mercredi 6 juillet 2016

Les lys de Gally






Aujourd'hui, comme en juillet 2011, le temps était favorable pour une belle promenade sur les terres de la Ferme de Gally.







Après avoir cueilli quelques fraises pour notre goûter, nous sommes passés par le coin des lys.







J'en ai profité pour leur tirer le portrait







En faisant mes photos, j'ai malencontreusement brisé une belle tige de lys blanc...







..du coup, je l'ai gardée. Après l'avoir réglée (1€10) en même temps que nos fraises...







..nous sommes rentrés chez nous et je l'ai installée dans le séjour.





©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2016

17 commentaires :

  1. les tableaux avec un lys blanc que tu dois avoir dans ta tête..mais ce sera de nouveau un billet fleuve :)))))
    bises

    RépondreSupprimer
  2. Ils sont super beau ces lys et tu as su bien mettre en valeur la tige que tu as cassée. Il y a quelques année, j'avais planté 5 ou 6 pieds de lys blancs,
    lys blancs
    puis depuis deux ou trois ans plus rien. Cette année, un pied a survécu et a bien voulu fleurir.
    Bichel me fera toujours rire.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes lys blancs sont magnifiques.
      Il me semble que ce sont des lys de la Madone, ceux-là même que ma tante cultivait pour fleurir l'autel de la Vierge dans son village lorrain. Les mêmes aussi qui fleurissaient, sur de grandes tiges, dans notre jardin à Avignon et qui me faisaient le nez tout jaune à force de m'enivrer de leur parfum !

      Or, les lys blancs de Gally sont différents.
      Les carpelles de leurs étamines ne sont pas jaune d'or, mais marron...
      De plus, leurs tépales ne sont pas recourbées comme celle du Lilium candidum.

      Pas trop le temps de chercher en ce moment.
      Si quelqu'un(e) connait le nom de cette sorte de lys, je suis toute ouïe ;-)

      Un des boutons est en train de s'ouvrir à vitesse grand V. Je vais faire des photos sous toutes les coutures et les publier vendredi.

      Bises et bonne journée, Claude

      Supprimer
    2. En approfondissant un peu mes recherches (mon insatiable curiosité me tient éveillée !) je m'aperçois que la grosse différence tient davantage dans la quasi absence de calice par rapport au lys de la madone, plutôt qu'à la courbure plus ou moins prononcée des tépales...

      Supprimer
  3. C'est joli les lys et puis j'adore leur parfum, même s'ils entêtent un peu, pas grave, ils sont trop beaux.
    Gros bisous Tilia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les lys dont tu mentionnes le parfum sont sans doute les mêmes que ceux de mon souvenir, que j'évoque pour Claude dans le commentaire précédent.

      La sorte de lys blanc cultivée à Gally est inconnue de moi. Comme je l'explique à Claude, ils sont bien différents de ceux que je connais et, en outre, ils ne sentent rien. Aucun parfum !..

      Bises d'été (légères et tempérées, comme le temps qui commence seulement à se stabiliser dans notre région).

      Supprimer
    2. Oui le bon vieux et merveilleux lys blanc qui fleure bon le jardin d'été...
      (Fait déjà chaud ici, grrrr lol)
      Gros bisous Tilia

      Supprimer
  4. Coucou Tilia.
    Que de beaux lys !
    Je n'ai jamais visité la ferme de Gally, il semble y en avoir plusieurs !
    Par contre j'ai connu le Ru de Gally (début des années 50), c'était plus qu'un égout à ciel ouvert heureusement de gigantesques travaux assainissement on était réalisé la preuve qu'en pollution tout n'est pas encore perdu, après réalisation le chef de chantier assurait à qui voulait bien l'entendre qu'il buvait ainsi l'eau épurée !!!
    Bises, A + ☼

    RépondreSupprimer
  5. Superbes lys et le tableau final est comme le bouquet d'un feu d'artifice, mais si paisible...

    RépondreSupprimer
  6. Magnifique tableau de ton séjour avec ces belles matières et le lys qui salue l'ange de l'Annonciation.

    RépondreSupprimer
  7. le lys de l'Annonciation... quelle belle mise en valeur de l'ange offrant le lys ...
    bises du soir Tilia

    RépondreSupprimer
  8. J'adore la lampe de bureau ! J'ai à peu près la même qui me vient de ma tante. Je crains seulement de casser son globe (elle est dotée d'un diffuseur de lumière en opaline)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'abat-jour de cette lampe manquait quand je l'ai trouvée aux encombrants il y a une bonne dizaines d'années. Celui que je lui ai adjoint est bon à changer, une chose de plus dont il faudrait que je m'occupe sans toujours reporter à plus tard !

      Supprimer
  9. Très bonne idée que de l'avoir cassée!:-) Un beau souvenir chez toi...

    RépondreSupprimer