vendredi 14 novembre 2014

2014, centenaire de la mort d'August Macke - 2


Le bonheur de peindre
August Macke
sa vie, son œuvre
(suite)


Der Macke’sche Garten in Bonn (Le jardin des Macke à Bonn) détail
August Macke - 1911
Westdeutsche Landesbank Girozentrale Düsseldorf, Münster



Comme prévu, voici la suite du billet précédent.



Octobre 1909, après leur séjour de Juillet 1908 Elisabeth et August Macke vont de nouveau ensemble à Paris. Pour August, qui avait découvert cette ville en Juin 1907, c'est la troisième fois qu'il va séjourner dans la capitale française.

Les jeunes mariés vont y passer une partie de leur voyage de noces, essentiellement pour visiter le Salon d'Automne où sont exposées cette année là deux douzaines de Figures de Corot, mais aussi quelques toiles de Gauguin et de Matisse.

Au lendemain de leur mariage, le 6 Octobre 1909 August et Elisabeth partent en direction de Paris. En route ils s'arrêtent à Berne pour présenter August aux époux Moilliet, chez qui Elisabeth a séjourné en 1905 (voir billet précédent) et à leur fils, le peintre Louis Moilliet qui, souhaitant lui aussi visiter le Salon d'Automne, va les accompagner à Paris.




Selbstporträt mit Hut (Autoportrait au chapeau)
August Macke - 1909
Städtisches Kunstmuseum, Bonn



C'est pendant sa lune de miel à Paris que Macke réalise son Autoportait au chapeau. Cependant, selon certains auteurs, le fond couleur de miel de cette toile découlerait de sa découverte de l'œuvre de Cézanne, d'abord en 1907 à la galerie Bernheim-Jeune, puis en 1908 dans celle d'Ambroise Vollard.



Porträt Helmuth Macke
(Portrait d'Helmuth Macke)
August Macke - 1910
collection privée


Helmuth Macke (1891-1936) cousin d'August et artiste peintre, était lui aussi un admirateur de Cézanne. Au cours de leurs entretiens à Tegernsee, les deux cousins ont souvent discuté de la manière de peindre du maître provençal. L'étude de Cézanne et la rencontre des Fauves lors du Salon d'Automne de 1909 sont les deux moteurs de l'évolution de la peinture de Macke vers l'Expressionnisme.






Selon les mémoires d'Elisabeth, son portrait ci-dessous a été peint à Tegernsee. L'influence de Cézanne s'y fait nettement sentir et on y devine aussi celle de Matisse.




Porträt der Frau des Künstlers mit Hut
(Portrait de l'épouse du peintre avec un chapeau)
August Macke - 1909
LWL- Museum für Kunst und Kultur, Münster (notice)



À Paris, Macke fait la connaissance d'un autre admirateur de Cézanne, le peintre allemand Karl Hofer alors de passage dans cette ville. Hofer encourage Macke à venir s'installer à Paris. Mais finalement, le couple préfère donner suite à l'invitation de l'écrivain allemand Wilhelm Schmidtbonn, qui demeure au bord du Tegernsee.

Macke avait sympathisé avec Wilhelm Schmidtbonn lors de ses créations pour le théâtre de Düsseldorf, en 1906. La même année, Schmidtbonn et Macke avaient voyagé ensemble le long du Rhin, en compagnie du sculpteur Claus Cito et du dramaturge Herbert Eulenberg.




Tegernseer Landschaft (Paysage de Tegernsee)
August Macke - 1910
collection privée



August et Elisabeth arrivent à Tegernsee le 31 octobre 1909 et ils vont y rester un an. Ce séjour à la campagne présente pour eux l'avantage d'être logés à moindre frais en attendant d'acquérir leur propre maison, sans être obligés de cohabiter avec leurs parents.





Ansicht vom Tegernsee (Vue du Tegernsee)
August Macke - 1910
collection privée




Dans un premier temps, ils sont reçus dans la villa Brand, demeure des époux Schmidtbonn. Puis, l'humeur enjouée du jeune couple s’accordant mal avec l'invariable mélancolie de leur ami dramaturge doté d'un tempérament hypersensible, August et Elisabeth vont habiter la maison du maître charpentier Staudacher.




Unser Wohnzimmer mit Blick auf den Gang (Notre salon donnant sur le couloir)
Auguste Macke - 1910
Pastel et fusain, Carnet de croquis



Cette maison est une ancienne ferme à un étage avec un balcon et un grenier.




Unser Häuschen in Tegernsee (Notre maison à Tegernsee)
August Macke - 1910
collection privée


Ci-dessus, la Staudacherhaus est représentée dans un style encore teinté d’Impressionnisme. Tout comme le portrait d'Elisabeth ci-dessous



Elisabeth am Schreibtisch (Elisabeth au bureau)
August Macke -  1910
LWL-Landesmuseum für Kunst und Kulturgeschichte, Münster (notice)




Portrait de Franz Marc
August Macke - 1910
Gemäldegalerie, Berlin
Le 6 janvier 1910, Macke et son cousin Helmuth, accompagnés du fils de Bernhard Koehler (donc cousin d'Elisabeth), vont à Munich pour visiter la toute récente Moderne Galerie, ouverte le 1er novembre 1909 par Heinrich Thannhauser.

Parmi les œuvres exposées dans cette galerie, il s'en trouve deux, signées Franz Marc, qui monopolisent si vivement son attention que Macke décide immédiatement d'aller faire la connaissance de ce peintre dans son atelier munichois. 





Maria Franck mit weisser Muetze
Maria Franck avec une casquette blanche
Franz Marc - 1906
Franz Marc Museum, Kochel am See
Pour Franz Marc, la visite d'August Macke est capitale. C'est la première fois qu'il rencontre un peintre partageant ses idées.  La sympathie entre les deux artistes s'établit d'emblée et August invite Franz à venir passer quelques jours à Tegernsee.

Cette rencontre est d'autant plus décisive pour Marc que, lors de la visite à la galerie Thannhauser, Bernhard Koehler Jr a acquis trois de ses toiles pour la collection de son père à Berlin. Et par la suite, Bernhard Koehler va continuer à acheter des peintures de Franz Marc.


Suivant l'invitation d'August, le 22 janvier Franz Marc et sa compagne, Maria Franck, rendent visite aux Macke dans leur maison de Tegernsee. À la suite de ces quelques jours passés ensemble, une amitié durable est désormais scellée entre les deux peintres.




Unser Wohnzimmer in Tegernsee - (Notre salon à Tegernsee)
August Macke - 1909
collection privée (notice)



Durant tout son séjour à Tegernsee, August Macke peint intensément. En une année, sa production va atteindre les deux cents tableaux. Une extraordinaire fécondité... peut-être en partie engendrée à la pensée de la promesse de vie qui s'agite dans le ventre d'Elisabeth et qui va bientôt voir le jour.



Walter, drei Tage alt (Walter, âgé de trois jours)
August Macke - 1910
collection privée


Mutter und Kind (Mère et enfant)
August Macke - 1910
collection privée (notice)

Walter Carl August Macke est né le 13 avril 1910 à Tegernsee. Au vu des nombreux portraits que Macke a fait de son fils aîné, seul ou dans les bras d'Elisabeth, on ne peut douter du bonheur que cette naissance a apporté au foyer des jeunes époux.

Toute la tendresse attentive d'un mère pour son enfant déborde du cadre des tableaux peints par Macke dans les mois qui ont suivi la venue au monde du petit Walter.




Mutter und Kind auf einem roten Stuhl (Mère et enfant sur une chaise rouge)
August Macke - 1910
collection privée



Au bord du Tegernsee, August et Elisabeth  baignent dans la joie de vivre et le bonheur intense que leur procure, pour l'un la création artistique en pleine évolution, pour l'autre la maternité.



Porträt Walter Macke mit Häschen (Portait de Walter Macke avec un lapin)
August Macke - 1910
Kunsthalle, Emden (notice du musée)




Mutter mit Kind (Mère avec enfant)
August Macke - 1910
Kunstmuseum, Mülheim an der Ruhr



À Tegernsse, de la Staudacherhaus qu'ils habitent aux alentours du lac, en passant par les scènes d'intérieur, les paysages et les portraits, les sujets ne manquent pas et l'imagination d'August pour composer ses tableaux tourne à plein régime.



Mädchen auf dem Balkon (Jeune femme au balcon)
August Macke - 1910
Kunstmuseum, Mülheim an der Ruhr


Ci-dessus, Elisabeth est en train de lire sur le balcon de la maison Staudacher. Ou sur la terrasse...



Vor dem Haus in Tegernsee (Devant la maison à Tegernsee)
August Macke - 1910
Kunstmuseum, Mülheim an der Ruhr


Terrasse que nous retrouvons ci-dessus.



Staudacherhaus in Tegernsee (La maison Staudacher à Tegernsee)
August Macke - 1910
Collection Ziegler, Kunstmuseum, Mülheim an der Ruhr (notice)



Stylistiquement très différente de celle que vous avez vue plus haut, ici la Staudacherhaus habitée par Auguste Macke et sa petite famille est peinte à la manière de Georges Braque dans sa période Fauve.

Ce tableau est également remarquable par l'apparition de larges aplats de couleur propres à Matisse.



Unser Gärtchen und Krankenhaus in Tegernsee (Notre jardin et l'hôpital à Tegernsee)
August Macke - 1910
collection privée (notice de Sotheby's)



Aplats de couleurs qui apparaissent dans la vue ci-dessus, ainsi que dans l'amusant paysage du Tegernsee, ci-dessous...




Landschaft am Tegernsee mit LesendemMann und Hund (Paysage de Tegernsee avec homme lisant et chien)
August Macke - 1910
Museum am Ostwall, Dortmund



Ces mêmes aplats figuraient déjà largement dans le portrait d'Elisabeth brodant (ci-dessous) peint à Tegernsee fin 1909.




Stickende Frau im Sessel - Porträt der Frau des Künstlers
(Femme brodant dans un fauteuil - Portrait de l'épouse du peintre)
August Macke - 1909
Kunstmuseum, Mülheim an der Ruhr (notice)



En 1909, la revue Kunst und Künstler dirigée par Bruno Cassirer (cousin du célèbre galeriste et critique d'art berlinois Paul Cassirer) publie la traduction en allemand des "Notes d'un peintre" rédigées l'année précédentes par Henri Matisse.

Nul doute que Macke a lu les Notes de Matisse  et notamment ceci « Les détails diminuent la portée des lignes, ils nuisent à l’intensité émotive, nous les rejetons ». Une assertion qui confirme ce que Gustave Moreau avait prédit à Matisse en 1895, quand il étudiait dans son atelier : « Vous allez simplifier la peinture ».




Frau auf Balkon (Femme au balcon)
August Macke - 1910
Städtisches Kunstmuseum, Bonn



Entre 1909 et 1910, période durant laquelle Macke réside à Tegernsee, le style de Macke se tourne de plus en plus vers le Fauvisme.

La Femme au balcon ci-dessus est sans aucun doute un portrait d'Elisabeth brodant sur le balcon de la maison Staudacher.




Segelboot auf dem Tegernsee (Voilier sur le Tegernsee)
August Macke - 1910
Musée Albertina, Vienne, Autriche (notice)



Il est évident que ce Voilier sur le Tegernsee surfe sur la vague Fauve et que Matisse est à la barre.




Lautenspielerin  (Joueuse de luth)
August Macke - 1910
Beaubourg, Musée national d’art moderne, Paris (notice du musée)



La Joueuse de Luth, elle aussi, semble directement inspirée par le style de Matisse.


Durant la première quinzaine de Septembre 1910, la Galerie Thannhauser à Munich expose des œuvres des artistes de la Neue Künstlervereinigung München (N.K.V.M.) la Nouvelle Association des artistes munichois fondée à la fin de l'année précédente par Kandinsky et  Alexej von Jawlensky.

Parmi les exposants, outre les expressionnistes russes et allemands, se trouvaient des toiles de Vlaminck, Braque, Picasso et Van Dongen. August Macke et son ami Franz Marc se sont rendus à cette exposition et ils ont pris contact avec les peintres membres de la N.K.V.M.



Frühlingslandschaft in Tegernsee (Paysage de Printemps à Tegernsee)
August Macke - 1910
collection privée (notice de Christie's)









Dans l'ambiance prolifique de l'année passée à Tegernsee, pour August comme pour Elisabeth, les saisons ont vite passé. L'automne arrive déjà et les premières feuilles jaunes apparaissent. Pour August Macke une page va se tourner.




Tegernsee Landschaft (Paysage de Tegernsee)
August Macke - 1910
Germanisches Nationalmuseum, Nuremberg




Pour un peintre, le site enchanteur du Tegernsee est un lieu idéal, comme l'a été Giverny pour Claude Monet, par exemple. Cependant, pour August Macke qui est seulement au début de sa carrière, la ville demeure le lieu incontournable pour acquérir la notoriété.



Waldbach (Ruisseau forestier)
August Macke - 1910
Indiana University, Art Museum (notice)



En octobre 1910, à Bonn la maison qui leur est destinée est sur le point d'être terminée.

Pour la petite famille Macke, il est temps de plier bagage et de quitter le village de Tegernsee pour aller s'installer en ville.





Der Macke’sche Garten in Bonn (Le jardin des Macke à Bonn)
August Macke - 1911
Westdeutsche Landesbank Girozentrale Düsseldorf, Münster






Nous la retrouverons prochainement
dans le troisième épisode de ce billet
consacré à la vie et l’œuvre d'August Macke.







EDIT du Dimanche 30 novembre 2014


Ajout d'un paragraphe concernant l'origine de l'amitié entre August Macke et Louis Moilliet, le peintre bernois qui accompagne August et Elisabeth à Paris en 1909 et avec lequel au printemps 1914 Macke fera un voyage en Tunisie, en compagnie de Paul Klee qui était un camarade de lycée de Louis Moilliet.





EDIT du Dimanche 7 décembre 2014

Ajout de trois tableaux peints à Tegernsee en 1910 et conservées au Kunstmuseum de Mülheim an der Ruhr :
- Mutter mit Kind - Mère avec enfant (Elisabeth)
- Mädchen auf dem Balkon - Jeune femme au balcon (Elisabeth)
- Vor dem Haus in Tegernsee - Devant la maison à Tegernsee (maison Staudacher)





Texte ©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2014

44 commentaires :

  1. Cet article bien détaillé m'a permis de suivre l'évolution du peintre avec précision;
    j'ai aimé ses portraits, il était beau garçon...la scène d'intérieur avec cette immense table m'a surprise, je trouve cet angle de vue très intéressant. ensuite les toiles que tu as sélectionné font bien ressortir l'influence de ces contemporains.
    Les scènes familiales sont touchantes et j'ai aussi beaucoup aimé les "brodeuses"...et le ruisseau forestier.
    Tilia, MERCI de cette belle soirée en ta compagnie;
    bises d'automne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « il était beau garçon » dis-tu.. à juste titre !
      Et sa femme, était une très belle femme.
      August et Elisabeth formait un couple magnifique, très uni. Plus que cela même, ils vivaient en symbiose.
      Il l'appelait "mon second moi", "mon âme", "mon miroir préféré".
      Et les avis d'Elisabeth sur le travail d'August ont été déterminants à chaque étape de son développement stylistique.
      Malheureusement, le destin s'est montré jaloux de ce bonheur intense et l'a abattu en plein vol...
      Bises, très fraîches à cette heure de la nuit

      Supprimer
  2. Un style personnel, malgré les influences que tu soulignes avec justesse.
    Le titre "la joie de peindre" est justifié , par le souci de simplification et les couleurs vives.
    Merci pour cette analyse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un style si personnel qu'il en est devenu reconnaissable au premier coup d’œil, comme nous le verrons plus loin.
      Pour moi August Macke était le peintre de la joie de vivre. Il est vrai que, comme je le précise dans ma réponse à Josette, il avait tout pour être heureux !

      Supprimer
  3. Oh pétard ! il faut que je prenne des vacances pour lire tout ça !
    Bon, je repasserai plus tard quand même... :D)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Passe, repasse, mais ne trépasse pas ;-)

      Supprimer
  4. Quelle belle promenade j'y retrouve l'air de ma Provence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les couleurs vives de Macke jettent une telle lumière sur la Bavière qu'elle prend effectivement un petit air provençal !

      Supprimer
  5. Wow ! Quelle lumière dans le "Portrait de l'épouse du peintre avec un chapeau" de 1909, cette oeuvre est magnifique !
    Idem pour la Vue du Tegernsee et leur maison, c'est superbe ! Les couleurs vives sont tout à fait exactes, car la Bavière est très verte.
    Ensuite, le virage de l'artiste vers le fauvisme est à mes yeux moins heureux, c'est dommage...Il y a moins de subtilité dans la lumière et l'atmosphère...
    (Ce n'est certes pas une critique, c'est mon impression perso lol en tout cas pour ces oeuvres-là)

    Gros bisous Tilia, j'attends la suite avec impatience, je ne connais pas très bien la vie de cet artiste.
    Doux weekend !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le "Paysage de Tegernsee" aussi a une belle lumière, tu ne trouves pas ? Je ne connais pas la Bavière et je le regrette, j'ai toujours rêve de visiter Neuschwanstein et les autres châteaux de la région.
      Le "virage" de Macke vers le Fauvisme a donné quelques belles œuvres (que nous verrons prochainement) mais c'est l'aboutissement dans son Expressionnisme très coloré que je préfère.
      Comme pour cette fois-ci, il te faudra sans doute un peu de patience pour la suite ;-)
      Bisous en retour et belle semaine, Nathanaëlle

      Supprimer
  6. Merci Tilia, encore une belle découverte. Je croyais connaître Macke, en fait je ne savais que quelques bribes. Quelles que soient ses influences, il a su développer un style et on ne peut qu'admirer la puissance de ses couleurs. Merci surtout pour ce beau travail de recherche, je suis bien placée pour savoir que ce n'est pas si simple que cela en a l'air. Un grand bravo à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil pour moi, Françoise ! je croyais connaître Macke alors qu'en fait je savais juste que Franz Marc était son grand ami et qu'ils ont tous les deux été fauchés dans leur jeunesse par la sale guerre.
      C'est en rédigeant mes billets que je découvre réellement sa vie et l'évolution de son œuvre. Merci à toi pour le compliment, je le reçois avec plaisir.

      Supprimer
  7. j'aime tes exemples pour suivre l'évolution de sa peinture... j'aime le fauvisme.. une suite de contrastes , une peinture simplifié... je me réjouis pour la suite! merci biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie que tu aimes le Fauvisme, ça tombe bien, moi aussi ;-)
      La suite d'ici huit à dix jours (après celui de l'ainée de ma fille au début du mois, ça va être l'anniversaire du cadet le 22 et j'ai plein de choses à préparer).
      Bises et belle semaine, Elfi

      Supprimer
  8. C'est vraiment intéressant de pouvoir suivre l'évolution de ce peintre grâce à ton travail de biographe. Ces paysages me font souvent penser à Gauguin que tu mentionnes également, ses couleurs vives aussi. Joie de vivre dis-tu, c'est bien cela que ces peintures inspirent !
    Coup de coeur tout particulier pour le portrait de son épouse au chapeau, pour ses mères à l'enfant et cette magnifique "Joueuse de luth"
    Je reprends aussi à mon compte pour les apprécier : "une suite de contrastes", la "peinture" simplifiée" mentionnées par 'Elfi
    Merci Tilia !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Auprès d'Elisabeth August Macke n'a connu que du bonheur et ça se voit, la joie de vivre qui imprègne sa peinture va crescendo. De plus, il savait apprécier les plaisirs simples de la vie de tous les jours et les retranscrire dans ses tableaux.
      Merci à toi Fifi, pour tes échos toujours très sympathiques et fort à propos

      Supprimer
  9. Je préfère ses autoportraits ou portraits aux paysages, mais en tous les cas merci pour ce voyage dans la peinture d'August

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. August Macke était sacrément doué pour les portraits, voir par exemple celui du peintre Hans Thuar réalisé en 1903, alors que Macke n'a que seize ans.

      Quoique dans un style très différent, entre 1911 et 1912 Macke peint encore quelques beaux portraits, mais plus du tout dans ses deux dernière années.
      Merci à vous pour votre fidélité.

      Supprimer
  10. Second episode fort reussi.
    Des tableaux pleins de joie de vivre, des visages pleins de lumiere et ouverts!
    Moi qui ne peins malheureusement pas, je suis toujours fascinee par la facon dont les peintres et Sugust Mack ici, de quelques coups de pinceau, nous devoilent les traits des personnages de telle facon que si on croisait ces memes personnages dans la rue, pas de doute, nous les reconnaitrierions.
    Un faible pour le paysage avec l'homme lisant, cela me rappelle la Baviere lorsqu'on gravit les sentiersm entre montagne et vallee.
    Merci pour l'analyse Tilia!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. August Macke était un portraitiste hors pair, voir le lien dans ma réponse à Chri, juste au-dessus.
      Ah, la Bavière !.. j'aimerais bien la visiter un de ces jours.
      Merci pour ta visite et bonne semaine, Thérèse

      Supprimer
  11. Ton histoire de l'art m'est d'un grand profit et tes informations biographiques intéressants ! La découverte de ce peintre est immense grâce à ce deuxième billet alors au troisième...
    J'aime beaucoup le portrait de son épouse avec un chapeau !
    Beau dimanche Tilia et à bientôt !
    Bises ensoleillées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le portrait d'Elisabeth au chapeau a vraiment beaucoup de succès et c'est largement mérité. Le troisième volet de cette biographie sera encore plus coloré que celui-ci. Je vais m'efforcer de ne pas vous faire trop attendre, mais je ne promets rien de sûr, j'ai l'anniversaire d'un de mes petits-fils en préparation :-)
      Bises et excellente semaine, Enitram, la pluie a fait place au soleil ici !

      Supprimer
  12. tout a été dit !! j'aime beaucoup ses portraits, les autres tableaux me plaisent également mais je pense que le travail n'est pas le même.
    des couleurs, de la vie de l'amour c'est ce qu'on sent dans tous les tableaux, j'attends la suite!
    merci pour ce bon moment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La joie de vivre du couple ne pouvait s’accommoder longtemps de l'atmosphère pesante de la maison de l'écrivain dramaturge Wilhelm Schmidtbonn au début de leur séjour à Tegernsee. Et c'est pour cette raison qu'Auguste et Elisabeth l'ont quittée pour emménager dans la maison Staudacher.
      Le bonheur d'aimer et d'être aimé, le bonheur de peindre à tour de bras, pour Auguste Macke toute la période passée à Tegernsee a été exaltante.
      La suite ne sera pas moins heureuse (du moins jusqu'à la déclaration de guerre) et les peintures de Macke vont devenir de plus en plus lumineuses et colorées.
      À bientôt, Marguerite-Marie !

      Supprimer
  13. Merci pour Apollinaire, Tilia !!
    Belle semaine à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente semaine pour toi aussi ! Fifi

      Supprimer
  14. Quelle merveille de balayer ainsi avec toutes ces toiles l'évolution d'un artiste ! Je préfère mille fois August Macke à Cézanne car ses couleurs sont plus vivantes, plus intenses et ses compositions moins rigides (c'est une affaire de goût n'est-ce pas?) J'aime beaucoup de ces toiles que tu as choisies pour nous. Mes préférées sont cet autoportrait au chapeau, Notre jardin et l’hôpital, Elisabeth à son bureau ... Magnifique billet ! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de ton retour au grenier !
      Oui, comme tu le dis si bien, c'est affaire de goût. Le ressenti devant un tableau ne se commande pas. Du point de vue couleurs, Macke est incomparable.. si ce n'est avec son ami Franz Marc !
      Pour ce qui est de la rigidité, tu penses peut-être aux traits noirs accentués de Cézanne, qui apparaissent par exemple dans "Le Pont de Maincy".
      On retrouve le même genre de traits noirs sur les tableaux de la période "cubiste" d'August Macke, comme nous le verrons dans le prochain billet.
      Cela dit, mon tableau préféré de Cézanne, c'est cette allée à Chantilly.
      Merci pour le compliment, Pétales de fée, bisous et bon courage pour ta remise en jambes

      Supprimer
  15. J'aime beaucoup la fraîcheur et la transparence des couleurs. C'est émouvant de penser que la disparition de ce jeune talent est proche et que l'évolution de son art sera stoppée brutalement. Voir de jeunes visages aussi qui ont vécu au début du siècle dernier mais surtout ce bébé, comme celui peint par Klimt, contemporain de la naissance de ma tante qui est décédée très âgée l'année dernière. Ces bébés modèles ne vieilliront jamais....

    http://www.artliste.com/gustav-klimt/bebe-1595.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "C'est émouvant de penser que la disparition de ce jeune talent est proche et que l'évolution de son art sera stoppée brutalement." dis-tu, sans te douter que cette phrase peut également s'appliquer à Walter, le fils aîné d'August Macke et d'Elisabeth. Elisabeth dont le destin a été marqué par une succession de malheurs que j'évoquerai peut-être dans le dernier volet de cette biographie de son premier mari.
      Le jeune Walter Macke, au talent de peintre déjà si prometteur a été emporté brutalement par une angine pernicieuse à la fin de sa seizième année, le 10 mars 1927.

      Merci Cergie, pour le tableau de Klimt, que je découvre grâce à toi. Ce bébé est une merveille !

      Supprimer
    2. Triste époque où la vie était si précaire...
      J'ai vu le bébé de Klimt en vrai lors de l'exposition "Vienne 1900" au Grd Palais

      http://www.visitesculturelles.net/musees_details/2005_11_03_peintres_autrichiens_Grand%20Palais.pdf
      et
      http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/23-klimt-schiele-moser-kokoschka

      Les cadres m'ont (presque) autant impressionnés que les toiles...

      Supprimer
  16. tu es douée pour les biographies ! Grâce à toi, nous pouvons suivre en images et couleurs la vie de ce peintre, et lorsque notre prof de dessin en a parlé l'autre jour (elle adore ses couleurs), j'ai tout de suite pensé à tes billets.
    Je vais lui joindre les liens par mail !

    Biseeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, mais va falloir que je mette le turbot pour la suite, alors !
      Biiiiiises

      Supprimer
  17. C'est vraiment un bonheur de suivre cette biographie et l'évolution de l'oeuvre d'August. Merci à toi pour ce travail éminemment pédagogique et passionnant.

    Pour ce qui concerne les trois échassiers du Cotes du Rhone nouveau, ils ne portaient pas de masque mais simplement un maquillage blanc. J'ai rajouté une photo d'eux dans mon billet pour que tu puisses les voir de près. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le compliment :-)
      Bises en retour (tardives mais sincères)

      Supprimer
  18. Tes réponses aux commentaires avec leurs liens sont une suite intéressante à tes billets. Ton grenier est un lieu de convivialité et d'échanges en plus d'être un lieu pour aimer la peinture !

    Pratiques tu également la peinture, Tilia ?

    Merci aussi pour Leconte de Lisle !

    Bonne semaine et à bientôt pour la suite de ton billet...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus maintenant, Fifi !
      Plus assez de temps : les blogs sont chronophages et ma passion pour la peinture des autres prime sur celle de créer. Mais je n'ai pas encore totalement abandonné l'idée et il m'arrive parfois de reprendre les pinceaux pour quelques cartes de vœux destinées à mes petits-enfants.

      Belle fin de semaine, Fifi, j'espère pouvoir publier la suite dimanche prochain, mais les aléas de mes recherches m'ont beaucoup retardée (sans parler des problèmes informatiques, grrrr !)

      Supprimer
    2. Oui, les blogs sont chronophages :-( Avons nous raison de persévérer ? Il faut croire que nos échanges sont plus stimulants qu'un travail solitaire ou presque. Je crois qu'il y a des périodes dans nos vies de ceci, de cela...J'ai pratiqué un peu la peinture et je me houspille souvent de ne pas retourner à mes anciennes amours :-)
      Merci pour ton poème !
      Bon dimanche à toi !

      Supprimer
  19. Bonjou Tilia, mwen rivini.
    Tout ça n'est pas trop ma cup of tea mais certains de ces tableaux me plaisent, surtout les portraits, et je suis assez d'accord avec ce qu'a dit Marguerite Marie.
    On peut avoir tous les talents du monde, on peut être heureux en ménage, on peut avoir le bonheur de peindre mais on n'est pas moins homme et quand on part au casse-pipe, on n'est malheureusement pas sûr de revenir
    Tu as raison, je suis assez sélective dans ce que j'aime dans la peinture.
    Ti bo, a pli ta.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Claude !
      Ravie que tu sois enfin rivini et vraiment contente de te retrouver ici.
      Je comprends parfaitement que Macke ne sois pas ta tasse de ti-ponch, on ne peut pas tout aimer :-)
      Pour ma part, ce qui m’intéresses autant que l'évolution de sa peinture, c'est d'enquêter sur ce que fut sa vie et celle de son épouse, ainsi que sur les lieux où ils ont vécu. C'est pour ça que les billets avancent à l'allure d'un escargot sous tranquillisants :-))
      Bisous, à bientôt Claude

      Supprimer
  20. Je n'avais pas vu le salon donnant sur le couloir, j'en aime beaucoup la composition et la monochromie. L'histoire qu'elle raconte, j'imagine que c'était une petite bonne qui descendait l'escalier, heureux temps pour certains qui même n'étant pas très riches pouvaient disposer de "petit personnel"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Re-coucou Tilia, le nouveau train que tu me mets en lien me semble être celui dont j'ai parlé (juste sous la photo), le Z 50000 francilien qui remplace le transilien. Mon brave train de banlieue était agréable à prendre car peu rempli sauf les soirs d'ennui sur le RER A : toujours une place assise, peu de monde alentours et pas d'odeur désagréable. Il faut dire que chaque ligne a ses trains attitrés, les nôtres était peut-être moins vétustes que les tiens.... Et puis la ligne directe m’évitait d'aller prendre une corespondance depuis métro Rome > Etoile et beaucoup de cohue dans le métro et le RER aux heures de pointe

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Z_50000

      Supprimer
    2. Normal que tu n'aies pas vu précédemment la représentation des salon, couloir et escalier de la maison Staudacher à Tegernsee. J'ai trouvé ce dessin récemment et je l'ai rajouté au billet. Il me fait penser aux interieurs de Vallotton (dont il n'est pas exclus que Macke ait vu sa première exposition à Zürich en 1909).

      Merci pour le lien sur les nouveaux trains. On rêve du jour où ils arriveront enfin sur notre ligne. J'espère que je serai encore de ce monde :-))

      Supprimer
  21. Rien a voir avec ce billet mais ceci devrait te plaire...

    RépondreSupprimer