mardi 7 juillet 2020

Chemins sur la mer





Une citation à la fin de cet épisode de la série "Le Voyageur" (que j'ai vu récemment) m'a fait découvrir Antonio Machado, un poète espagnol dont les extraits I, XXIX, et  XLIV de ses Proverbio y Cantares chantés par Joan Manuel Serrat (dans la vidéo ci-dessous) m'ont beaucoup plu.


 
Nunca perseguí la gloria
ni dejar en la memoria
de los hombres mi canción;
yo amo los mundos sutiles,
ingrávidos y gentiles
como pompas de jabón.
Me gusta verlos pintarse
de sol y grana, volar
bajo el cielo azul, temblar
súbitamente y quebrarse.



XXIX 
 
Caminante, son tus huellas
el camino, y nada más;
caminante, no hay camino,
se hace camino al andar.
Al andar se hace camino,
y al volver la vista atrás
se ve la senda que nunca
se ha de volver a pisar.
Caminante, no hay camino,
sino estelas en la mar.



XLIV
 
Todo pasa y todo queda;
pero lo nuestro es pasar,
pasar haciendo caminos,
caminos sobre la mar.






















Mondes subtils



Antonio Machado, dont la santé avait commencé à décliner au début de la Guerre d'Espagne, était déjà considérablement affaibli lorsqu'il prit le chemin de l'exil avec sa mère et son frère José. Enfin parvenu en France, c'est à Collioure, où il repose, que le poète est mort, le 22 février 1939, à l'âge de 63 ans. Sa mère l'a suivi trois jours après, le jour même de son quatre-vingt-cinquième anniversaire. 









Je dédie ce billet à Fifi
dont le fil lie si bien la poésie à ses merveilleuses photos,
notamment ici











©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2020