dimanche 6 octobre 2013

Sacrée mémoire !


Quelques fois la mémoire nous joue des tours...


Çiva et sa parèdre


Sur la cheminée de la chambre
(je la vois comme je vous vois)
il y avait deux pots bleus hollandais
avec des fleurs artificielles datant de Badinguet,
un napperon rococo en dentelle épaisse,
un obscène Çiva qui sa dame embrochait
une glace en biseau surmontée d'amours en or
et dans la glace un fleuve qui coulait.

Mais non, mais non, sacrée mémoire,
ce sont là de tes jeux, ce sont là de tes tours !
le fleuve était le Loing j'allais chez ma marraine
passer le dimanche à Moret,
le napperon
était à Lyon
chez ma grand-mère
il fut vendu après sa mort,
ces fleurs artificielles
auront fleuri cent ans chez mon autre grand-mère
dans la maison d'Orliénas,
la glace était à Paris rue Chaptal
chez mes parents (ceux dont je suis l'enfant)
les pots bleus sont encore chez ma mère,
en Seine-et-Marne où elle se chauffe au bois l'hiver
et le Çiva est chez ma belle-mère
qui des colonies l'apporta.

Quant a la cheminée
Dieu sait d'où elle vient,
d'une chambre d'hôtel
de France ou d'Italie,
d'une chambre d'amis ?

J'ai beaucoup voyagé
et n'ai rien retenu
que des objets perdus.


Jean Tardieu
"Objets perdus"
Le fleuve caché - Poésies : 1938-1961 (Poésie/Gallimard, page 149)




Le Voyageur
René Magritte - 1937
collection privée
J'ai beaucoup voyagé et n'ai rien retenu, que des objets perdus.




Bouquet sur la cheminée
Henri Lebasque - vers 1920
(collection privée)
Sur la cheminée de la chambre



Deux vases de fleurs
Odilon Redon - vers 1905
collection privée
il y avait deux pots bleus



Dahlias dans un grand vase de Delft
Paul Cézanne - vers 1873
Musée d'Orsay
hollandais



Nature morte au vase sur une cheminée
Léon Delachaux - 1886
aquarelle, collection privée
avec des fleurs artificielles datant de Badinguet



Le pont de Moret au coucher du soleil
Alfred Sisley - 1892
autres versions

le fleuve était le Loing j'allais chez ma marraine
passer le dimanche à Moret,




Fleurs dans un vase bleu
Paul Cézanne - vers 1880
Musée de l'Orangerie
les pots bleus sont encore chez ma mère



Roses et jasmin dans un vase de Delft
Auguste Renoir - 1880-81
Musée de l'Ermitage
ces fleurs artificielles
auront fleuri cent ans chez mon autre grand-mère




Jean Tardieu et sa mère dans le jardin d’Orliénas
Victor Tardieu - vers 1911
collection privée

dans la maison d'Orliénas


Les parents de Jean Tardieu étaient tous les deux artistes. Lorsqu'il vient au monde, deux muses entourent le berceau du futur poète et celle de la poésie, attendant son heure, plane au-dessus.



Jean Tardieu (1903-1995) n'était pas seulement écrivain et poète, mais aussi un éminent homme de radio qui fut l'instigateur et le tout premier directeur de France-Musique.




Natif d'Orliénas Victor Tardieu, le père de Jean, était peintre.

Sa mère, Caroline Luigini, fille du compositeur et chef d'orchestre Alexandre Luigini, était professeur de harpe.


Alexandre Luigini, son grand-père maternel, est surtout connu pour avoir composé un Ballet Égyptien en 1875 :



Admirez le style à la fois élégant et décontracté de la jeune chef d'orchestre
Lisa Xanthopoulou



Bon début de semaine à toutes et à tous
à bientôt




©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2013

44 commentaires :

  1. charmant ce texte mis en image par la brillante Tilia... le vase aux dahlias...je le prends pour vendredi !
    finalement je n'aime pas que Rothko ( rire), la peinture "classique" c'est bien agréable à l'oeil
    douce soirée et bisous du soir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sers-toi sans souci, Josette, c'est gratuit ;-)
      Contente de voir que ma sélection t'a plu. J'avais hésité entre ces dahlias et le Bouquet au petit Delft qui sont aussi dans un pot hollandais (même s'il n'est pas tout bleu !).
      Bises vespérales portées par la brise automnale et excellente semaine

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Question d'arriver devant dieu, il vaut mieux y parvenir le plus tard possible :-))
      c'est pas mien de ce moquer du nom des gens, Bichel ;-)

      Supprimer
  3. les roses de cézanne... je pensais d'abord 'fantin-latour'
    même sensibilité.. billet souligné avec des perles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mille pardons, Elfi, les roses et jasmin sont de Renoir (pas de Cézanne !). Tout ça parce que je fais des copié-collé pour les légendes :)
      Ta comparaison avec Fantin et bonne

      Supprimer
  4. Mise en peinture d'un texte poétique: ton billet est délicieux, Tilia ! Je reviendrai le savourer. En fait j'ai commencé par la fin, je suis fascinée par les chefs d'orchestre et les femmes ne sont pas légion dans ce domaine. Celle-ci a de la classe et de l'humour. A bientôt !

    RépondreSupprimer
  5. J'adore Jean Tardieu! (Et Odilon Redon)
    Merci pour ce billet où la *mémoire nous joue des tours et dans lequel tu fais des tours de magie.
    *
    Je viens de lire un roman excellent
    Une fille, qui danse, de J Barnes (su ce thème d'une oublieuse mémoire)


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Miss Yves, pour l'indication du roman de Julian Barnes. Tout ce qui touche à la façon dont nous percevons les évènements et à la manière dont notre mémoire les engrange m'intéresse énormément.
      Grâce à toi je viens de lire un compte rendu de ce roman qui m'a bien éclairée. Quant au commentaire de Sylène en réponse à l'article de Télérama, il correspond bien à ce que je pense.

      Supprimer
  6. Wow wow wow ! Illustrer chaque vers d'un poème par un tableau, bravo ! Quelle recherche, quelle patience ! lol J'adore le Magritte ! Parfois, chez lui, il faut chercher le rapport entre le sujet et son titre, mais là c'est on ne peut plus explicite. Et c'est beau ! (cette image du voyageur, je veux dire, car Magritte, oui c'est beau ! Et j'aime) Et la lumière du tableau de Victor Tardieu est sublime. Le "plisser" des yeux que l'on effectue devant les tableaux impressionnistes nous montre des valeurs et des lumières extrêmement bien placées. Il en devient presque réaliste, et l'on se voit dans ce jardin à la place de l'artiste, en compagnie de Jean et de sa maman.
    Quant à cette élégante et gracieuse chef d'orchestre, c'est magnifique de la regarder diriger. Sa tenue est parfaite, une robe ne conviendrait pas. Elle n'est pas pour autant masculine du tout, bien au contraire. Et ce morceau de musique est savoureusement enjoué et leger, j'ai beaucoup aimé cette fraicheur.
    Je me sauve, j'ai vu les commentaires sur mon billet, mais je n'y répondrai que demain, car ma souris est morte cette fois-ci, (elle montrait depuis quelques jours des moments de faiblesse, mais là, elle est cuite lol) et ce n'est pas pratique de cliquer avec le bouton du clavier tout en maintenant avec la souris.
    Bisous Tilia et merci pour ce moment très doux passé chez toi.
    Belle semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment découvert la peinture de Magritte quand nous avons quitté le Midi pour la région parisienne. Dès le début de l'année suivante une rétrospective de l'œuvre Magritte démarrait au centre Beaubourg.
      Le Voyageur figure parmi les nombreuses reproductions contenues dans l'ouvrage de Harry Torczymer "Magritte, le véritable art de peindre" que j'avais acheté lors de notre visite de cette rétrospective à Beaubourg et qui, à ce jour, demeure le seul livre sur Magritte (en dehors de sa correspondance) dans ma bibliothèque. C'est te dire que Le Voyageur est inscrit depuis longtemps dans ma mémoire visuelle et que c'est tout naturellement à cette image que j'ai pensé en lisant la dernière phrase d'Objets perdus de Jean Tardieu.
      Je partage tout-à-fait ton avis sur Lisa Xanthopoulou. J'ai découvert cette chef d'orchestre à l'occasion de ce billet et son style m'a réellement subjuguée !
      Ta souris à l'air effectivement bien mal en point, j'espère que tu lui a trouvé une remplaçante sans trop de problème ;-)
      Merci de ta visite, Nathanaëlle, c'est toujours un plaisir de te lire.
      Bisous et beau temps d'automne sur ta contrée

      Supprimer
    2. Vi ! Une nouvelle petite souris est venue lundi remplacer l'ancienne, Elle est jolie tout plein rouge et brillante, avec un petit bouton pour économiser l'énergie lol et elle est sans fil ! lol (Je suis sidérée par le choix des souris sur le marché ! il y en avait même une "bling-bling" : toute dorée avec un crane en strass avec un prix avoisinant les 60 € ! le grand portnawak lol !
      Bisous Tilia et bel aprem !

      Supprimer
  7. Je connaissais le goût et l'intérêt de Tardieu pour la peinture (et la musique) , mais
    j'ignorais la carrière de peintre du père de Jean Tardieu:merci pour le lien.

    Il s'est bien détaché, à voir ce tableau vif et frais, des tons sombres, reprochés à son maître, Léon Bonnat.

    Le Voyageur, de Magritte cadre très bien avec l'univers du poème de Jean Tardieu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quant à moi, j'ai appris avec stupéfaction que l'un de mes poètes préférés est à l'origine de France-Musique !

      Supprimer
  8. Quant à la jeune Chef d'orchestre, un petit air de mime et de fantaisie qui va bien avec cette musique!
    Que de talents dans la famille Tardieu !

    RépondreSupprimer
  9. Toutes mes excuses, Tilia !!! :-( Heureusement que tu me l'as signalé ! C'est réparé :-)

    RépondreSupprimer
  10. Mon bouquet préféré c'est le premier, celui de Henri Lebasque, pour la simplicité et la tendresse des couleurs, puis les dahlias de Cézanne, ensuite les pots bleus d'Odilon Redon, puis les roses de Renoir, la nature morte de Delachaux. Le vase bleu de Cézanne me rend triste.
    Le tableau de Victor Tardieu est mon coup de coeur et ma petite folie c'est Magritte :-) Je t'embrasse Tilia !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que les Fleurs dans un vase bleu de Cézanne ne sont pas folichonnes ! Le fond neutre est pour beaucoup dans ce manque de gaité.
      Tu vois, Fifi, je pense comme toi, et je t'embrasse aussi

      Supprimer
  11. Est-ce que ta mémoire te joue des tours à toi aussi ? En tous les cas ce billet est très divertissant et bravo à ta grande connaissance de la peinture qui illustre sans défaillance ce texte de Tardieu.
    Moi ce qui m'amuse toujours ce sont les souvenirs à deux qui prennent des chemins différents avec le temps, narrés par l'un ou par l'autre dans une autre version comme s'ils n'avaient jamais été partagés !!!
    J'aime beaucoup la toile de Victor Tardieu, quant à la chef d'orchestre c'est la comedia dell'arte !!!
    Je t'embrasse
    Danielle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Question mémoire, je suis sur la même longueur d'onde que toi, Danielle, car j'ai déjà eu l'occasion de constater ce que tu as observé.
      Il m'est même arrivé d'entendre mon époux raconter des choses que nous avons vécues ensemble et que j'avais totalement oubliées !
      Je développerai un de ces jours mes réflexions sur la manière dont nous percevons les choses et sur la façon dont la mémoire les emmagasine.
      Merci pour ta fidélité, Danielle, je t'embrasse bien amicalement

      Supprimer
  12. Les tableaux sont tous très beaux mais un à ma préférence, devine lequel ?
    Moret, Chaptal, des mots qui restant dans ma mémoire. Moret parce que nous allions souvent passer des week-end chez un oncle et une tante de mon Papa et Chaptal me rappelle la caserne des pompiers où oeuvrait le Père haut gradé de ma cousine de Bois-Colombes.
    La première image est très olé ! olé !
    J'aime bien le poème de Jean Tardieu.
    Moi non plus je ne lis pas le Figaro et des fois les journalistes poussent très loin le bouchon.
    Bonne journée et bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon sang ! mais c'est bien sûr !! j'ai complétement oublié d'illustrer Moret O_o
      Grand merci, Claude, de me le rappeler. Je vais aller réparer cet oubli d'autant plus impardonnable que les tableaux de Moret-sur-Loing ne manquent pas. Sisley en a fait toute une série :-)
      Comme tu vois, ma sacrée mémoire à trous m'a encore joué un tour !
      Je comprends que tu apprécie le poème de Jean Tardieu, vu que tu partages les mêmes souvenirs de dimanches passés à Moret. Enfin.. pas tout-à-fait à la même époque, tes dimanches à toi, tout de même ;-)
      Bises reconnaissantes et bonne nuit (si tu n'es pas encore au lit) et bon mercredi (même sous la pluie !)

      Supprimer
  13. A propos de muses, Mnémosyne déesse de la mémoire en est la mère....
    Quant à ton titre "sacrée mémoire" il sonne pour moi comme "Jolie bouteille, sacrée bouteille" de Graeme Allwright... J'aime bien l'idée que tout ce qui nous peuple et compte pour nous est de diverse origine, à l'insu de notre plein gré souvent...

    http://cergipontin.blogspot.fr/2008/04/les-objets-de-famille-family-belongings.html

    Depuis que j'ai publié ce message, ma vieille tante est décédée, c'était la mémoire de la famille, elle ne jetait rien, il a fallu toutefois le faire autant que faire se peut...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'aime bien les chansons de Graeme Allwright et grâce à toi sa "sacrée bouteille" tourne en boucle dans ma tête, maintenant ;-)

      "Sacrée mémoire", c'est bien ce que je me dis quand la mienne, comme celle de Jean Tardieu, s'emmêle les pinceaux !

      Je suis allée lire ton billet et j'en suis restée comme deux ronds de flanc !! C'est tellement proche de ce que Tardieu a écrit que je me demande si tu avais connaissance (ou pas) des Objets perdus de Jean Tardieu avant de l'avoir rédigé...

      La photos qui accompagne ton billet ferait une superbe nature morte. J'aime beaucoup sa disposition.

      Supprimer
  14. "Comment ça va sur la terre ?
    Les vaches sont-elles prospères..."
    J'aime beaucoup la poésie de Jean Tardieu et ce poème que tu as superbement illustré en est un bon exemple ! Je ne connaissais pas la famille Tardieu, voilà qui est fait, merci !
    J'aime beaucoup les vases bleus et la toile de Victor Tardieu, très impressionniste qui me fait penser à un tableau de Manet.
    Belle soirée à toi ! Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Et les nuages ?
      ça flotte." :-))
      Moi aussi j'adore cette "Conversation". C'est une de mes poésies préférées parmi celles de Jean Tardieu.

      Tu es passées un poil trop tôt pour voir la "mise à jour" de ce billet. Heureusement que Claude (voir plus haut) m'a rappelé que j'ai oublié d'inclure le tableau de Sisley pour illustrer le Loing à Moret.
      Je t'embrasse et je file réparer ça tout de suite ! à très bientôt, Enitram

      Supprimer
  15. Merci Tilia
    C'était ça Moret sur Loing. Et bien souvent nous en profitions pour faire un tour en forêt de Fontainebleau crapahuter les rochers de la forêt. C'était le temps où je n'avais pas de problèmes de souffle.
    Merci pour tes gentils mots. En ce moment c'est mon amie Hélène http://hpyl.blogspot.com
    qui est absente depuis un bon moment et elle me manque aussi. Elle a présumé de ses forces en charroyant des brouettes de terre et vlan elle est couchée avec un mal de dos pas possible.
    Imagine toi que je suis en train d'écrire un texte sur des souvenirs d'enfance.
    Ma cousine Nanou m'a un peu aidée et je lui ai donné envie de se rappeler à elle-même et ensuite à ses filles ce qu'a été son enfance et sa jeunesse.
    J'ai deux/trois petites choses à mettre au point et je publierai sur mon autre blog.
    Tu peux aller le voir d'ailleurs, non pas pour l'histoire mais pour la photo, (Ma Mémé et ma Maman).
    Je te souhaite une excellent journée et je t'embrasse.
    Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les souvenirs d'enfance ont bien souvent des couleurs plus réjouissantes que celles de notre monde actuel. J'ai hâte de lire les tiens dans "Écrire, c'est lire aussi".
      Le portrait de ta grand-mère et de ta maman enfant est magnifique. Vous avez hérité toutes les deux de la beauté de ta "Mémé", y'a pas photo :-)
      Je vais aller mettre un petit mot à Hélène, que je lis de temps à autre (mais que je ne commente pas, faute de temps malheureusement).
      Repose-toi bien, chère Claude, et reviens-nous vite en pleine forme.
      Bonne fin de journée, grosses bises et à bientôt

      Supprimer
  16. Parfois il me semble que nos mémoires à tous se rejoignent dans un grand pot commun. Et ce sont les mots qui les ressuscitent lorsqu'ils les éclairent brièvement, les touchant de leur lumière. Ces mots que l'on prononce, que l'on écrit, qui soliloquent aussi dans notre tête, à notre insu parfois.
    Merci pour ce très beau texte de Jean Tardieu, un poil mélancolique, et qui incite à la rêverie. Un texte d'automne!...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous, Hazló, pour votre ressenti à propos des mots qui font ressurgir des images du passé.
      Pour ma part, ce sont surtout les mots anciens, ou régionaux, qui jouent ce rôle. Pas plus tard que ce soir, par exemple, j'ai lu sur un blog le mot "crédence" et c'est toute la salle à manger de la maison de mes grands-parents lorrains que j'ai revue en esprit.

      Oui, l'automne est bien la saison des souvenirs !

      Supprimer
  17. j'aime tout de ce billet, comme d'habitude . Bravo pour le travail, le choix des tableaux , et du texte de J. Tardieu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marguerite-marie ! je pense faire le même genre de chose avec d'autres poèmes de Tardieu, ou d'autres..

      Supprimer
  18. Objets inanimés avez-vous donc une âme ...
    Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ? disait le poète
    C'était Milly et pas Moret , mais qu'importe chaque infime détail se grave en soi et déclenche tant de souvenirs
    Objets perdus? non objets cachés au fond du coeur
    Très beau sujet Tilia Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sacrée mémoire ! j'avais oublié le titre et les premières strophes de ce poème. Merci, Arlette, de me l'avoir rappelé. Ces deux vers de Lamartine s'appliquent parfaitement aux objets perdus, puis retrouvés, de Jean Tardieu.
      Ce que j'aime le plus dans ces Objets perdus c'est le côté autobiographique de ce texte. Entre autres, la grand-mère maternelle de Tardieu habitait effectivement Orliénas, il a réellement passé son enfance rue Chaptal et sa mère (après le décès de son mari) est allée vivre en Seine-et-Marne. Ainsi, on a l'impression que Tardieu nous raconte une facétie de sa mémoire qu'il a réellement vécue.

      Supprimer
  19. Un billet à l'entête bien joyeuse! Et la suite l'est de même.
    Un luxe d'avoir une cheminée dans une chambre à coucher quand même! Nous qui cherchons à en intégrer une dans notre logis :-) Le bois, toujours ce bois...
    Tiens un Magritte un peu à la Prévert.
    Et puis ces objets qui trouvent leur premier emplacement dans une maison, pour ensuite se retrouver, comme chez Magritte ou Prévert ou bien chez d'autres, comme élément de collage dans notre propre habitat avec souvenirs à l'appui.
    Rien de tel que ce brillant poème pour réveiller la "sacrée mémoire" et en musique s'il vous plaît!
    Superbe ce billet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une cheminée dans l'appartement serait bien utile ici aussi, en ce moment. Nous n'aurons pas le chauffage dans l'immeuble avant le 17 (voire le 20) octobre, vu que les travaux de passage de la chaufferie du fuel au gaz ne sont pas terminés.
      En attendan, on va ressortir la boule électrique !
      Nos caves et greniers sont de vrais inventaires à la Prévert ;-)
      Bises, et beau temps sur ta contrée, Thérèse

      Supprimer
    2. Tenir huit jours devrait se faire avec en plus de la boule (ne pas la perdre) un bon thermos.

      Supprimer
  20. Bon matin, Tilia
    Non je ne congèle pas de tomates pour les soupes d'hiver because que mon Chéri n'est pas potage aux légumes du tout, d'ailleurs moi non plus.
    Quand j'en fais c'est déjà que pour moi et avec des trucs qui ne sont pas épuratifs sinon je fais pipi toute la nuit.
    Je me rappelle que quand mes parents me forçaient à manger ma soupe je me faisais des tartines de pain beurré pour faire ce machin qui sentait en plus le poireau. Beurk !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le contraire de chez nous :))
      Bisous

      Supprimer
  21. Coucou Tilia
    la voleuse avoue son délit : Ton bouquet est dans sa cachette,
    je te souhaite une journée désembrumée !
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu, lu et approuvé ;-)
      Bisous itou, passe un excellent weekend, Josette

      Supprimer
  22. J'aime les pots bleus placés sur les cheminées et lorsqu'ils sont remplis de fleurs c'est encore mieux mais c'est plutôt l'été ! En hiver, la chaleur du foyer les fait dépérir trop vite.
    Les souvenirs nous jouent des tours mais ce qu'il en reste dit beaucoup des émotions que les objets peuvent nous procurer.

    RépondreSupprimer