mardi 12 mars 2013

Pourpre cardinalice

Ce 12 mars 2013, consécutivement à la démission de Benoit XVI, les cardinaux entrent en conclave afin d'élire un nouveau pape à la tête de l'église catholique.

Le conclave est la pièce où les cardinaux sont littéralement (conclave vient du latin cum clave) enfermés à clef, jusqu'à ce qu'ils parviennent à élire un nouveau pape. Depuis 1996, le règlement établi par  Jean-Paul II spécifie que le conclave doit obligatoirement se tenir dans la Chapelle Sixtine.


Autoclave avec cheminée soupape
Conclave des cardinaux enfermés sous pression


Le terme conclave désigne aussi l'assemblée des 115 cardinaux électeurs qui, selon un mode d'élection datant du XIIIe siècle, devront voter quotidiennement à raison de deux à quatre tours de scrutin par jour. Les votes se poursuivront jusqu'à ce qu'un nom remporte les deux tiers des suffrages (soit au minimum 77 voix) ou plus.


Saint Jérôme
Jacopo Bellini - vers 1430-35
Gemäldegalerie, Berlin


Tenus au secret par le serment qu'ils doivent prêter au début du conclave, les cardinaux électeurs sont coupés du monde durant toute la durée de l'élection. C'est par la cheminée, installée sur le toit de la Chapelle Sixtine lors des préparatifs de l'élection, que le résultat quotidien du vote est communiqué à la foule des fidèles et des reporters assemblés sur la place Saint-Pierre.


Saint-Jérôme dans son étude
Jan van Eyck - vers 1435
Detroit Institute of Arts  (notice du musée)

Jérôme de Stridon, alias St Jérôme, était un prêtre romain ayant exercé la fonction de secrétaire auprès du pape Damase 1er. Une charge qui lui a valu d'être traditionnellement représenté avec les attributs d'un cardinal, bien que cette dignité ecclésiastique ait été déterminée beaucoup plus tard, dans le courant de l'an mille.


Portrait d'un cardinal dans son étude (représenté comme St Jérôme)
Lorenzo Costa l'Ancien - vers 1510-1520
Minneapolis Institute of Arts (notice du musée)

Traditionnellement, les cardinaux sont vêtus de rouge éclatant de la tête aux pieds. La pourpre cardinalice ne doit pas être confondue avec la couleur pourpre. Le pourpre est un mollusque marin qui produit un liquide rouge foncé de couleur pourpre. Dans le cas des cardinaux, la pourpre désigne leur vêtement, teint d'un beau rouge vif, le rouge cardinal.

Le cardinal
Raphaël - 1510-1511
Musée du Prado, Madrid  (notice du musée)


Depuis l'époque de la Renaissance, les portraits de cardinaux en habit cramoisi ne manquent pas. Voici quelques uns de ces portraits peints au fil des siècles.


Portrait du cardinal Charles de Lorraine
El Greco - 1571
Kunsthaus, Zürich


Le cardinal Mazarin
Pierre Mignardvers 1658
Musée Condé, Chantilly (notice et contexte hitorique)



Portrait du cardinal Camillo Astalli Pamphili
légat d'Avignon de 1650 à 1654
Diégo Velázquez - 1660
The Hispanic Society of America, New-York


Cardinal Alberico Archinto
Anton-Raphael Mengs - 1756-57
Musée des Beaux-Arts, Lyon (notice)


Passés le dix-huitième siècle et la révolution française, quelques années avant que Gambetta déclare en 1877 « Le cléricalisme, voilà l'ennemi ! », la seconde moitié du dix-neuvième siècle a vu naître (non seulement en France, mais aussi en Italie et en Belgique) quelques peintres qui se sont spécialisés dans les scènes de genre ayant pour modèles des prélats, et plus particulièrement des cardinaux.


Échec, Napoléon et le cardinal Fesch (détail)
Jehan Georges Vibert (1840-1902)
The Haggin Museum, Stockton, Californie (notice du musée et tableau intégral)



Jehan Georges Vibert a sans doute été le premier peintre français à produire une série de tableaux, plus ou moins historiques ou humoristiques, voire satiriques, représentant des cardinaux.



Préparation du sacre de Napoléon
Jehan Georges Vibert (1840-1902)
collection privée (notice de Sotheby's)



Eurêka !
Jehan Georges Vibert (1840-1902)
collection privée (notice de Sotheby's)


La merveilleuse sauce
Jehan Georges Vibert - 1890
Albright–Knox Art Gallery, New-York (notice du musée)


La diète
Jehan Georges Vibert
Collection de Fred et Sherry Ross, New Jersey, USA


L'embarras du choix
Jehan Georges Vibert - vers 1873
Brooklyn Museum, New-York (notice du musée)


Le vilain perroquet
Jehan Georges Vibert (1840-1902)
collection privée (notice)



Cardinal dans son étude
Paolo Giovanni Bedini (1844-1924)
collection privée

Le cardinal ci-dessus, représenté par Paolo Bedini dans une attitude très digne, porte sur sa soutane rouge un survêtement en dentelle appelé rochet.


Cardinal philatéliste
Georges Croegaert (1848-1923)
collection privée, Sutcliffe Galleries (notice et biographie)

Georges Croegaert était un peintre académique belge. Né en 1848 à Anvers, il a passé la majeure partie de sa vie à Paris. Associé à la fois au classicisme et à l'art anticlérical, Croegaert a peint de nombreux tableaux représentant des cardinaux dans des situations plus ou moins inconvenantes.


Patrimoine ecclésiastique
Georges Croegaert (1848-1923)
collection privée


L'impatient
Andrea Landini (1847-1935)
Fylde Gallery, Lytham St Annes (U.K.)

Autre peintre de cardinaux, italien cette fois, Andrea Landini est tout aussi minutieux que Georges Croegaert dans ses représentations de scènes de la vie ecclésiastique, toutefois, son inspiration est plus conventionnelle. Lire ici une biographie d'Andrea Landini (en anglais) avec des informations sur le mouvement regroupant les divers représentant de la peinture de cardinaux.


Une bonne bouteille
Andrea Landini (1847-1935)
Touchstones, Rochdale USA


Le tir à la corde
Andrea Landini (1847-1935)
collection privée (notice de Christie's)


Le barbier maladroit
François Brunery (1849-1926)
collection privée (notice de Bonhams)

François Brunery, ou Francesco Brunery, italien lui aussi, est un autre représentant de la Cardinal School of Painters  mentionnée dans cet article le concernant. Je trouve l'imagination de ce peintre délicieusement anecdotique.


Surprenantes nouvelles
François Brunery (1849-1926)
collection privée


Vénérable cuvée de Lacryma Christi
François Brunery (1849-1926)
collection privée (notice de Bonhams)

Qui a déjà goûté au Lacryma Christi ?


Sans pitié !
François Brunery (1849-1926)
collection privée


Un duo discordant
François Brunery (1849-1926)
collection privée



Cardinaux dans une salle du Vatican
Henri Adolphe Laissement (18541921) - 1895
collection privée (notice sur Artnet)

Élève de Cabanel, Henri Laissement exposa pour la première fois à Paris en 1879, au Salon des Artistes Français. Par la suite, il reçut diverses récompenses, dont une dans le cadre de l'Exposition Universelle de 1889, ainsi qu'une médaille de bronze en 1900. Les thèmes principaux de sa peinture sont les militaires et les ecclésiastiques représentés dans des scènes amusantes.

Pour terminer ce billet, aussi long qu'un jour de conclave non concluant, reprenons notre sérieux un instant avec un tableau d'un autre peintre de prélats, allemand celui-ci, Anton Laupheimer (lire ici sa biographie).


Un rapport de son Éminence
Anton Laupheimer - 1889
collection privée (notice de la galerie)

Aux dernières nouvelles, en cette fin de journée blanche sur le nord de la France, où la neige est tombée sans discontinuer, à Rome c'est une fumée noire qui s'est élevée de la cheminée installée sur le toit de la chapelle Sixtine.

Cheminée de la chapelle Sixtine le 12 mars 2013 au soir
(Photo © Tony Gentile, agence Reuters)

Cette toute première journée du conclave n'a pas été concluante, le suspense demeure...


Le cardinal John Newman
John Everett Millais - 1881
National Portrait Gallery, Londres (notice du musée)

Au dix-neuvième siècle, le cardinal John Newmann (dont la béatification a été célébrée par Benoît XVI le 19 septembre 2010 à Birmingham lors de sa visite au Royaume-Uni) aurait eu des chances d'être élu pape à la place de Pie IX. De nos jours, l'élection d'un cardinal britannique semble tout à fait hors de question !


EDIT DU 13 MARS AU SOIR

À l'inverse d'hier, aujourd'hui les chaussées d'Île-de-France redeviennent noires, et à Rome c'est une fumée blanche qui s'est élevée de la chapelle Sixtine.

Cheminée de la chapelle Sixtine le 13 mars 2013 au soir
(Photo © Gregorio Borgia, agence Sipa)

 
Le suspense aura été de courte durée et l'élection, au cinquième tour de scrutin, du cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio a surpris tout le monde. Le nouveau pape est réputé vivre simplement et refusant les privilèges. Tout le contraire des cardinaux dépeints par les artistes du XIXe siècle !




©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2013

54 commentaires:

  1. Une belle collection de cardinaux Tilia...pour le pape attendons la suite !
    bonne nuit
    (je vais t'envoyer une photo d'un tableau qui ne mérite pas tant d'honneur mais où on voit une partie d'échec entre prélats)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne nuit à toi aussi, attention à ne pas glisser demain ! je file voir ton tableau

      Supprimer
  2. Des cardinaux aux quatre coins du billet! Tout ce rouge, tout ce rouge!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout comme dans ce verre qui déborde de billes aussi écarlates que les barrettes des cardinaux enfermés dans leur cocotte-minute ;-)

      Supprimer
  3. Etonnante collection de peintures non conventionnelles, une vraie découverte pour moi!
    On se croirait dans le 8 et demi de Fellini, pour un peu!
    j'ignorais tout de JG Vibert: merci pour cette documentation inédite.

    Au fait, par quel procédé chimique la fumée est-elle noire ou blanche ?
    Bravo pour ton montage/cocotte minute qui fait monter la pression .

    Journée très très blanche dans la Manche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le temps, la fumée noire était obtenue en ajoutant de la paille humide aux bulletins de vote. De nos jours, c'est un fumigène (blanc ou noir) placé dans un poêle spécial qui se charge de renseigner la foule.

      Très blanche ici aussi la journée et la météo annonce pareil pour demain et après-demain ! J'espère que tu ne pâtis pas trop de la situation.

      Supprimer
  4. D'après la prophétie de Malachie, le prochain pape serait "Pierre le Romain" donc, forcément un Italien... Réponse dans quelques jours...
    Je me "régale" avec ton billet, que d'humour parmi ces artistes ! Et de la part des prélats aussi ! lol Je ne connaissais pas tous les Vibert et les Landini, (pour lui, seulement "l'Impatient" que j'adore) que tu as as insérés ici, et pas du tout Brunery.
    Croegaert irrévérencieux ? Je ne connais pas tous ses tableaux mais parmi ceux qui me viennent à l'esprit (le célèbre "Verre de Sherry" par exemple) il n'y a rien d'offensif. N'oublions pas que les cardinaux ne dont pas des moines, et ne mènent pas une vie d'ascètes lol Certes, dans cet Art un tantinet anti-clérical, ils sont parfois représentés en plein péché de gourmandise lol (si l'on partage, point de péché lol mais ils boivent seuls lol) mais rien de méchant.
    Merci pour ce billet réjouissant et si bien documenté sur la pourpre cardinalicetout à fait superbe dans le choix de ton iconographie.
    Il parait, selon les dernières infos, que le choix n'est pas simple et que nous n'entendront pas "Habemus Papam" avant la fin de la semaine... patience... Mais j'ai hâte de connaitre le nouveau souverain pontife.
    Bonne soirée Tilia, sous la neige pour toi, chez moi elle arrive demain...
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Selon la prophétie de Saint-Malachie, le pape François sera le dernier... Ensuite, on peut espérer un nouveau cycle, voire un total renouveau. Si toute la chrétienté (catholique, protestants et orthodoxes) pouvait s'unir sous la houlette d'un même pasteur, ce ne serait pas plus mal !

      Un ou deux Croegaert sont vraiment satiriques, mais réflexion faite, la palme revient à Francesco Brunery
      Bises et bonne fin de semaine, Nathanaëlle

      Supprimer
    2. Vi, mais le Pape François ne se nomme pas Pierre et n'est pas Italien, héhé ! lol Entre nous, je n'y crois pas vraiment à ces prophéties, ce ne sont que des interpretations pour les précédents. Comme par exemple le Bien heureux Jean-Paul II était, selon la prophétie, "le labeur du soleil", il a effectivement eu un pontificat remarquable. Le calme et la sérénité de Benoit XVI rappellent l'olivier. Des interpretations, parfois troublantes, (c'est bien pensé lol) mais des interprétations, dont parfois plusieurs pour le même nom.
      Longue vie au Pape !
      Bisous Tilia et bon Week-end.

      Supprimer
  5. PS : non je n'ai jamais bu de Lacrima Christi, (je ne bois pas de vin) et grâce à ton lien, j'ai vu qu'il en existait du rosé. Le blanc je connaissais, le rouge, on le suppose vu le nom du vin, mais le rosé, j'ignorais...

    RépondreSupprimer
  6. Veux -tu imager ainsi les 115 cardinaux de service ? je ne connaissais pas toutes ces représentation où l'humour est présent
    Et le rouge ... devant ton billet si savant je n'ose dire que j'ai toujours eu un vêtement rouge dans ma garde - robe !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, c'est la couleur rouge qui est à l'origine de ce billet. J'avais depuis longtemps repéré et collectionné les liens de nombre de ces peintures de cardinaux, dans lesquelles le rouge écarlate des vêtements saute littéralement aux yeux !

      Supprimer
  7. Tu parles d'un suspens, toi !
    On va encore en entendre parler pendant 15 jours.
    Et pendant ce temps là, à Dijon la moutarde monte au nez des gens.
    C'est plus important que l'élection du Pape.
    J'admire tes recherches. Quel travail de téléchargement aussi.
    J'aime bien ta première image. T'as de l'humour.
    Bonne journée et bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dirait que le ciel a entendu ta plainte, tu n'as pas eu à supporter longtemps les reportages sur le conclave :)
      Suis bien contente de savoir que, comme Miss Yves, tu apprécies l'humour de ma cocotte-minute. Je me suis bien amusée à la confectionner.
      Bisous

      Supprimer
  8. Aimé ton approche en ces temps, l´humour qui s´en dégage parfois. Belle recherche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Alba, à bientôt chez toi.

      Supprimer
  9. La liste est longue... :-) Ici, à Avignon, nous commençons à faire une indigestion de ce conclave, il y aura même une soirée spéciale, vendredi, dans le Palais des Papes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Liste moins longue que celles des cardinaux électeurs :)
      Suis curieuse de savoir quelle sorte de soirée va avoir lieu demain au Palais des Papes. Mon petit doigt me dit que ce ne sera sans doute pas en accord avec le style du nouveau pape qui, d'après les médias, n'apprécie guère les mondanités !

      Supprimer
  10. A fantastic story and beautiful illustrations. Regards

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thank you very much and welcome here, ZielonaMila

      Supprimer
  11. Merci pour ces renseignements.
    Non, pas de PB pour moi, pour nous . Balade dans la neige hier et photos , qu'il a fallu améliorer, la lumière n'étant pas fameuse.
    Je pourrais déguster du lacryma -auquel j'ai déjà goûté , bien sûr, en lisant tranquillement un bon livre at home!
    Ces tableaux de Vibert sont étonnants aussi par leur coup de pinceau , classique, voire léché et par leur absence de vulgarité: rien à voir avec les habituelles caricatures! (Qui présentent bien sûr de l'intérêt , comme moyen d'expression)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement, j'ai trouvé sur ce site la composition précise des fumigènes utilisés : "Pour obtenir de la fumée noire, le Vatican utilise un mélange de perchlorate de potassium, d'anthracène et de souffre tandis que la fumée blanche est produite avec un mélange de chlorate de potassium, de lactose et de colophane".
      Quant à la paille humide de l'ancien temps, ce même site indique que contrairement à ce que j'ai lu ailleurs c'est pour la fumée blanche quelle est utilisée, alors va savoir !..

      Supprimer
  12. Le tableau de Vibert "Échec, Napoléon et le cardinal Fesch" est franchement formidable! Comme je fais mes commentaires au fur et à mesure sur tes billets de peur d'oublier quelque chose je m'aperçois que la suite en est tout aussi "savourable" si je puis inventer ce mot!
    "Surprenantes nouvelles" aurait-il pu s'appliquer à Benoît XVI?
    Une fumée qui ne se révélera malheureusement jamais très transparente.
    Quel billet formidable! Tu es à la pointe de l'actualité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse de voir que ce tableau te plaît, c'est mon préféré. Quoique plus anecdotique, celui de la préparation du sacre n'est pas mal non plus ;-)
      Effectivement "Surprenantes nouvelles" pourrait bien concerner la démission inopinée de Benoît XVI !

      Si le caractère du nouveau pape correspond bien aux descriptions que nous en font les éditorialistes, il se pourrait que les écrans de fumée entourant certaines affaires du Vatican s'estompent notablement...

      Supprimer
  13. Ta fabuleuse galerie de portraits des papes nous fera patienter jusqu'à la levée de la fumée blanche !!!
    En attendant on ne peut qu'admirer la diversité des hommes en rouges qui ne se font pas prier pour poser dans ces fastueux palais comme de simples gentilshommes...
    Quelle belle recherche qui rejoint l'actualité !!
    Bonne journée !
    Bises enneigées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement, le suspense n'a pas duré longtemps et ma galerie de cardinaux cédera bientôt la place à la suite des aventures de cœur du roi René.

      Intriguée, tout comme toi, par le faste de ces appartements cardinalices, je me suis demandée quel pouvait bien être le palais ayant servi de modèle à tous ces tableaux. Recherches faites, il me semble fort probable que ce soit le Palais Rohan de Strasbourg.
      Bises et bonne fin de semaine, de préférence ensoleillée.
      (nous avons encore eu une courte averse de neige ici, ce jeudi !)

      Supprimer
  14. Si les cardinaux ont été "inventés" en l'an mille, qui élisait le pape avant cette date ?
    Pour les pronostics sur le nouveau pape, on peut lire ici : http://www.echolalie.org/wiki/index.php?ListeDePronosticsPourLeNouveauPape

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après ce que dit Wikipédia dans cet article, la fonction de cardinal a toujours existé, mais elle n'a été distinguée de celle d'évêque qu'en 1059, lorsque le pape Nicolas II a clarifié la situation.
      Donc, avant cette date, c'étaient les évêques-cardinaux (de nos jours, dans l'administration publique, on dirait "faisant fonction de cardinal") qui élisaient le pape.

      Supprimer
  15. Et voilà ! Le père Noël est un cardinal, alors que St Nicolas est évêque (habillé en violet) !
    Le rouge était une couleur coûteuse
    Tu ne sais pas comment était fait le rouge cardinal ?
    Le secret de la pourpre < mollusque, il me semble qu'il a été perdu.
    Le cardinal est un bel oiseau rouge d'Amérique du Nord.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cardinal_rouge

    En direct : le nom du nouveau pape !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle surprise que cette élection d'un cardinal argentin !

      Supprimer
  16. Habemus Papam !
    Heureusement que l'élection a été rapide. Nous n'avons pas été sous pression longtemps. Maintenant on attend la nomination du sous Pape.
    C'est pas mal comme nom Francesco Uno. Il a une bonne tête, c'est déjà ça. Un homme qui aime vivre simplement,dit-on, mais il va quand même vivre dans le faste et les dorures. Il passe du rouge cardinal au blanc Pape.
    C'est bien qu'il vienne d'Amérique latine. Il doivent être super contents là-bas.
    J'ai été impressionnée par tant de monde sur la place Saint-Pierre.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. François pape, François président.. il y a gros à parier que la cote de ce prénom va monter en flèche dans les maternités :-)
      Bises et bonne fin de semaine

      Supprimer
  17. Toujours à la pointe de la "fumée".... actualité !
    Les peintres de l'époque ne lésinaient pas sur les détails, et l'humour surtout : certains tableaux sont un régal ; je me demande si les modèles pausaient longtemps. Je suppose que le modèle de la "bonne bouteille" a dû apprécier les séances (et hop, encore un p'tit coup, manque le détail du vin qui remplit le verre), de même pour "lacrima christi" : ils sont déjà bien avancés dans la séance de pause !. Celui qui lisait son journal n'a pas résisté : tant pis, le peintre l'a peint endormi...

    Bref, un billet amusant et agréable comme je les aime.

    Je me demande comment un peintre de maintenant représenterait les cardinaux... y a-t-il des portraits modernes sur le sujet ?

    Biseeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux mon avis, je ne pense pas que de vrais cardinaux aient posé pour ce genre de tableaux. J'imagine plutôt que c'était le copain du peintre, déguisé en cardinal, qui s'y collait :)
      Et, comme je le suppose dans ma réponse à Enitram, c'est sans doute au palais Rohan de Strasbourg que les peintres ont fait les croquis des décors de leurs tableaux.
      Puisque tu as apprécié la série, voici un tableau trouvé après coup. Bien gratiné celui-là, n'est-ce pas ? :D

      Pour répondre à ta question au sujet du portrait d'un cardinal contemporain, je pense qu'il serait très conventionnel, tel celui faisant l'objet de cet article et qui a rejoint ceux qui sont rassemblés dans la sacristie de l'église la Trinité des Monts à Rome.

      Bisouuuus et belle fin de semaine, Christineeeee

      Supprimer
    2. Excellent !
      Rebiseeeeeeeeeeeees

      Supprimer
  18. Très bien documenté cet article fumant et rougeoyant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La cheminée de la chapelle Sixtine,
      éphémère et rarissime,
      à ne surtout pas manquer :)

      Supprimer
  19. Je ne savais pas que le sujet avait autant inspiré de peintres; certains d'entre eux sont facétieux.
    Là où je suis jalouse, c'est quand je pense que les cardinaux sont enfermés dans la chapelle Sixtine qu'ils ne doivent même plus regarder alors que nous, touristes, nous devons faire des kilomètres de queue pour pouvoir y entrer et n'y rester que quelques minutes!!
    Moi, j'ai déjà goûté du lacryma Christi "à cause" de Musset. j'avais seize ans et je venais de lire Les caprices de Marianne. Bonne excuse pour prendre un petit verre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun souvenir d'avoir lu Les Caprices de Marianne. Mais grâce à la magie d'internet (et de wikipédia), je viens de trouver le passage où il est question du Lacryma Christi :

      OCTAVE, seul..— Tra, tra, poum ! poum ! tra deri la la ! Quelle drôle de petite bonne femme ! Ha ! Holà ! (Il frappe à une auberge.) Apportez-moi ici, sous cette tonnelle, une bouteille de quelque chose.

      LE GARÇON.— Ce qui vous plaira, Excellence. Voulez vous du Lacryma-Christi ?

      OCTAVE.— Soit, soit. Allez-vous-en un peu chercher dans les rues d’alentour le seigneur Coelio, qui porte un manteau noir et des culottes plus noires encore. Vous lui direz qu’un de ses amis est là qui boit tout seul du Lacryma Christi. Après quoi vous irez à la grande place, et vous m’apporterez une certaine Rosalinde qui est rousse et qui est toujours à sa fenêtre.


      J'ai reproduit ce passage, car son style me parait assez proche de celui d'Henri Bosco dans Pierre Lampédouze que je suis en train de relire.

      Pour ma part, je n'ai pas encore goûté au Lacryma Christi, mais ça ne saurait tarder. À ta santé, ClaudiaLucia !

      Supprimer
  20. Habemus Papam ! Et je suis ravie du choix de ce conclave !
    Bises

    RépondreSupprimer
  21. Une flamande lorraine c'est très joli, je n'en avais jamais entendu parler, ni vue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La flamande est typiquement lorraine. Je mets un lien en commentaire chez toi sur ta belle calotte, brodée mais pas écarlate comme celle des cardinaux :)

      Supprimer
  22. J'ai appris quelque chose sur le rouge cardinal (qui n'est pas pourpre, même cardinalice) et j'ai bien ri à ces scènes d'humour cardinal. Merci !
    Quant au nouveau pape, j'attends de savoir ce qu'il pense de la contraception... j'imagine que comme tous les autres il cherchera à multiplier les ouailles au nom de seigneur. Quelle tragédie :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien d'accord avec toi pour déplorer l'attitude de l'église envers la contraception et l'IVG. Quand je pense qu'elle n'autorise pas l'avortement, même en cas de viol, ça me révolte. Le jour où les prêtres seront autorisés à se marier ça changera peut-être ! En attendant, la planète n'est pas extensible et il y a déjà beaucoup de monde dessus...

      Supprimer
  23. je suis une fois de plus bluffée par ta série absolument incroyable de tableaux. J'aime comme Thérèse celui du cardinal avec Napoléon. et toutes tes explications sont bien utiles.
    j'ai aussi beaucoup aimé l'épisode du pape qui vien d'être élu et qui se retire dans "la chambre des larmes" sas de décompression mais sans doute aussi de début de prise de conscience du boulot qui l'attend.... dans ce monde dur .
    j'ai apprécié de voir la foule à Rome (même si je n'aime pas m'y retrouver) car je pense qu'en ce moment il faut montrer au monde qu'il n'y a pas que l'islam dans ses dérives. je sais qu'au Liban , en Syrie,en Egypte...etc les Chrétiens sont massacrés dans un silence assourdissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le tableau de l'entretien entre Napoléon et le cardinal Fesch est une satire amusante des relations tendues entre Napoléon Bonaparte et le pape Pie VII. Tiraillé entre sa loyauté envers la France et sa fidélité à Pie VII, à qui il doit d'avoir été nommé ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, finalement le cardinal Fesch devra s'incliner devant son neveu et renoncer à sa fonction d'ambassadeur.
      Pour le reste, je partage ton avis, Marguerite-Marie. Par les temps qui courent, la chrétienté se doit plus que jamais d'être unie, afin de faire contrepoids aux pratiques obscurantistes de ceux qui, sous couvert de religion, rêvent de diriger le monde. Malheureusement le Vatican n'est pas encore prêt à améliorer le sort des femmes dans le monde, la lecture de cet article, publié aujourd'hui, le prouve...

      Supprimer
  24. j'en ai entendu parler hier et je trouve pour le coup le vatican dans ses réserves est bien mal entouré...Iran et autres.
    Je ne suis pas sure que la déception sur beaucoup de sujets ne sera pas encore au rendez-vous, une fois la fi^vre retombée.

    RépondreSupprimer
  25. un exercice de style .. intégrer tout ce rouge dans un tableau!
    tu fais un travail de recherche digne d'un détective !
    bravo et merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme souvent, tu es tombée pile, Elfi !
      Quand j'étais gamine, je voulais être détective (comme Alice Roy) :)

      Supprimer
  26. Superbes toiles et comme d'habitude très bien expliquées. Les peintres autrefois se faisaient plaisir avec leurs peintures satiriques. N'empêche que leur travail était colossal quand on sait qu'aujourd'hui un petit coup de photoshop suffit.....
    La première photo est "sublime" tu maîtrises bien l'art du montage :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces peintres ont surtout fait plaisir à tous les anticléricaux du XIXe siècle :)
      Merci pour le compliment !

      Supprimer
  27. Certains cardinaux nous ont laissé de belles collections comme le cardinal Fesch à Ajaccio
    "Le musée Fesch abrite une collection d’œuvres d’art qui présente sur cinq siècles les plus grands maîtres de la peinture italienne. Il est ainsi le plus prestigieux et le plus cohérent des fonds d’art italien visibles en France après le musée du Louvre." source internet

    Tout cela fait réfléchir!!!!
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma réponse (un peu plus haut) à Marguerite-Marie contient un lien vers le Musée Fesch :)
      Merci pour ton rappel, qui me donne l'occasion d'ajouter ce lien vers la pinacoteca Ambrosiana de Milan, qui a pour origine la collection personnelle du cardinal Federico Borromeo.
      Bises et bonne fin de semaine, Aloïs

      Supprimer