mardi 16 décembre 2014

Intermède hors saison





C'était à prévoir...

  
la récolte est tellement abondante que

..je ne suis pas sortie du roncier !


Quelques intermèdes, plus en accord avec la saison

interviendront sans doute en attendant

la suite de la série...

 l'année prochaine !




Photo ©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2014

lundi 1 décembre 2014

2014, centenaire de la mort d'August Macke - 3


La Peinture comme Art de Vivre
August Macke
sa vie, son œuvre
(suite)



Stillleben mit Strauß und Buddha (Nature morte avec fleurs et Bouddha)
August Macke - 1911
August Macke Haus, Bonn



Dans le billet précédent, nous avons laissé August Macke et sa petite famille en train de faire leurs bagages pour venir s'installer à Bonn.

Pour un jeune artiste peintre obligé de gagner sa vie et de faire vivre sa petite famille en vendant ses œuvres, résider à la campagne à longueur l'année n'est pas recommandé. C'est ainsi qu'après y avoir séjourné toute une année, August Macke et son épouse Elisabeth, accompagnés de leur jeune fils Walter, quittent les rives du Tegernsee pour celles du Rhin.



Flußlandschaft mit Angler (Paysage fluvial avec un pêcheur)
Auguste Macke - 1911 (peinture sous verre)
Städtische Galerie im Lenbachhaus, Münich



Les relations professionnelles indispensables à la poursuite de sa carrière lui imposant de demeurer en ville, c'est donc à Bonn (où vit la famille d'Elisabeth) qu'à partir de Novembre 1910 August Macke va résider.



Zwei Frauen am Tisch - Elisabeth und Sophie Gerhardt
Deux femmes à une table  - Elisabeth et Sophie Gerhardt
Auguste Macke - 1910
collection privée



Dans un premier temps, le couple habite avec Sophie Gerhardt dans la maison parentale d'Elisabeth, en attendant que les travaux de réfection de la maison voisine sur la Bornheimer Straße (maison qui a servi d'annexe à la société de Carl Gerhardt) soit totalement rénovée et aménagée en habitation.





Frau, eine Blumenschale tragend (Femme portant un bol de fleurs)
Auguste Macke - 1910
Collection Ziegler, Kunstmuseum, Mülheim an der Ruhr



Stillleben mit Katze (Nature morte avec chat)
Auguste Macke - 1910
Städtische Galerie im Lenbachhaus - Munich



Stillleben Hyazinthenteppich (Nature morte jacinthe et tapis)
Auguste Macke - 1910
collection privée



La belle dame à la coupe de fleurs et les natures mortes, ci-dessus et ci-dessous, correspondent peut-être à la période allant de Novembre 1910 à Février 1911, trois mois durant lesquels Macke a sans doute dû se contenter de peindre des toiles de petits formats dans l'une des pièces de la maison de la mère d'Elisabeth, pas spécialement adaptée à un tel usage.




Stillleben mit Palme (Nature morte avec palmier)
Auguste Macke - 1910
Kunsthandlung Wolff, Münich



Weißer Krug mit Blumen und Früchten (Pichet blanc avec fleurs et fruits)
Auguste Macke - 1910
Franz Marc Museum, Kochel am See



En février 1911, la petite famille s'installe dans la maison de la Bornheimer Straße, voisine de celle des parents d'Elisabeth (cliquer pour voir la maison et se promener dans le quartier).

August Macke peut enfin commencer à peindre dans un véritable atelier. C'est là que vont naître les quelques quatre cents tableaux qu'il a peints entre Février 1911 et Août 1914.




Marienkirche (Église Ste-Marie)
Auguste Macke - 1911
Collection privée (notice de Christie's)



Aménagé sur toute la surface de l'ancien grenier de la maison, l'atelier a été pourvu de grande baies vitrées sur trois côtés. C'est depuis ses fenêtres que Macke a représentée à plusieurs reprises la Marienkirche.




Marienkirche mit Häusern und Schornstein (Église Ste Marie avec maisons et cheminée)
Auguste Macke - 1911
Städtisches Kunstmuseum, Bonn



De style néogothique, l'église Ste Marie est entourée d'habitations. Elle se trouve à proximité de l'ancienne brasserie Kurfürsten-Bräu AG (aujourd'hui désaffectée) dont la haute cheminée (à voir ici) pourrait être celle qui apparait sur les tableaux ci-dessus et ci-dessous.

Mais, à moins qu'il s'agisse d'une liberté d'artiste, l'ancienne brasserie est trop éloignée de l'église pour que sa cheminée soit située entre l'église et la maison de Macke. C'est donc probablement une autre cheminée, aujourd'hui disparue, qui figure sur ces deux représentations de la Marienkirche.



Marienkirche im Schnee (Église Ste-Marie dans la neige)
Auguste Macke - 1911
Kunsthalle, Hambourg



Après la neige du mois de Février 1911, tombée sur Bonn au moment de l'emménagement des Macke dans leur nouvelle maison, fidèle à lui même, August continue à peindre le cours des saisons en se penchant sur l'éclosion du printemps dans leur jardin .




Unser Garten mit blühenden Rabatten (Notre jardin avec la plate-bande en fleurs)
Auguste Macke - 1911
Kunsthalle, Hambourg



Ci-dessus la maison des Macke est cachée par les arbres. Les bâtiments que nous voyons sur la droite sont les anciens locaux de l'entreprise C. Gerhardt. Cliquer ici pour voir ces bâtiments de nos jours, bâtiments qui comprenaient l'habitation des parents d'Elisabeth.

Cliquer ici pour voir C. Gerhardt, nom de l'entreprise qui demeure inscrit en grosses lettres sur le côté du dernier bâtiment.

Lire ici l'article Quand la technique rencontre la nature et l'art sur le site actuel de l'entreprise.

Quant à la maison couleur brique, tout au fond du tableau, c'est celle qui se trouve de l'autre côté de la Bornheimer Straße.




Der Macke’sche Garten in Bonn (Le jardin des Macke à Bonn)
Auguste Macke - 1911
Westdeutsche Landesbank Girozentrale Düsseldorf, Münster



Le printemps est arrivé. Le 13 Avril 1911 le petit Walter a soufflé sa première bougie. À présent l'été s'annonce, il fait déjà chaud et les stores de l'entreprise du grand-père de Walter sont baissés.

Elisabeth jardine les bras nus, un œil sur son enfant qui marche déjà comme un grand, mais qui, comme tous les enfants de cet âge, nécessite une vigilance de chaque instant.



Elisabeth und Walterchen mit Wolf (Elisabeth et Walter avec Wolf)
Auguste Macke - 1911
Westdeutsche Landesbank Girozentrale Düsseldorf, Münster



Là c'est vraiment l'été. Wolf, le chien de la maison, a trop chaud. Il s'est couché à l'ombre, le ventre au frais sur le gazon, tandis qu'Elisabeth se penche tendrement vers le petit Walter pour lui faire respirer une fleur.




Sitzender Akt mit Kissen (Nu assis aux coussins)
August Macke - 1911
Wilhelm Lehmbruck Museum, Duisburg



Il fait si chaud en cet été 1911, qu'en remontant du jardin, Elisabeth a mis Walter à dormir dans la pièce la plus fraîche de la maison. Puis elle est allée prendre une bonne douche rafraîchissante et, sans même se rhabiller, elle est montée à l'atelier, car August lui a proposé le matin même de poser pour un portrait de dos.




Frau im Garten (Femme au jardin)
August Macke - 1911
Collection privée



Cette Femme au jardin ci-dessus, m'a beaucoup intriguée. Il y a de grande chance pour que ce soit Elisabeth.

Je me suis demandée où peut bien se trouver ce jardin. Vu les montagnes, il ne peut pas s'agir de celui des Macke à Bonn. Alors je pense que c'est peut-être celui d'Ottilie, la sœur aînée d'August qui vit à Kandern depuis qu'elle a épousé le patron de l'Auberge de la Couronne (Gasthauses Krone).




Kirche in Kandern (Église à Kandern)
August Macke - 1911
Collection privée



Il se peut que ce soit en raison de la terrible canicule de l'été 1911 que les Macke sont allés séjourner à Kandern cet année -là, pensant y trouver un peu de fraîcheur... Ou bien, c'était tout simplement pour présenter le petit Walter à sa tante Ottilie.



Straße mit Kirche in Kandern (Rue avec église à Kandern)
August Macke - 1911
Museum für Neue Kunst, Fribourg-en-Brisgau



Après Kandern, où la petite famille Macke n'avait sans doute pas trouvé assez de fraîcheur, c'est sur les bords du lac de Thoune qu'ils sont allés en chercher davantage.

Depuis qu'August Macke s'est installé à Bonn, il ne reste pas en permanence dans son grenier atelier. Il multiplie les contacts afin de se faire un nom parmi les peintres rhénans. De Bonn à Cologne, il se déplace pour rencontrer les conservateurs des musées, les directeurs de galeries et autres personnalités du monde artistique et littéraire.

Macke fait la connaissance de Max Ernst, qui suit les cours de philosophie à l'université de Bonn et se lie d'amitié avec lui. Autre étudiant ami de Macke Paul Adolf Seehaus, un jeune peintre natif de Bonn qui étudie l'histoire de l'Art et qui va devenir son élève (à titre gracieux).  

Par ailleurs, Macke se lie d'amitié avec l'écrivain Erich August Greeven (1880-1966) dont il nous a laissé un beau portrait.



Porträt des Schriftstellers E.A. Greeven (Portrait de l'écrivain E.A. Greeven)
Auguste Macke - 1911
Kunstmuseum, Bonn



Il y a souvent du monde dans l'atelier d'August et le couple reçoit beaucoup d'amis.



Stillleben mit Sonnenblumen (Nature morte avec tournesols)
August Macke - 1911
Collection privée


De la salle à manger...



Stillleben mit Hirschkissen und Strauß
(Nature morte avec cerfs sur coussin et bouquet)
August Macke - 1911
Museum für Kunst und Kulturgeschichte, Lübeck


au salon...



Zwei Schwestern (Deux sœurs)
August Macke - 1911
Lehmbruck Museum, Duisburg (crédit)



...les visiteurs se succèdent.

Entre correspondance et invitations, Elisabeth ne chôme guère.



Elisabeth am Schreibtisch (Elisabeth au bureau)
August Macke - 1911
Museum Pfalzgalerie, Kaiserslautern




Depuis leur rencontre à Munich et la consolidation de leur amitié à Tegernsee, August Macke et Franz Marc sont restés constamment en contact. Oralement ou par courrier, ils échangent leurs impressions sur la théorie des couleurs et les relations entre la peinture et la musique.

Des échanges qui découlent de la sympathie grandissante de Marc pour les idées de Kandinsky, après qu'ils aient fait connaissance lors de l'exposition de la Nouvelle Association des artistes munichois (NKVM) en septembre 1910 (voir billet précédent).



Gemüsefelder (Champs potagers)
August Macke - 1911
Kunstmuseum, Bonn



Avec ces Champs potagers (peut-être peints à Kandern) on voit nettement qu'en cette année 1911 la peinture d'August Mack prend un nouveau virage, déjà amorcé en début d'année avec ses vues de la Marienkirche et celles de ses jardins.



Frauenkopf in Orange und Braun
(Portrait de Mme Macke - Tête de femme orange et marron)
August Macke - vers 1911
Centre Pompidou (Beaubourg) musée d'Art Moderne, Paris (notice)



Les teintes automnales semblent indiquer que ce nouveau portrait d'Elisabeth pourrait bien avoir été peint à la fin de l'été caniculaire de 1911. Un portrait qui montre clairement que le style de Macke est en pleine évolution.

Dans le même temps, à Munich les choses bouillonnent et les membres de la Nouvelle Association des artistes Munichois étant en désaccord, Franz Marc et son ami Kandinsky (qui habitent durant l'été des villages voisins en Haute-Bavière) sont en train de mijoter le manifeste d'un nouveau courant artistique qu'ils vont baptiser Der Blaue Reiter (Le Cavalier Bleu).



Frau mit Gitarre (Femme à la guitare)
August Macke - 1911
Collection privée



Le Cavalier Bleu a tout d'abord été le titre d'un recueil sur les tendances nouvelles de la peinture. Conçu comme un album commun portant un « regard comparatif historique et artistique sur tous les genres, époques et peuples », l'ouvrage est un manifeste pour la naissance d'un art nouveau basé sur les sources élémentaires de l'inspiration créatrice.


À la demande de Franz Marc, à l'automne 1911 Macke se rend à Munich, où demeure son ami, pour collaborer à la rédaction de l'Almanach du Cavalier Bleu. C'est avec un texte sur les masques des peuples primitifs qu'il apporte sa pierre à l'ouvrage.



Geraniums Before Blue Mountain (Géraniums devant la Montagne Bleue)
August Macke - 1911
Milwaukee Art Museum, Wisconsin USA (notice)


Franz Marc habite à l'année à Sindelsdorf en Haute-Bavière. À la belle saison, Kandinsky qui le reste du temps demeure à Munich, vient chez Gabriele Münter à Murnau am Staffelsee, un village pas très éloigné de Sindelsdorf, ainsi les deux amis se voit souvent. Franz Marc a surnommé sa région, Le Pays Bleu.

C'est certainement lors de son séjour à Sindelsdorf et à Murnau, pour collaborer à la rédaction du premier Almanach du Cavalier Bleu, que Macke a peint ses Géraniums devant la Montagne Bleue.


La Montagne Bleue (Der blaue Berg) est aussi un tableau de Kandinsky, peint à Murnau vers 1909, quand il n'avait pas encore totalement négocié son virage vers l'abstraction. La notice de la Solomon R. Guggenheim Foundation, où est conservée Der blaue Berg, donne une explication des plus intéressante sur le thème récurrent du Cavalier dans la peinture de Kandinsky à cette époque et se son rapport avec le Cavalier Bleu.





Indianer (Indiens)
August Macke - 1911
(huile sur bois) Collection privée



Les Indiens ci-dessus, montrent l'influence discrète du style de Kandinsky sur celui d'August Macke à la fin de l'année 1911, tout en évoquant la peinture de Gauguin.




Indianer auf Pferden (Indiens à Cheval)
August Macke - 1911
(huile sur bois) Städtische Galerie im Lenbachhaus, Munich



Ces Indiens à Cheval accompagnent trois autre tableaux de Macke, dont la Lautenspielerin (la Joueuse de luth vue dans le billet précédent) et La Tempête ci-dessous, envoyés à Münich pour participer à la première exposition du Cavalier Bleu.



Der Sturm (La Tempête)
August Macke - 1911
Saarlandmuseum - Moderne Galerie, Sarrebruck



En dehors de ses peintures dans le style de Delaunay, La Tempête est sans doute le tableau d'August Macke le plus "abstrait". Il a été peint dans l'atelier de Franz Marc pendant le séjour de Macke à Sindelsdorf. Malgré la relative abstraction de cette œuvre, on peut cependant reconnaître dans ce paysage quasi désertique, où trois arbres sont inclinés à 45 degrés, une sorte de grand vautour blanc et une tornade bleue figurant le déchaînement des éléments.

Certains artistes ayant refusé de suivre Kandinsky dans son cheminement vers l'abstraction, cette profonde divergence provoque la scission de la NKVM. À l'initiative de Kandinsky, de Franz Marc et de quelques autres de leurs amis dont Paul Klee (qui a récemment fait la connaissance d'August Macke) Le Cavalier Bleu voit le jour prématurément, poussé par l'urgence de l'exposition prévue à Münich en décembre 1911.




Drei Mädchen in einer Barke (Trois filles dans une barque)
August Macke - 1911
Städtische Galerie Im Lenbachhaus, Munich



En quelle saison de 1911 les Trois filles dans une barque ci-dessus ont-elles été peintes ? Je me demande si cette image paradisiaque n'est pas en rapport avec la méchante canicule de l'été 1911... Quoi qu"il en soit, elle aussi porte la trace de l'influence de Kandinsky.




Circusbild I - Kunstreiterin mit Clowns (Écuyère avec des clowns)
August Macke - 1911
LWL-Museum, Münster


Pas sûr que l'Image du Cirque ci-dessus date de la fin de l'année 1911. Néanmoins il me plaît d'imaginer qu'à l'approche des fêtes de fin d'année, August et Elisabeth ont emmené au cirque leur petit Walter qui a eu vingt mois le 13 décembre.



Clown in grünem Kostüm (Clown dans un costume vert)
August Macke - vers 1910-11
Collection du Dr Gustav Rau, ArpMuseum, Remagen



L'écho de Bonheur du Jour m'a incité à ajouter ci-dessous une scène d'intérieur particulièrement en accord avec le jour qui décline de plus en plus tôt au mois de décembre. Contrairement à Elisabeth et Sophie Gerhardt à une table (à voir au début de ce billet) il me semble que cette scène sous la lampe est une composition entièrement sortie de l'imagination d'August Macke...




Drei Frauen am Tisch bei der Lampe (Trois femmes à une table avec une lampe)
August Macke - 1910
Collection privée





Ainsi se termine le troisième volet de ma "petite" biographie illustrée d'August Macke. Dans le quatrième nous verrons qu'à partir de 1912 le style de sa peinture continue de progresser sur des chemins inattendus.





Texte ©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2014

vendredi 14 novembre 2014

2014, centenaire de la mort d'August Macke - 2


Le bonheur de peindre
August Macke
sa vie, son œuvre
(suite)


Der Macke’sche Garten in Bonn (Le jardin des Macke à Bonn) détail
August Macke - 1911
Westdeutsche Landesbank Girozentrale Düsseldorf, Münster



Comme prévu, voici la suite du billet précédent.



Octobre 1909, après leur séjour de Juillet 1908 Elisabeth et August Macke vont de nouveau ensemble à Paris. Pour August, qui avait découvert cette ville en Juin 1907, c'est la troisième fois qu'il va séjourner dans la capitale française.

Les jeunes mariés vont y passer une partie de leur voyage de noces, essentiellement pour visiter le Salon d'Automne où sont exposées cette année là deux douzaines de Figures de Corot, mais aussi quelques toiles de Gauguin et de Matisse.

Au lendemain de leur mariage, le 6 Octobre 1909 August et Elisabeth partent en direction de Paris. En route ils s'arrêtent à Berne pour présenter August aux époux Moilliet, chez qui Elisabeth a séjourné en 1905 (voir billet précédent) et à leur fils, le peintre Louis Molliet qui, souhaitant lui aussi visiter le Salon d'Automne, va les accompagner à Paris.




Selbstporträt mit Hut (Autoportrait au chapeau)
August Macke - 1909
Städtisches Kunstmuseum, Bonn



C'est pendant sa lune de miel à Paris que Macke réalise son Autoportait au chapeau. Cependant, selon certains auteurs, le fond couleur de miel de cette toile découlerait de sa découverte de l'œuvre de Cézanne, d'abord en 1907 à la galerie Bernheim-Jeune, puis en 1908 dans celle d'Ambroise Vollard.



Porträt Helmuth Macke
(Portrait d'Helmuth Macke)
August Macke - 1910
collection privée


Helmuth Macke (1891-1936) cousin d'August et artiste peintre, était lui aussi un admirateur de Cézanne. Au cours de leurs entretiens à Tegernsee, les deux cousins ont souvent discuté de la manière de peindre du maître provençal. L'étude de Cézanne et la rencontre des Fauves lors du Salon d'Automne de 1909 sont les deux moteurs de l'évolution de la peinture de Macke vers l'Expressionnisme.






Selon les mémoires d'Elisabeth, son portrait ci-dessous a été peint à Tegernsee. L'influence de Cézanne s'y fait nettement sentir et on y devine aussi celle de Matisse.




Porträt der Frau des Künstlers mit Hut
(Portrait de l'épouse du peintre avec un chapeau)
August Macke - 1909
LWL- Museum für Kunst und Kultur, Münster (notice)



À Paris, Macke fait la connaissance d'un autre admirateur de Cézanne, le peintre allemand Karl Hofer alors de passage dans cette ville. Hofer encourage Macke à venir s'installer à Paris. Mais finalement, le couple préfère donner suite à l'invitation de l'écrivain allemand Wilhelm Schmidtbonn, qui demeure au bord du Tegernsee.

Macke avait sympathisé avec Wilhelm Schmidtbonn lors de ses créations pour le théâtre de Düsseldorf, en 1906. La même année, Schmidtbonn et Macke avaient voyagé ensemble le long du Rhin, en compagnie du sculpteur Claus Cito et du dramaturge Herbert Eulenberg.




Tegernseer Landschaft (Paysage de Tegernsee)
August Macke - 1910
collection privée



August et Elisabeth arrivent à Tegernsee le 31 octobre 1909 et ils vont y rester un an. Ce séjour à la campagne présente pour eux l'avantage d'être logés à moindre frais en attendant d'acquérir leur propre maison, sans être obligés de cohabiter avec leurs parents.





Ansicht vom Tegernsee (Vue du Tegernsee)
August Macke - 1910
collection privée




Dans un premier temps, ils sont reçus dans la villa Brand, demeure des époux Schmidtbonn. Puis, l'humeur enjouée du jeune couple s’accordant mal avec l'invariable mélancolie de leur ami dramaturge doté d'un tempérament hypersensible, August et Elisabeth vont habiter la maison du maître charpentier Staudacher.




Unser Wohnzimmer mit Blick auf den Gang (Notre salon donnant sur le couloir)
Auguste Macke - 1910
Pastel et fusain, Carnet de croquis



Cette maison est une ancienne ferme à un étage avec un balcon et un grenier.




Unser Häuschen in Tegernsee (Notre maison à Tegernsee)
August Macke - 1910
collection privée


Ci-dessus, la Staudacherhaus est représentée dans un style encore teinté d’Impressionnisme. Tout comme le portrait d'Elisabeth ci-dessous



Elisabeth am Schreibtisch (Elisabeth au bureau)
August Macke -  1910
LWL-Landesmuseum für Kunst und Kulturgeschichte, Münster (notice)




Portrait de Franz Marc
August Macke - 1910
Gemäldegalerie, Berlin
Le 6 janvier 1910, Macke et son cousin Helmuth, accompagnés du fils de Bernhard Koehler (donc cousin d'Elisabeth), vont à Munich pour visiter la toute récente Moderne Galerie, ouverte le 1er novembre 1909 par Heinrich Thannhauser.

Parmi les œuvres exposées dans cette galerie, il s'en trouve deux, signées Franz Marc, qui monopolisent si vivement son attention que Macke décide immédiatement d'aller faire la connaissance de ce peintre dans son atelier munichois. 





Maria Franck mit weisser Muetze
Maria Franck avec une casquette blanche
Franz Marc - 1906
Franz Marc Museum, Kochel am See
Pour Franz Marc, la visite d'August Macke est capitale. C'est la première fois qu'il rencontre un peintre partageant ses idées.  La sympathie entre les deux artistes s'établit d'emblée et August invite Franz à venir passer quelques jours à Tegernsee.

Cette rencontre est d'autant plus décisive pour Marc que, lors de la visite à la galerie Thannhauser, Bernhard Koehler Jr a acquis trois de ses toiles pour la collection de son père à Berlin. Et par la suite, Bernhard Koehler va continuer à acheter des peintures de Franz Marc.


Suivant l'invitation d'August, le 22 janvier Franz Marc et sa compagne, Maria Franck, rendent visite aux Macke dans leur maison de Tegernsee. À la suite de ces quelques jours passés ensemble, une amitié durable est désormais scellée entre les deux peintres.




Unser Wohnzimmer in Tegernsee - (Notre salon à Tegernsee)
August Macke - 1909
collection privée (notice)



Durant tout son séjour à Tegernsee, August Macke peint intensément. En une année, sa production va atteindre les deux cents tableaux. Une extraordinaire fécondité... peut-être en partie engendrée à la pensée de la promesse de vie qui s'agite dans le ventre d'Elisabeth et qui va bientôt voir le jour.



Walter, drei Tage alt (Walter, âgé de trois jours)
August Macke - 1910
collection privée


Mutter und Kind (Mère et enfant)
August Macke - 1910
collection privée (notice)

Walter Carl August Macke est né le 13 avril 1910 à Tegernsee. Au vu des nombreux portraits que Macke a fait de son fils aîné, seul ou dans les bras d'Elisabeth, on ne peut douter du bonheur que cette naissance a apporté au foyer des jeunes époux.

Toute la tendresse attentive d'un mère pour son enfant déborde du cadre des tableaux peints par Macke dans les mois qui ont suivi la venue au monde du petit Walter.




Mutter und Kind auf einem roten Stuhl (Mère et enfant sur une chaise rouge)
August Macke - 1910
collection privée



Au bord du Tegernsee, August et Elisabeth  baignent dans la joie de vivre et le bonheur intense que leur procure, pour l'un la création artistique en pleine évolution, pour l'autre la maternité.



Porträt Walter Macke mit Häschen (Portait de Walter Macke avec un lapin)
August Macke - 1910
Kunsthalle, Emden (notice du musée)




Mutter mit Kind (Mère avec enfant)
August Macke - 1910
Kunstmuseum, Mülheim an der Ruhr



À Tegernsse, de la Staudacherhaus qu'ils habitent aux alentours du lac, en passant par les scènes d'intérieur, les paysages et les portraits, les sujets ne manquent pas et l'imagination d'August pour composer ses tableaux tourne à plein régime.



Mädchen auf dem Balkon (Jeune femme au balcon)
August Macke - 1910
Kunstmuseum, Mülheim an der Ruhr


Ci-dessus, Elisabeth est en train de lire sur le balcon de la maison Staudacher. Ou sur la terrasse...



Vor dem Haus in Tegernsee (Devant la maison à Tegernsee)
August Macke - 1910
Kunstmuseum, Mülheim an der Ruhr


Terrasse que nous retrouvons ci-dessus.



Staudacherhaus in Tegernsee (La maison Staudacher à Tegernsee)
August Macke - 1910
Collection Ziegler, Kunstmuseum, Mülheim an der Ruhr (notice)



Stylistiquement très différente de celle que vous avez vue plus haut, ici la Staudacherhaus habitée par Auguste Macke et sa petite famille est peinte à la manière de Georges Braque dans sa période Fauve.

Ce tableau est également remarquable par l'apparition de larges aplats de couleur propres à Matisse.



Unser Gärtchen und Krankenhaus in Tegernsee (Notre jardin et l'hôpital à Tegernsee)
August Macke - 1910
collection privée (notice de Sotheby's)



Aplats de couleurs qui apparaissent dans la vue ci-dessus, ainsi que dans l'amusant paysage du Tegernsee, ci-dessous...




Landschaft am Tegernsee mit LesendemMann und Hund (Paysage de Tegernsee avec homme lisant et chien)
August Macke - 1910
Museum am Ostwall, Dortmund



Ces mêmes aplats figuraient déjà largement dans le portrait d'Elisabeth brodant (ci-dessous) peint à Tegernsee fin 1909.




Stickende Frau im Sessel - Porträt der Frau des Künstlers
(Femme brodant dans un fauteuil - Portrait de l'épouse du peintre)
August Macke - 1909
Kunstmuseum, Mülheim an der Ruhr (notice)



En 1909, la revue Kunst und Künstler dirigée par Bruno Cassirer (cousin du célèbre galeriste et critique d'art berlinois Paul Cassirer) publie la traduction en allemand des "Notes d'un peintre" rédigées l'année précédentes par Henri Matisse.

Nul doute que Macke a lu les Notes de Matisse  et notamment ceci « Les détails diminuent la portée des lignes, ils nuisent à l’intensité émotive, nous les rejetons ». Une assertion qui confirme ce que Gustave Moreau avait prédit à Matisse en 1895, quand il étudiait dans son atelier : « Vous allez simplifier la peinture ».




Frau auf Balkon (Femme au balcon)
August Macke - 1910
Städtisches Kunstmuseum, Bonn



Entre 1909 et 1910, période durant laquelle Macke réside à Tegernsee, le style de Macke se tourne de plus en plus vers le Fauvisme.

La Femme au balcon ci-dessus est sans aucun doute un portrait d'Elisabeth brodant sur le balcon de la maison Staudacher.




Segelboot auf dem Tegernsee (Voilier sur le Tegernsee)
August Macke - 1910
Musée Albertina, Vienne, Autriche (notice)



Il est évident que ce Voilier sur le Tegernsee surfe sur la vague Fauve et que Matisse est à la barre.




Lautenspielerin  (Joueuse de luth)
August Macke - 1910
Beaubourg, Musée national d’art moderne, Paris (notice du musée)



La Joueuse de Luth, elle aussi, semble directement inspirée par le style de Matisse.


Durant la première quinzaine de Septembre 1910, la Galerie Thannhauser à Munich expose des œuvres des artistes de la Neue Künstlervereinigung München (N.K.V.M.) la Nouvelle Association des artistes munichois fondée à la fin de l'année précédente par Kandinsky et  Alexej von Jawlensky.

Parmi les exposants, outre les expressionnistes russes et allemands, se trouvaient des toiles de Vlaminck, Braque, Picasso et Van Dongen. August Macke et son ami Franz Marc se sont rendus à cette exposition et ils ont pris contact avec les peintres membres de la N.K.V.M.



Frühlingslandschaft in Tegernsee (Paysage de Printemps à Tegernsee)
August Macke - 1910
collection privée (notice de Christie's)









Dans l'ambiance prolifique de l'année passée à Tegernsee, pour August comme pour Elisabeth, les saisons ont vite passé. L'automne arrive déjà et les premières feuilles jaunes apparaissent. Pour August Macke une page va se tourner.




Tegernsee Landschaft (Paysage de Tegernsee)
August Macke - 1910
Germanisches Nationalmuseum, Nuremberg




Pour un peintre, le site enchanteur du Tegernsee est un lieu idéal, comme l'a été Giverny pour Claude Monet, par exemple. Cependant, pour August Macke qui est seulement au début de sa carrière, la ville demeure le lieu incontournable pour acquérir la notoriété.



Waldbach (Ruisseau forestier)
August Macke - 1910
Indiana University, Art Museum (notice)



En octobre 1910, à Bonn la maison qui leur est destinée est sur le point d'être terminée.

Pour la petite famille Macke, il est temps de plier bagage et de quitter le village de Tegernsee pour aller s'installer en ville.





Der Macke’sche Garten in Bonn (Le jardin des Macke à Bonn)
August Macke - 1911
Westdeutsche Landesbank Girozentrale Düsseldorf, Münster






Nous la retrouverons prochainement
dans le troisième épisode de ce billet
consacré à la vie et l’œuvre d'August Macke.







EDIT du Dimanche 30 novembre 2014


Ajout d'un paragraphe concernant l'origine de l'amitié entre August Macke et Louis Moilliet, le peintre bernois qui accompagne August et Elisabeth à Paris en 1909 et avec lequel au printemps 1914 Macke fera un voyage en Tunisie, en compagnie de Paul Klee qui était un camarade de lycée de Louis Moilliet.





EDIT du Dimanche 7 décembre 2014

Ajout de trois tableaux peints à Tegernsee en 1910 et conservées au Kunstmuseum de Mülheim an der Ruhr :
- Mutter mit Kind - Mère avec enfant (Elisabeth)
- Mädchen auf dem Balkon - Jeune femme au balcon (Elisabeth)
- Vor dem Haus in Tegernsee - Devant la maison à Tegernsee (maison Staudacher)





Texte ©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2014