samedi 2 février 2013

Crêpes à l'huile, sur toiles

Si vous aimez les crêpes, vous allez vous régaler
je vous en ai préparé une bonne pile !


Le thé
N. Romanov (artiste russe contemporaine)

Les plus anciennes sont hollandaises


Les Crêpes
Pieter Aertsen - 1560
Musée Boijmans van Beuningen, Rotterdam (notice)

à partir de 1584 débute le Siècle d'or de la peinture hollandaise

Le Crêpier
Adriaen Brouwer - vers 1625
Musée des Beaux-Arts, Philadelphie (notice)


La cuisson des crêpes
David Teniers le Jeune - vers 1635
collection privée (notice)


Femme tenant une crêpe
Jan van Bijlert - vers 1640
collection privée


Enfant avec une crêpe
Christiaen van Couwenbergh - 1640
collection privée


La cuisson des crêpes
Quiringh van Brekelenkam - vers 1645-50
Musée Frans Hals, Haarlem (notice)


Vieille marchande de crêpes
Gabriel Metsu - vers 1656
Gemäldegalerie, Berlin


Le déjeuner du chien (cliquer ici pour une meilleure résolution)
Gabriel Metsu (1629-1667)
collection privée


La marchande de crêpes
Jan Steen (1625-1679)
collection privée


La cuisson des crêpes
Cercle de Nicolaes Maes (1634-1693)
Museum of Fine Arts, Boston (notice)


Le soir des crêpes
Adriaen Rombouts - 1667
National Museums Northern Ireland, Belfast (notice)


Femme cuisant des crêpes avec un jeune garçon
Pieter Cornelisz van Slingelandt (1640-1691)
collection privée, (notice)


Garçon avec un masque découpée dans une crêpe
Godfried Schalcken - vers 1670-80
Kunsthalle, Hambourg (notice)


La cuisson des crêpes en plein air
Barent Gael - vers 1680-85
Musée Boijmans van Beuningen, Rotterdam (notice)


Femme cuisant des crêpes
Willem van Mieris (1662-1747)
Victoria and Albert Museum, Londres (notice)


Après celles du siècle d'or, voici à présent un assortiment de crêpes hollandaises, françaises et belges


Intérieur d'une cuisine avec une famille cuisant des crêpes
attribué à Jan Josef Horemans l'Ancien (1682-1759)
collection privée


Femme cuisant des crêpes
Adriaan de Lelie - vers 1790-1810
Rijksmuseum, Amsterdam (notice)


La Chandeleur
Alphonse Cornet - 1843
collection privée


Les crêpes
Eugène Giraud - 1843
collection privée


Le jour des crêpes
Basile de Loose - 1845
Haynes Fine Art, Bindery Galleries, Broadway (notice)


La cuisson des crêpes
Sipke Kool (1836-1902)
Simonis & Buunk Collection (notice)


Crêpes
Jan Stobbaerts (1838-1914)
Musée des Beaux-Arts deTournai, Belgique


La Chandeleur
André-Henri Dargelas (1828-1906)
collection privée (notice)


La Fête de Jeanne (Les crêpes)
Jozef Israëls - 1872
collection privée


La cuisson des crêpes
Josef Israels - 1875
Cleveland Museum (notice)


Les crêpes
Alfred de Richemont (1857-1911)
Musée des Beaux-Arts, Lille (lire la notice)

pour finir, une belle pile de crêpes russes

Sans titre
Tata (Tatyana) Yurievna Tarasova
artiste russe contemporaine

et pour faire passer le tout,
rien de mieux que quelques bolées de cidre


La bolée de cidre
Maurice Denis - 1894
Musée Maurice Denis, Saint-Germain-en-Laye


Intérieur breton
Pierre de Belay - 1928
Musée des Beaux-Arts, Rennes


Le cidre nouveau
Thomas Waterman Wood - 1868
Brooklyn Museum, New-York (notice)

à la bonne vôtre !
et bonne dégustation de vos crêpes maison



©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2013

70 commentaires :

  1. Coucou Tilia !
    Si j'aime les crêpes ? Houla oui ! Et j'ai adoré les tiennes ! Quelle incroyable recherche iconographique ! Quel travail ! Toiles connues, d'autres moins, et d'autres pas du tout !
    Je note sur "l'enfant à la crêpe" de Christiaen van Couwenbergh, il y a, entre autres, sur ce tableau, des gauffres et des oublies dans une corbeille. On ne fait plus d'oublies de nos jours, mis à part pour les cornets de glace, et les osties qui elles aussi, sont faites avec de la pâte à oublie. Petit rappel d'Histoire culinaire, il suffit de regarder l'oeuvre des artistes pour voir ce qui était consommé dans les siècles passés.
    Ton billet sent bon les crêpes... le parfum de la cuisson parvient jusqu'à mes narines et j'ai envie d'une crêpe ! (un exploit car en ce moment je ne consomme que de la soupe de potiron, des sanguines pressées et des yaourts à la vanille... longue cette grippe ! très longue...)
    Je termine mon commentaire et je vais remonter voir tes crêpes ! :D

    Bisous et belle Chandeleur Tilia ! Merci pour ce richissime et appétissant billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien que tombées dans l'oubli, les oublies n'ont pas échappé à ton regard d'expert :)
      J'en parlais avec Marie-Josée, les scènes de genre ont ma préférence car ce sont de précieux documents sur la vie des gens au cours des siècles écoulés.
      Par exemple, Le soir des crêpes d'Adriaen Rombouts (1667) m'a étonnée. La cuisinière utilisant une plaque de cuisson, plutôt qu'une poêle, me parait un procédé assez moderne pour l'époque.
      Désolée de te savoir toujours grippé, chère Nathanaëlle, surtout reste bien au chaud !
      Bisous et beau dimanche dans ta contrée méridionale

      Supprimer
  2. PS : J'aime beaucoup la lumière du tableau d'Alfred de Richemont, même le rougeoiement de la flamme du poele... Magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout comme moi !
      Les personnages aussi sont attachants. Leurs sourires témoignent d'une belle complicité entre eux et le feu évoque la chaleur du sentiment qui les unit.

      Supprimer
  3. wow.. quel quantité, superbe collection..à devenir diabétique..:))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'es pas obligée de tout consommer le même jour ;-)

      Supprimer
  4. Miam miam!!! Merci pour toutes ces crêpes et le cidre, Tilia!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trinquons ensemble, à votre santé, Chri !

      Supprimer
  5. J'ai plus faim après tout ça !
    J'ai bien aimé la première.
    Je vais en faire la semaine prochaine, mon Chéri m'a réclamé des crêpes à la Bretonne. On a du cidre au frai.
    Je mettrai en ligne.
    Bon week-end et bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La première, tu as raison Claude, une ou deux crêtes avec le thé, c'est délicieux !
      Bises et bon dimanche
      à bientôt, pour déguster vos crêpes

      Supprimer
  6. pour moi et depuis toujours, pain et saucisson pendant que les autres mangent des crêpes. Bonne journée . Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et un petit coup de beaujolais pour faire descendre :)
      Bises et bon dimanche

      Supprimer
  7. Quelle collection de crêpes... je me suis régalée merci Tilia, je n'aurais jamais pensé une telle iconographie sur ce sujet, et le cidre est bien venu après toute cette dégustation.
    je te souhaite une bonne Chandeleur et n'oublie pas le louis d'or dans la main gauche en faisant sauter la crêpe !
    (à défaut de louis la CB suffit-elle ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les peintures de cuisson des crêpes ne manquent pas, j'ai choisi les plus intéressantes. Josef Israëls, par exemple, en a multiplié les versions, en voici une autre.
      Vu la conjoncture, même avec une carte Gold, j'ai un doute sur la valeur de ce genre de porte-bonheur :)
      Bises et bon dimanche, Josette

      Supprimer
  8. "Rosée à la chandeleur l'hiver à sa dernière heure"
    Une belle collection que tu nous offres
    Richemont a ma préférence
    Chez Punelle et Bigoudi on peut voir une carte postale ancienne très amusante
    Très bonne journée

    http://prunelle-et-bigoudi.fr/dou-vient-la-chandeleur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À la Chandeleur, l'hiver se meurt ou prend vigueur. Vu la vague de froid annoncée, pour nous c'est la seconde option :D
      Je suppose que tu parles de cette carte postale ? Je la trouve + qu'amusante, intéressante !
      En illustrations, j'aime bien celle-là aussi .
      Bon dimanche , Aloïs

      Supprimer
    2. Ah oui très sympa les ours!!!
      bonne soirée

      Supprimer
  9. Ma préférence: le tableau de David Teniers le Jeune... :-) que je découvre ici (le peintre.)La scène peinte par JJ Horemans l'Ancien m'interpelle également. Une tradition qui s'adresse à tous milieux. J'aime beaucoup, merci pour cette présentation captivante.
    A nos poêles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec toi, le tableau de David Teniers le Jeune est étonnant de rusticité. C'est le seul qui ne soit pas peint par un hollandais pur jus, mais par un flamand :)
      Contente que tu n'aies pas eu d'indigestion !

      Supprimer
  10. Elles ne sont pas toutes belles mais leur goût devrait être "passable" :-) Autant de peintres qui s'attellent pour une simple pile de crêpes! la gourmandise va de pair avec la création on dirait :-)
    En tout cas encore une belle compilation d'autant plus que pour une fois fera la bonheur des petits et des grands.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La beauté n'est pas un critère valable en matière artistique. Devant certaines peintures modernes, on se prend des fois à le regretter :)

      Supprimer
  11. Saisissante cette pile de crêpes... en peinture.
    Crêpes au sarrasin, crêpes au sucre, crêpes fourrées ... il y en a pour tous les goûts mais c'est avec la crêpe salée (au blé noir) que je bois une bolée... et tout autre breuvage chaud de préférence avec la crêpe-dessert.

    Merci de cette compilation: que d'heures passées devant la cheminée ou la crépière electrique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi le cidre, à condition qu'il soit brut et non doux, va aussi bien avec les crêpes sucrées.
      La crêpière électrique ? ça existe ? nooon !!

      Supprimer
  12. Un vrai festival de crêpes !!! Un joyeux moment en famille ou entre amis ! Une tradition incontournable...
    "C'est la chandeleur, c'est la chandeleur
    la crêpe glisse dans la poêle
    la poêle glisse avec la crêpe
    la crêpe saute de la poêle
    la poêle saute avec la crêpe
    hop, régalons nous (bis)."
    Très bonne Chandeleur !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la jolie comptine, Enitram.
      En retour, j'ai déniché sur un site scolaire une poésie très réussie (page 9 du PDF). Composée par des élèves elle a été reprise effrontément, sans faire de lien et sans honte, par différents sites !
      Bisous sucrés

      Supprimer
    2. Je ne pparviens pas à accéder à cette page, le lien ne marche pas !!

      Supprimer
    3. Bizarre, il fonctionne quand je clique dessus. Voici le poème en question :

      La crêpe

      Crêpe, crêpe je t'en prie !
      Veux-tu revenir ici !
      Allez ! au fond de la poêle,
      Pour cuire des deux côtés.
      Ne saute pas jusqu’aux étoiles,
      On t’attend pour le goûter.
      Tu n’es pas une hirondelle,
      Il te faudra retomber.
      Pour voler, il faut des ailes,
      Toi, tu ne sais que sauter !
      Crêpe, crêpe, je t’en prie !
      veux-tu revenir ici !


      Ce charmant petit poème (repris éhontément un peu partout sur la toile sans aucune mention d'auteur) est signé Maéva et Elise, élèves de l'école publique Louis Froger à Beaulieu-su-Layon (Maine-et-Loire)

      Supprimer
  13. Tu m'as mis l'eau à la bouche! Jamais je n'aurais pensé qu'il y ait autant de tableaux sur ce sujet!

    RépondreSupprimer
  14. Juste , je viens de faire sauter ma dernière crêpe avec un louis d'or dans la main pour la tradition , connais -tu l'origine de ce geste pour la chandeleur ?
    Mes grand-parents de Quimper faisaient des crêpes de blé noir tous les jours et garder les crêpes de " parisien " disaient -ils ( de farine blanche ) pour les invités et les enfants pendant les vacances , avec simplement un peu de sucre
    Je n'ai jamais retrouvé cette saveur
    Stupéfaite du nombre de peintres qui se sont penchés sur ce plat Bravo pour tes recherches

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tenir un louis d'or dans la main en faisant sauter la première crêpe afin de s'assurer la prospérité est une tradition dont l'origine ne peut pas être antérieure à 1640, date de création du louis d'or ! Il est possible qu'auparavant les gens aient utilisé une autre pièce en or, sans doute le franc à cheval, créé en 1360.
      Les temps changent, à présent ce sont les crêpes de sarrasin qui sont tendance, car considérées comme + "authentiques"..
      Oui, les crêpes à l'huile sur toile ne manquent pas, j'ai écrémé :)
      Merci pour l'appréciation favorable et bon dimanche, Arlette

      Supprimer
  15. Pour être tout à fait complet, on peut aussi parler de "Ceci n'est pas une crèpe" de Magritte, et des "Demoiselles d'avignon mangeant des crêpes" de Picasso.

    RépondreSupprimer
  16. Billet qui suit l'actualité à la crêpe, heuuu non, à la lettre !
    J'aime bien la crêpe déguisée en masque : on a tous fait de la dentelle en les repliant en plusieurs fois, et en grignotant des p'tits bouts par-ci par là !
    Les russes voient les choses en grand, vu la pile de crêpes proposée ; poêles à long manche, plaque multi-crêpes, et toujours plein de monde autour, pressé de les déguster !

    Super !

    Biseeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups ! j'ai bien failli oublier de répondre à ton commentaire, agrémenté (comme d'habitude) d'un trait d'esprit, ce que j'apprécie énormément :))

      La pile de crêpes russes, tu l'as sûrement remarqué, est accompagnée de caviar rouge et de de filets de maquereau à l'échalotte. Elle est certainement destinée à fêter Maslenitsa, le mardi-gras russe dont j'ai l'intention de parler le moment venu (à moins d'un empêchement).

      Bises et à très bientôt, Christineeeeee

      Supprimer
    2. Et la crème ! tu as (bu) vu l'énorme pot de crème ? les normands sont battus !
      Rebiseeeeeeeeeees

      Supprimer
  17. Toutes ces peintures nous en disent long sur la façon de faire la cuisine. La cuisinière à bois ne semble apparaître qu'au milieu du 19e siècle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente question, Jeanmi ! merci de me l'avoir posée.
      Recherches en cours sur l'apparition de la cuisinière à bois dans la peinture...
      Quant au poêle à bois comme appareil de chauffage, il existait déjà du temps de Rembrandt : La Femme devant le poêle, 1658.

      Supprimer
  18. Je comprends maintenant pourquoi ALAIN attends ma recette de crêpes !
    Bon Dimanche, Tilia !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'humour d'Alain, c'est du troisième degré.. minimum :))
      Bonne soirée, Claude, bisous

      Supprimer
  19. Ho la la !!! Quel répertoire
    Que dis-je Quel éventail de saveurs
    La "bolée" est nécessaire et pour moi l'escabeau....
    Pour décrocher les crêpes collées au plafond

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, CapHadock, pour ce trait d'humour qui m'a fait sourire jusqu'aux oreilles :)

      Supprimer
  20. Bonjour Tilia,

    Même si nous ne fêtons pas ici la Chandeleur, vous m'avez donné une furieuse envie de crêpes...

    En réalité, je n'ai pas souvenance que ma grand-mère ait jamais fait des crêpes. Elle faisait plutôt des galettes avec de la «fleur» de sarrasin...J'ai compris plus tard qu'il s'agissait d'une francisation du mot «flour» désignant la farine en anglais.

    Ces galettes sont aussi présentes dans l'un des plus célèbres romans de la littérature québécoise : Un homme et son péché de Claude-Henri Grignon. Séraphin Poudrier, le personnage central, est notre Harpagon et il restreint sa pauvre femme, Donalda, en lui comptant le peu de mélasse qu'elle a le droit d'utiliser pour agrémenter ses galettes de sarrasin. Ce personnage est d'autant plus célèbre que le roman a donné naissance à une adaptation radiophonique, à une adaptation télévisuelle Les belles histoires des pays d'en haut et à deux films...

    Je ne sais trop si cela est lié au fait que le blé n'est pas cultivé de façon extensive au Québec. Les provinces de l'ouest se sont appropriées cette culture qui convient bien à leurs grandes plaines.

    Pour en revenir à vos crêpes, j'ai beaucoup apprécié les deux natures mortes russes qui encadrent votre billet et, comme Aloïs, j'aime aussi le Richemont. Ce qui me frappe dans les toiles du siècle d'or hollandais, c'est à la fois l'aspect convivial : on ne fait pas des crêpes pour une seule personne et les objets techniquement bien pensés pour leur confection, qu'il s'agisse des poêles à long manche qui permettent de ne pas se casser le dos ou des plaques autorisant la confection de plusieurs crêpes à la fois.

    Quant au cidre, c'est une autre histoire que je vous raconterai peut-être un jour!

    Bonne fin de dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme vous le savez, les crêpes de sarrasin sont les traditionnelles galettes bretonnes, autrement dit des crêpes salées, contrairement aux crêpes de Chandeleur qui sont faites avec de la farine de blé et que l'on déguste saupoudrées de sucre, ou garnies d'un peu de confiture.

      L'association des crêpes avec la fête de la Chandeleur vient sans doute du fait que, par sa forme et par sa couleur, la crêpe rappelle le pâle soleil de Février. D'ailleurs, ce sont les chandelles allumées pour célébrer le retour de la lumière solaire qui ont donné leur nom à la Chandeleur. Pour illustrer mon propos, j'ai trouvé un exemple pictural de crêpe solaire dans l'œuvre
      d'un peintre russe contemporain Igor Shaimardanov.

      Merci pour la découverte de Séraphin Poudrier. Un personnage que je m'empresse d'ajouter dans ma galerie des gripsous, aux côtés de Félix Grandet et d'Ebenezer Scrooge :)

      Votre histoire de cidre va être savoureuse, je le pressens.
      Bonne fin de journée dominicale, Marie-Josée

      Supprimer
    2. Rebonjour Tilia,

      J'ai déjeuné hier avec une troisième de mes tantes et j'ai donc contre-vérifié mes souvenirs : je crois que nous faisons une légère entorse aux traditions culinaires venues de nos ancêtres bretons, car nous mangeons bel et bien la galette de sarrasin, moins grande que la crêpe bretonne, avec du sucré, généralement de la mélasse ou du sirop d'érable.

      Pour le vendredi que ma grand-mère disait «maigre et jeûne» quand j'étais enfant, elle préparait des galettes de sarrasin avec un ragoût de patates, entendre des pommes de terre dans une sorte de béchamel... Les dernières galettes étaient mangées en dessert avec de la mélasse.

      À quatre copies de la fin des corrections... Youpi!!!

      Supprimer
    3. Coucou Marie-Josée !

      Le ragoût de patates de votre grand-mère m'a rappelé le gratin dauphinois de mon enfance. Sa recette diffère légèrement de celle du gratin de pommes de terre en béchamel qui, contrairement aux gratins dauphinois ou savoyard, demande un peu de farine pour la béchamel.

      Bonne fin de journée et bon appétit Marie-Josée :)

      Supprimer
  21. Petit ajout de dernière heure... Après vérification auprès de mes tantes, apparemment, ma grand-mère faisait des crêpes, mais pas spécifiquement pour la Chandeleur. Par contre, cette fête était associée, pour elles, à la cérémonie de la bénédiction des gorges que l'on décrit dans l'article que je vous ai joint. Le point commun est la présence de cierges...

    Il semble enfin que la Chandeleur ait été remplacée, au Canada et aux États-Unis, par le jour de la marmotte et, effectivement, nous avons eu des nouvelles de deux marmottes aujourd'hui, mais, comme elles ont eu des comportements contraires, nous ne savons toujours pas si cet hiver difficile sera encore long ou s'il se terminera bientôt... Parler de n'importe quoi à un Québécois, il finira toujours par revenir à la température ;0)

    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malencontreusement, votre lien vers la bénédiction des gorges renvoie vers mon grenier ! Je suis donc allée m'informer par mes propres moyens sur cette fête dont j'ignorais tout.

      Par contre, pour le jour de la Marmotte, j'étais au courant. Je trouve ce genre de célébration éminemment sympathique. Tout ce qui se rapporte au respect de Mère Nature me comble d'aise :)

      Meilleur temps chez vous, Marie-Josée !

      Supprimer
  22. Quel travail magnifique de recherche Tilia.
    Je ne pensais pas que les crèpes qu´il y avait un tel engouement à cette époque pour les crèpes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun de ces tableaux ne mentionne la Chandeleur...
      Je pense que dans les siècles passés, les hollandais mangeaient souvent des crêpes :)

      Supprimer
  23. Ah mince ! Je suis en train d'écouter "la tête au carré" sur l'Egypte !
    Un petit intermède pour te donner le line vers mon ami de blog Daniel et sa grand'mère en creuse :


    http://imagesdaniel.blogspot.fr/2012/02/cheminee.html

    Je retourne devant mon poste, celui qu'on écoute et qui n'a pas d'écran....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien, Cergie ! j'ai laissé un petit coucou à Daniel pour le remercier de ce chaleureux billet.

      Supprimer
  24. Que de détails à examiner sur chaque toile et en même temps une unité quelque soit le pays.
    Les crêpes sont pour nous repas de fête mais autrefois elles étaient nécessité et repas de tous les jours. Où ai-je lu que les pizzas n'ont gagné du prestige et du galon que depuis que les Etats Unis se mettent à l'apprécier ? La cuisson à l'âtre est un art qui demande savoir faire et temps. Cela s'est perdu de même que de mijoter sur le poêle à bois....
    Ce midi nous avons mangé des galettes et des gaufres... Un peu bourratif mais festif et de saison.
    (Je n'ai pas le courage de faire des beignets de carnaval dont ma grand mère cuisait des bassines, d'après ma tante, sa recette me vient de mon père)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En faisant si judicieusement remarquer que les crêpes étaient fréquemment au menu, voire le plat unique, dans les siècles passés, tu as très certainement trouvé l'explication des si nombreux tableaux représentant la cuisson des crêpes.
      Ma mère aussi cuisait des beignets le jour de Mardi Gras, la veille du Mercredi des Cendres marquant le début des privations du Carême.

      Supprimer
    2. Et les "nems" roulés dans des galettes de riz ? Il y a universalité dans la cuisine...
      Ma voisine cambodgienne fait des crêpes à la farine de riz qu'elle fourre (un délice), j'ai la recette, je l'ai perdue, retrouvée et reperdue....
      :-(

      Supprimer
  25. Superbe collection!
    Pour moi, ce sera crêpes et THé!(Bien que j'apprécie le cidre, en tant que Normande)

    Le tableau "Garçon avec un masque découpée dans une crêpe"de
    Godfried Schalcken m'a beaucoup étonnée; j'y vois presque un masque mortuaire, une vanité ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malgré des recherches approfondies, je n'ai pas trouvé une seule vanité dans l'œuvre de Godfried Schalcken. Par contre, les scènes nocturnes éclairées à la bougie, comme celles de Georges de La Tour, ne manquent pas.
      Ce qui n'enlève rien à la pertinence de ta remarque, Miss Yves, les trous de la crêpe évoquant bien ceux d'un crâne de squelette !

      Il est à noter que la présentation de cette scène dans le cadre d'une fenêtre souligne l'appartenance du peintre au mouvement Fijnschilders de l'École de Leyde, dont Gerrit Dou (le représentant principal de ce mouvement) a peint maints tableaux dans l'encadrement d'une fenêtre.

      Supprimer
  26. Ben dis donc quel boulot de recherches, ton grenier me réserve de belles découvertes ! Et bien l'endroit où j'aimerais m'arrêter pour manger quelques crêpes c'est chez Alfred de Richemont !
    Je t'embrasse
    Danielle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien d'accord avec toi Danielle ! nous sommes nombreuses à aimer le tableau chaleureusement convivial d'Alfred de Richemont :)
      Bisous sucrés

      Supprimer
  27. En veux-tu, en voilà! de quoi en avoir une indigestion... mais c'est si bon.
    M de sclos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces crêpes sur toiles ont l'avantage de ne pas tomber sur les hanches :)

      Supprimer
  28. Merci et bravo pour ta participation à ma devinette!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun mérite dans mon cas !
      c'était trop facile pour celles qui ont vu le récent billet de Cristineeee.
      On dirait que, sans nullement se concerter, on est parfois branché sur la longueur d'onde qui véhicule les idées en vogue.
      Jung appelle ça la synchronicité :)

      Supprimer
  29. Quel régal! A la bonne crêpe, et que ça saute !
    Il y a beaucoup de convivialité autour des crêpes, on imagine mal une soirée crêpe tout seul dans son coin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et quelle rigolade quand la crêpe retombe à côté de la poêle :)

      Supprimer
  30. Bonjour Tilia !
    Je vais faire une tournée de crêpes samedi soir.
    Mon amie Hélène a proposé Georgette pour mon rouge-gorge, pensant que ce pourrait être une femelle.
    Georgette Valda, c'est pas mal ! On firait le nom d'une chanteuse.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta fournée de crêpes t'a sûrement donné chaud ! Un petit coup de cidre te fera du bien et je trinque avec toi, Claude :)
      (Georgette Valda, une vraie chanteuse avec un truc en plume :))
      Bises dominicales

      Supprimer
  31. je suis revenue plusieurs fois sur ce régal pour les yeux; Mais foi de Bretonne (pure beurre) je regrette de ne pas avoir photographié ma grand'mère Noyale quand elle faisait les crêpes ...dans sa ferme . Commençons par le début:
    Tous les vendredi matin (jour du repas sans viande et sans poisson au fond de la bretagne intérieure point de marée) ma grand'mère décroche sa bassine en cuivre, la pose sur le sol (en terre battue) verse la farine de blé noir , un peu de sel, et commence à pétrir en versant doucement de l'eau...quand la pâte lui convient elle s'en va traire les vaches et faire "ce qu'elle a à faire
    Puis avant l'heure du retour des hommes du champ elle pose ses deux galetières ou BILLIG sur deux trépieds où 2 feux de bois sont allumés. elle prépare dans un bol un chiffon avec de la graisse mélange de beurre et d'huile ou même de saindoux. elle commence à graisser ses plaques et on peut faire les KRAMPOUZ
    elle jette la pâte sur celle de droite qui est étalée d'un geste rapide avec le ROZELL genre de râteau large avec petit manche(il faut le coup pour faire en un tour de poignet le tour de la Billig. )
    elle retourne sa crêpe sur la deuxième billig et recommence.
    Elle fait un très grand tas qu'elle place dans un gros torchon et quand les gens viennent pour manger elle continue et sert directement. Pas de fromage, pas de jambon, quelquefois un oeuf. Plutôt du beurre ou alors comble de la gastronomie bretonne pour mes parents (mais pas pour moi) on coupe les crépes chaudes dans un bol de lait ribot , ce qui donne ce que l'on appelle une "cheulatte".
    on boit du cidre (de la barrique) qui est doux à l'automne beaucoup plus dur après quelques mois! et/ou du lait "caillé" ou du lait ribot.
    le gros tas préparé à l'avance est rangé dans la grande armoire garde manger et on mangera des crêpes tous les jours même trempées dans la soupe.
    on ne faisait que très rarement des crêpes de froment car ça coûtait plus cher: on économisait la farine de froment plus chère, il fallait utiliser des oeufs et du lait.
    je me souviens de toute cette cérémonie car seule ma grand'mère oeuvrait. J'étais une fillette puis une jeune fille de la ville et VOULAIs des crêpes de froment ce que ma grand'mère acceptait tout en grommelant parfois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un très grand merci, Marguerite-Marie, pour ces souvenirs évoqués de manière si vivante que j'ai cru voir de mes yeux ta grand-mère retourner ses crêpes d'un billig sur l'autre.
      Ce témoignage me va droit au cœur, d'autant plus que je dois avoir un rameau breton dans mon arbre généalogique, car la musique traditionnelle bretonne me fait autant vibrer (si ce n'est +) que les fifres et tambourins de ma Provence natale :)
      Bisous ravis

      Supprimer
  32. Je comprends enfin à voir ces tableaux anciens pourquoi les manches des poëles étaient si longs : on pouvait s'asseoir devant le feu et gérer les crêpes sans être trop près du feu ni plié en deux.

    Très émue aussi par le témoignage de Marguerite-Marie. Moi qui ai passé toutes mes vacances de petite fille en Bretagne jusqu'à l'âge de 20 ans, les galettes de sarazin font partie de ma culture culinaire de prédilection. C'était déjà la version élaborée avec fromage, jambon et parfois oeuf mais pas encore le grand n'importe quoi d'aujourd'hui (j'ai vu -pas en Bretagne- des galettes aux merguez ou à la tartiflette !!!)

    Merci pour très joli billet. Tes recherches iconographique ne cessent de m'épater.

    RépondreSupprimer