samedi 11 mai 2013

H B comme Histoires Belges




Dans le billet précédent, la réponse à la question que j'avais posée à propos du panonceau  H  (que nous avons rencontré un peu partout en Belgique néerlandophone lors de notre récent mini séjour) a été trouvée par la plupart des personnes ayant commenté. Il s'agit de la signalisation des bouches d'incendie souterraines, sur lesquelles il ne faut, bien entendu, pas stationner.

Plaque couvrant une bouche d'incendie souterraine


Ondergrondse hydrant
  H  correspond à l'initiale de Hydrant, terme désignant une prise d'eau (souterraine ou non) branchée sur un réseau d'eau sous pression, ce qui permet d'alimenter les lances à incendie des pompiers. En région flamande, mise à part Bruxelles officiellement bilingue et les quelques cas des communes à facilités linguistiques, tous les panneaux indicateurs sont en néerlandais. La prise d'eau souterraine est une "ondergrondse hydrant".

  
Bovengrondse hydrant
Quant aux bornes à incendie que nous connaissons tous, elles sont signalées par un panonceau identique au précédent, mais portant la lettre   B . N'en déduisez pas pour autant que ce B est l'initiale du mot borne. En néerlandais, la borne à incendie se dit Brandkraan. Brand signifiant feu, cela donne littéralement "crâne, ou tête, à feu".   B  correspond donc soit au B de Brandkraan, soit au B de "bovengrondse hydrant" qui signifie prise d'eau (ou hydrant) au-dessus du sol.

Grâce aux illustrations de ce document vous aurez une idée plus précise de la question. Une chose est à retenir, les dispositions prises par le gouvernement flamand en matière de sécurité incendie ont été bien étudiées. Les prises d'eau souterraines, parfaitement signalées par des panonceaux disposés en hauteur, sont facilement repérables en cas de gros enneigement.



☼☼☼☼☼☼☼


Comme nous sommes allés à Bruxelles pour voir le musée Magritte, après mon petit exposé sur la signalisation de la sécurité incendie en Belgique flamande, il me semble logique de vous présenter maintenant la partie ignée de l'œuvre de Magritte. À noter cependant qu'aucun des tableaux tout feu tout flammes de René Magritte ne figure dans son musée, la plupart de ses peintures se trouvant dans des collections privées.

Natif du Scorpion, Magritte a pour ascendant le Sagittaire, un centaure archer braquant une flèche enflammée vers le ciel  et Mercure et Vénus se trouvaient également en Sagittaire au moment  de sa naissance. Sa biographie ne mentionnant pas un quelconque incendie survenu dans sa jeunesse (ce qui aurait pu marquer son imagination) il semblerait que ce soit le feu dominant dans son thème astral qui a inspiré à Magritte les flammes ponctuant son œuvre de bout en bout.



Voici par ordre chronologique tous les tableaux de Magritte comportant des flammes (autres que celles des bougies, sinon il y en aurait trop). Le premier d'entre eux date de ses débuts en peinture et il représente une maison en feu.

Nocturne
René Magritte - 1925


Le Masque vide
René Magritte - 1928
The National Museum of Wales, Cardiff (notice du musée)



Les 6 éléments
René Magritte - 1929


Au début de ce billet, vous avez sans doute reconnu un détail de L'Échelle de Feu

L'Échelle de Feu 1
René Magritte - 1933
collection privée (Angleterre)


La découverte du feu
René Magritte - 1935


La condition humaine
René Magritte - 1935
Norwich Castle Museum & Art Gallery (lire la notice)


L'Échelle de Feu 2
René Magritte - 1939
Fondation Edward James, Chichester, Sussex


Les fanatiques
René Magritte - 1945
Collection Nellens, Knott-Le-Zoutte


Les vases communicants
René Magritte - 1946
 (gouache sur papier 35.8 x 49.6cm) collection privée


La belle captive
René Magritte - 1947
collection privée



Le cicérone
René Magritte - 1947


Les droits de l'Homme
René Magritte - 1947


Cosmogonie élémentaire
René Magritte - 1948
(gouache sur papier 36.2 x 46cm) collection privée



Cosmogonie élémentaire
René Magritte - 1949


Les gens à la mode
René Magritte - 1950


Le point sur la carte
René Magritte - 1955


Et pour terminer, avec le retour de la maison incendiée, la boucle est bouclée.


Gaspard de la nuit
René Magritte - 1965
Collection Scharf-Gerstenberg, Berlin


Une chose encore

De manière parfaitement surréaliste, il n'y a pas de flammes dans L'Incendie de Magritte (un titre évidemment poétique).


©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2013

43 commentaires :

  1. J'avais vu , il y a ( ?) années l'expo Magritte au
    Grand Palais: quel souvenir!
    Quelle chance d'avoir visité le musée Magritte ! nous montreras-tu des photos de l'extérieur?
    Je repense à ton puzzle en voyant
    le cicerone
    et
    Les droits de l'homme.
    en somme, dans ce billet, tu ne sautes pas du coq à l'âne , mais tu passes de l'eau eu feu
    je retrouve une parenté avec le thème des mannequins
    chez G. de Chirico

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À ma connaissance, jusqu'à présent il n'y a eu qu'une seule expo rétrospective de Magritte à Paris. C'était en 79 à Beaubourg. Je n'ai pas de peine à m'en souvenir, elle a eu lieu quelques mois seulement après mon arrivée en région parisienne et c'est la première exposition que j'ai visitée dans la capitale. D'ailleurs, c'est depuis cette visite que je suis fan de L'empire des Lumières".

      Pas fait de photos de l'extérieur du musée : avant, trop impatiente de visiter et après, trop fatiguée :-)
      De plus, le bâtiment en lui-même n'a rien d'extraordinaire. La bâche qui le recouvrait durant les travaux a été retirée peu après l'ouverture. Je suggère qu'elle soit remise en place. De toutes manières, l'intérieur du musée Magritte est plongé dans l'obscurité. Les photos de cette page donnent une fausse idée de l'éclairage des salles. En réalité il n'y a pas de lumière au sol et nous avons trouvé cet excès de pénombre plutôt oppressant.

      En plus de Magritte, de Chirico a également influencé Paul Delvaux. J'en reparlerai tantôt.

      Supprimer
  2. Un poste qui atteint les bornes!!! Finalement, je ne suis pas fan de Magritte en tant que peintre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une opinion qui peut se comprendre, si on le compare à Dali, par exemple. Ou même, ne serait-ce qu'à son compatriote Paul Delvaux.

      Supprimer
  3. Je viens de chez Aloïs... qui propose une "bonne sauce" qui irait bien avec le thème de ton billet !

    Tout feu tout flammes et hop !

    Biseeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fraîcheur de ce printemps timide, sûrement. On se réchauffe comme on peut :)

      Bises chaleureuses et bonne semaine Christineeeee

      Supprimer
  4. Ces toiles de Magritte m'envoient directement vers Dalí (mais aussi vers de Chirico bien sûr).

    Faut-il dire : "tuba-feu" ou "tube-à-feu" ?
    C'est canon comme question... :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par rapport à Magritte et Chirico, Dali est un géant. Sa technique et son imagination sont incomparables.

      Tu dis comme tu veux. De toutes façons il faut souffler dedans, quel que soit l'instrument :))

      Supprimer
  5. Ouinnnn je n'avais pô trouvé mais évoqué l'idée des pompiers ! lol, (mais j'ai pô triché lol)

    Ah Magritte... Pas toujours facile à comprendre ce génial surréaliste !
    Le Scorpion est un signe d'Eau, et le Sagittaire est un signe de Feu. Je vois que dans le thème de Magritte, l'élément Feu a une grande importance. Il devait être grandement influencé par cet élément car en Scorpion, son signe solaire, il n'y a qu'un seule planète : le soleil. Alors qu'en Sagittaire, son ascendant il y en 4 ! Et pas des moindres : Uranus (l'originalité), Vénus (l'Art), Mercure (la communication), Saturne (la persevérence) et même Chiron ! Le feu prédomine chez lui, avec l'eau d'ailleurs... Mais il semble être un Uranien, et à la vue de son thème cela se voit dans sa peinture !
    (Je ne suis pas astrologue mais après m'être un peu penchée sur cette science, car je n'y croyais pas beaucoup, cela m'a fait changer d'avis ! lol et quand je vois un thème je ne peux m'empêcher de l'interprêter avec le peu que je sais lol)

    Au vu de l'emplacement des planètes, (la majorité en nord-est) cet artiste s'est construit tout seul et ne faisait confiance qu'en lui.

    Je dois dire que son oeuvre "en flammes" n'est pas ma préférée, il a peint tant de belles choses ! Tu as dû être aux anges devant toutes ces fantastiques toiles.
    Merci pour ces découvertes, je ne connaissais pas toutes ces "flammes" ! lol
    Bisous Tilia et bon dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo pour tes connaissances astrologiques et le crédit que tu leur accordes. Encore un point commun entre nous ;-)

      Parmi les flammes de Magritte, j'aime bien "Les droits de l'homme" (tu devines aisément pourquoi ;-)) ainsi que "Le cicérone" et "La condition humaine" (cette dernière étant visiblement une illustration de la célèbre caverne de Platon).

      Le musée Magritte se visite de haut en bas, les œuvres les plus anciennes se trouvant au 3e étage. Pour avoir une idée de la visite, clique ici.
      Aux anges, oui, je l'ai été en découvrant à côté de "L'empire des Lumières" de 1954, celui de 1961 :)
      Bisous et bonne semaine, Nathanaëlle

      Supprimer
    2. Wow merci pour le lien ! Parmi les 3 étages du musée, c'est le Domaine Enchanté que j'ai préféré ! (au premier)
      Heu... 2e lien ne fonctionne pas...mais je connais le tableau, et à vrai dire, il y existe je ne sais plus combien de versions dont celui de 1961, (celle de ton avatar est celle de 54, on dirait... non ? Je me trompe peut-être...)
      Pourquoi tu aimes "les droits de l'homme"...Humm le réverbère ? (Il n'y a pas d'horloge, or je sais que tu aimes les horloges, vu que tu aimes "L'empire des Lumières" avec son réverbère, je tire un trait d'union, et je dis "réverbère" mais je ne suis pas sure d'avoir deviné...) :D
      Bisous et bon long W-E Tilia !

      Supprimer
    3. Pardon pour le lien erroné. J'oublie souvent d'afficher "ce cadre uniquement" avant de faire un lien sur certains site, tel celui du "Fabritius".
      Voila : ça fonctionne :)
      Comme tu le dis, la version de 1954 de L'Empire des Lumières est hyper connue. Le lien c'était surtout pour les informations contenues dans la page, en particulier le fait que ce tableau ait été peint spécialement pour le musée des Beaux-Arts royaux.
      Concernant la version de 1961 exposée au musée Magritte, le surveillant de salle nous a expliqué qu'il s'agit d'un don à long terme de madame Anne-Marie Crowet, modèle de Magritte pour La Fée ignorante, dont ce portrait est également exposé en belle place au musée.
      Bisous et bonne fin de samedi

      Supprimer
    4. Post-Scriptum (esprit d'escalier, sort de mon corps :D)

      Davantage que les horloges, ce sont les réverbères et plus généralement les lanternes et toutes le lumières dans des ambiances nocturnes qui me fascinent !

      Supprimer
  6. Dans "l'Incendie" soit, en ce titre, ce sont les arbre de l'Automne, soit c'est un incendie de forêt, dont les flammes sont symbolisées par la forme des arbres (feuilles de couleurs chaudes).
    La signification des toiles de Magritte et leurs noms, n'est pas flagrante, artiste mystérieux et mystérieux artiste... Mais ô combien intéressant !

    RépondreSupprimer
  7. Un univers magique que ton approche, à travers l'incendie, permet de redécouvrir. Tu me rassures, vous n'êtes pas seulement allés visiter les bornes à incendie :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi la magie de Magritte réside dans ses ambiances nocturnes. Les différentes versions de "L'empire des lumières", mais pas que.
      Deux autres musées étaient au programme de notre petite excursion en Belgique, j'en parlerai plus tard.

      Supprimer
  8. Uen icône chez nous . je pourrais t'en raconter pas mal sur notre pays qui est des plus diffciles à comprendre ;-)

    Bon dimanche Tilia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Des plus difficile à comprendre" dis-tu. Surtout quand c'est écrit en néerlandais, ou parlé en flamand ;-)
      Blague à part, c'est un pays qui souffre de son partage en deux grandes communautés linguistiques. Les francophones avec lesquels nous en avons parlé nous l'ont confirmé.

      Bonne semaine, Pensées

      Supprimer
  9. Le feu était-il une de ses obsessions ? A-t-il été confronté à un incendie étant jeune ? Le feu en pleine action, et lui qui regarde et peint...
    Heureusement les bouches d'incendie ne sont pas loin !!!!
    Beau dimanche Tilia !!! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, rien trouvé dans sa biographie qui pourrait expliquer cet engouement pour les flammes. Pas trouvé non plus dans ses écrits le moindre indice concernant la source de ce qui a enflammé son imagination. Le mystère magrittien dans toute sa splendeur !
      Bises et belle semaine, Enitram

      Supprimer
  10. Je me souviens à l'époque de son ouverture, de nombreux journaux ont relayé l'info et depuis pas grand monde pour parler du musée Magritte. Belle balade qui vaut surement le détour si toutefois il ne faut pas faire la queue devant le musée pendant des heures, non? :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le 13 Avril, un samedi matin à l0h30, aucune attente à la caisse (commune au musée des Beaux-Arts et à celui de Magritte).
      Par contre, comme je le précise à Miss Yves, vu l'éclairage très réduit des salles on se sent un peu opprimé dans le musée Magritte (pas du tout le cas de celui des Beaux-Arts).
      Actuellement, il y a une exposition Kandinsky dans le même bâtiment. Pas vue, car trop fatigués par le couplé Magritte Beaux-Arts et tarif trop élevé :(

      Supprimer
  11. c'est chaud ! rt vu le thermomètre ça fait du bien !
    bonne soirée Tilia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu dis ! En ce moment une bonne flambée n'est pas superflue !
      Bisous

      Supprimer
  12. Honte à moi !! Je ne savais pas la signification des "H" ni des" B" ou tout au moins ne m'en étais pas inquiétée
    Merci Tilia d'éclairer la lanterne qui justement... et je n'en reviens pas de tout ce feu chez Magritte que j'aime particulièrement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas de honte à avoir, si comme moi tu n'es pas une habituée de la Flandre.
      Lors de notre première excursion en Belgique (francophone cette-fois là) nous n'avons pas rencontré ces H qui m'ont tant semblé énigmatiques cette fois-ci en Belgique flamingante.. pardon ! en Belgique flamande (inutile de jeter de l'huile sur le feu).

      Supprimer
  13. une fin tout feu tout flamme d'un séjour bien agréable à suivre chez nos amis belges.
    j'ai encore appris beaucoup en particulier sur Magritte dont je ne connaissais pas les oeuvres brûlantes.
    merci Tilia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parmi le foisonnement de l'œuvre hétéroclite de Magritte, ses tableaux "flamboyants" ne sont pas les plus connus. Ni les plus appréciés, bien que certains parmi eux méritent que l'on s'y arrête. J'en reparlerai sûrement un jour.
      Merci pour ta fidélité, Marguerite-Marie

      Supprimer
  14. Un peintre bien enflammé. :-)

    RépondreSupprimer
  15. C'est toujours mieux que de dire qu'il est complètement frappadingue.

    RépondreSupprimer
  16. J'avoue que je ne suis pas emballée par ces œuvres un peu répétitives de Magritte. Il est vrai que mon cartésianisme a besoin de sens et que j'avoue que la récurrence de certains éléments, comme le trombone enflammé ou cette manière de poteau de balustrade, sans parler du mannequin avec un canon en guise de tête me laissent perplexe. Chez Dalì au moins y a-t-il souvent prouesse technique, car ses toiles, souvent de petites dimensions, à tout le moins pour celles que j'ai pu voir au MoMa, supposent une infinie patience dans leur exécution.

    J'attends donc les autres musées belges, peut-être un peu moins surréalistes, car la grande tradition flamande a beaucoup à offrir.

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La partie ignée de l'œuvre de Magritte n'est pas celle que je préfère. Cependant j'y ai trouvé quelques toiles intéressantes.
      "La condition humaine" (dont la référence à la caverne de Platon ne t'aura sans doute pas échappé) a trouvé grâce à mes yeux.

      Quant à la récurrence de certains éléments dont tu parles, elle s'explique par le côté onirique du Surréalisme. Comme dans les rêves nocturnes, des objets énigmatiques, ou des situations bizarres, reviennent périodiquement dans ce genre pictural. Il est sans doute nécessaire d'avoir la faculté de se souvenir de ses propres rêves durant la nuit pour bien apprécier cet aspect du Surréalisme...

      Bon dimanche, Marie-Josée

      Supprimer
  17. Je rejoins un peu Dédé.
    Le principale c'est qu'il n'était pas un incendiaire. Vaut mieux mettre le feu sur la toile que dans les voiles.
    Inutile de te dire que ce n'est pas du tout mon style.
    Mais merci quand même car il faut tout voir dans la vie.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai dit à Marie-Josée, à quelques exceptions près, les toiles "enflammées" de Magritte ne sont pas mes préférées. J'ajouterai que, vue leur peu de notoriété, elles ne sont pas représentatives de son œuvre.

      Si tu en as le temps, je t'invites à lire ce très bel article de blog sur la peinture de Magritte.

      La poésie d'un tableaux représentant un homme avec des colombes à la place du ♥ ne peut te laisser totalement indifférente !

      Bises et bonne fin de journée, Claude

      Supprimer
  18. Et pourtant le tableau incendie où il n'y a pas de flammes donne l'idée de la flamme. C'est d'ailleurs mon préféré!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta remarque est tout à fait pertinente et je partage ton admiration pour L'Incendie de Magritte.

      Ce tableau n'est pas le seul à présenter un titre non conforme à son contenu ! la Mer de flammes est dans le même cas :-)

      Supprimer
  19. Superbe expose comme toujours.
    Mon prefere du jour: "Les vases communicants" La mise en boite, le cote theatral, les elements contraires, correlation entre la bougie et le serpent. Quel tableau.
    Pour employer l'illusion j'en conclue qu'il ne nous faut amener qu'un tuyau en nous rendant en Belgique pour eviter toute descente aux enfers...
    Le rapport avec le feu? La destruction de ce que pourrait etre la realite?
    J'aime les oeuvres de Magritte car il me semble que lorsque je feuillette un livre avec ses oeuvres j'en redecouvre une qui m'avait echappee et c'est ainsi chaque fois.
    Va voir les encheres a venir des oeuvres jamais vues de Dali, des lithographies de toute beaute sur le theme floral
    http://www.huffingtonpost.com/2013/05/17/dali-botanical-art-unseen-surrealist-watercolors-head-to-auction_n_3293173.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après ces quelques toiles, Magritte semble d'abord voir dans les flammes un simple élément doté d'un pouvoir éclairant et réchauffant. Puis, au second degré, le pouvoir énergisant de la parole, celui qu'un orateur doué exerce en enflammant son auditoire. Quant au tuba, la clef du mystère vient peut-être de l'origine du mot "tuba". À l'époque romaine, le tuba était une grande trompette guerrière... qui mettait le feu aux poudres (si je puis dire !).

      Grand merci, Thérèse, pour le lien vers les aquarelles de Dali. C'est ravissant !

      Supprimer
  20. J´admire toujours ton travail de recherche Tilia.
    Tu es toi-même un vrai livre d´art.
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alba, tu me fais rougir !
      J'aimerais que mon grenier "ressemble" à un livre d'art, un livre accessible à tout le monde.
      Bises et bonne soirée

      Supprimer
  21. jamais remarqué toutes ces flammes...belle recherche .. comme toujours...étonnant ! bises

    RépondreSupprimer