  23. Vanitas, vanitatis et omnia vanitas, dixit eclesiastes: Vanité des vanité, tout n'est que vanité, dit l'écclésiaste. (J.B Bossuet pour l'omélie funèbre d'Henriette d'Angleterre). Ado j'avais dans ma chambre un crâne humain que je garde encore aujourd'hui. Il me dit sans cesse: "J'ai été ce que tu es, tu seras ce que je suis"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. R.I.P. pour ce pauvre crâne séparé du reste de ses ossements :)

      Supprimer
  24. ou un encrier, un bougeoir et un support de boule de christal... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bougeoir est le plus probable bien que (contrairement au microscope) rien ne soit encore venu le prouver.
      Ce qui m'intrigue, c'est la raison pour laquelle le peintre a jugé bon de placer là un bougeoir sans bougie. Peut-être sa façon à lui d'exprimer le manque de clarté qui entoure la science de son époque. En 1885, Pasteur n'a pas encore publié ses travaux...

      Supprimer
  25. Maintenant tu n'as plus qu'à nous parler d'Augustine et des vanités au cinéma
    Tous les matins du monde en était un bel exemple
    Les vanités ne sont pas l'expression de la peinture que je préfère mais ton billet est extraordinaire et me les ferait presque aimer
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Françoise, pour la liaison entre "Vanités" et Cinéma. Je n'ai pas revu le film d'Alain Cormeau depuis sa sortie, alors je ne risquais pas de faire le rapprochement ! Il faudrait que je revois Tous les matins du monde, mais je n'en ai guerre le temps. D'ailleurs, j'ai trouvé une page qui recense les similitudes des scènes du film avec des "vanités" et autres tableaux de la même époque. Voici le lien pour celles ou ceux qui seraient intéressé(e)s.
      Encore merci pour tes idées judicieuses et bon dimanche, Françoise

      Supprimer
    2. Voici ce que j'avais trouvé
      Vas-tu aller voir Augustine?
      Je n'étais pas très tentée mais ton billet fait que je vais peut-être y aller
      Bon dimanche

      Supprimer
    3. Non, je n'irai pas voir "Augustine", pour la simple et bonne raison (totalement subjective, je le reconnais) que je suis incapable de m'intéresser à un film dont le physique de l'acteur principal n'est pas du tout ressemblant avec celui du personnage qu'il incarne !
      Si je devais voir un film sur les expérimentations de Jean-Martin Charcot, ce serait celui-ci.
      Ceci dit, d'après ce que j'ai lu, les travaux du docteur Charcot n'étaient pas exempts de mises en scène et on peut s'interroger sur le profit que lui ont rapporté ses nombreuses publications sur le sujet...
      Bonne fin de journée, malgré le temps maussade

      Supprimer
    4. Tu es encore plus sélective que moi
      Oui temps tristounet aujourd'hui
      Bonne soirée

      Supprimer
  26. Ou ma chandelle est morte!!!
    le temps est venu de s'en aller
    puisque la lumière n'est plus ...
    Grand mystère effectivement et comme dans ces tableaux de vanités tout est pensé !!! Peut-être au gré des lectures nous trouverons
    Merci Tilia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as entièrement raison Arlette, la chandelle du bougeoir de Ranson est bel et bien morte ! Je ne désespère pas de tomber un jour ou l'autre sur une image qui accréditera l'hypothèse du bougeoir.
      Merci à toi pour ton attention et belle journée dominicale

      Supprimer
  27. Un billet que dis-je, une recherche, fort intéressante qui a captivé mon attention. J'avais une attirance pour les vanités, je me trouve ce matin un peu plus éclairé, merci à vous.

    RépondreSupprimer
  28. Merci Nathanaël, et bienvenue au grenier :)

    RépondreSupprimer
  29. Coucou Tilia.
    Merci pour le lien chez moi.
    Comme tu le sais déjà, je ne suis pas une grande lectrice et n'ai même jamais li "le phare du bout du monde", de JV. J'ai vu le film qui en a été tiré mais est-il aussi bien que le livre. D'après ce que dit Kirbreton, je serais tenté par "le phare de zanzibar" dont j'avais déjà entendu parler. Je vais essayer de le trouver en livre de poche, plus pratique pour lire au lit, d'autant que je vais avoir des nouvelles lunettes faites exprès pour la position couchée.

    RépondreSupprimer
  30. Hello Tilia ! Je me suis demandé si tu étais en train de "potasser" pour profiter pleinement de l'exposition Dali au centre Pompidou.... Parait-il, il vaut mieux s'y rendre en soirée pour éviter la cohue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas dans les expos pour l'instant, des impératifs et la préparation d'un billet détonnant. Je compte bien aller voir Hopper et Dali, mais quand...

      Supprimer
  31. Tu as bien vu la petite fille agrippée, sans doute pour monter plus aisément sur le manège. Miss A et moi nous étions allées faire des courses dans une grande surface où provisoirement des petits manèges étaient en libre utilisation (sous surveillance parentale) : il fallait les propulser en les poussant par les barres...
    (Bon appétit !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'avait semblé reconnaitre ta Boucle d'Or, en train d'essayer de faire tourner le manège :)
      Bonne fin de journée (j'ai encore pas mal de boulot avant de pouvoir publier le prochain billet !)

      Supprimer
  32. Coucou Tilia ! J'espère que tout va bien.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Claude !
      Pardon pour le retard de visites chez toi, je suis à la bourre :(
      Bisous et à très bientôt

      Supprimer