dimanche 1 mai 2016

Parfums de muguet







Revoici le premier jour de Mai et ses traditionnels bouquets de blanches clochettes odorantes.

Pour le fêter, cette année je me suis particulièrement intéressée à un ancien parfum et à ses publicités.

Le parfum naturel du Muguet de Mai a la réputation d'être extrêmement difficile à reproduire, voire inimitable. Cependant, au XVIIe siècle (et ce jusqu'au XIXe) le terme muguet a été employé pour désigner les jeunes hommes faisant assaut d'élégance et de galanterie. De jeunes dandys qui, soit se parfumaient au muguet, soit en utilisaient un brin pour orner leur costume...

Quoi qu'il en soit, on peut supposer que le parfum utilisé par les Muguets du XVIIe siècle devait être un mélange assez éphémère, dont la composition serait inexploitable de nos jours.







Avec le muguet, fleur fragile s'il en est, quelle que soit la méthode employée, distillation ou extraction, le résultat est trop aléatoire et il s'avère impossible d'obtenir un extrait naturel commercialisable. Actuellement, la fragrance de muguet est utilisée (essentiellement sous forme synthétique) comme note de cœur dans certains parfums féminins.

Le célèbre Diorissimo est un parfum de muguet qui a été créé en référence à l'emblème de la maison Dior. Il est composé en grande partie d'ylang-ylang en note de tête et de jasmin en note de fond.






Dans les années 1900, à l'occasion du 1er Mai, les midinettes et les clientes des grands couturiers français se voyaient offrir un brin de muguet. Cette aimable attention présageait le mariage du Parfum et de la Haute-couture, une association qui n'allait pas tarder à se réaliser.





 
En effet, c'est avec "Les Parfums de Rosine" nom de sa maison de parfums créée en 1911 et baptisée ainsi en hommage à sa première fille, que Paul Poiret est devenu le premier couturier à mettre la mode en flacons. D'autres suivront...

Telle la maison de parfums du père de la Haute-Couture et premier grand couturier français Charles Frederick Worth, dont le parfumeur d'alors, Maurice Blanchet, élabore "Dans la Nuit" en 1924. Un parfum qui, en outre, a bénéficié d'un prestigieux flacon créé par le bijoutier Art Nouveau et maître verrier, René Lalique.






Après Louis-Toussaint Piver (aujourd'hui L.T. Piver) et Pierre-François Lubin (vénérables maisons de parfums parisiennes fondées à la fin du XVIIIe siècle et toujours en activité) François Coty est considéré comme l'un des pères fondateurs de la parfumerie moderne.

La maison de parfums Coty a été créée en 1904. La première usine se trouvait à Suresnes, en bordure de Seine. Elle a rapidement été suivi par plusieurs autres fabriques, en particulier celles de Pantin et des Lilas pour les flacons (dont certains sont des créations de René Lalique) et celle de Neuilly pour les boîtes de carton et de cuir, ou celle de Puteaux pour les emballages métalliques.






 

C'est en 1942, quatorze ans avant Diorissimo, que Henri Robert (parfumeur de la Maison Coty dans les années 1940) crée une fragrance nommée Muguet des bois. Ce soliflore de muguet est aujourd'hui quasiment éteint.

Néanmoins son souvenir demeure dans l'importante collection de parfums, anciens et récents, reconstitués et précieusement gardés dans le Conservatoire international des parfums, l'Osmothèque, qui protège le patrimoine mondial de la parfumerie à Versailles.







Le souvenir du Muguet des bois de Coty perdure également à travers ses publicités.

Sur la douzaine d'illustrations pour Muguet des bois, que j'ai pu dénicher dans les replis de la toile, un tiers ont vu le jour grâce au talent de Carl Erickson, dit "Eric". Cet artiste publicitaire est davantage connu pour avoir été un illustrateur de Vogue, le célèbre magasine américain de mode féminine qui, à l'époque, possédait déjà trois éditions : l'américaine, la française et la britannique.










D'après les dates indiquées dans cette page, Eric a collaboré avec la maison Coty pour la publicité de ses parfums, entre 1943 et 1948.


















Les quatre illustrations ci-dessus sont les publicités pour le parfum Muguet des bois, signées Eric.

Il existe d'autres publicités de ce parfum, réalisées par différents illustrateurs, dont les dates s'échelonnent jusqu'en 1972. Plus le temps passe et plus leur style est différent de celui d'Eric . Les voici :












































Instaurée par Christian Dior, la coutume de clôturer un défilé de mode par la robe de mariée persiste.

Aussi, je termine ce billet par une robe de mariée, signée Eric...








et je vous souhaite
un mois de Mai
aussi beau et doux
que ce bijou




et aussi parfumé
que ce bouquet





Bon 1er Mai à toutes et à tous








Nota bene : les cinq premières illustrations de mode figurant au début de ce billet sont des cartes postales (trouvées sur eBay) qui font partie d'une série intitulée "Silhouettes Porte-Bonheur" (ou "Silhouettes Parisiennes" selon les cas) éditées par J. Picot, 9 avenue de l'Opéra, Paris.

Ni date, ni renseignements sur l'artiste qui signait "S. Pavy"...





Edit du dimanche 1er Mai 2016 à 17h00

Le commentaire de Fifi m'a incitée à vérifier des informations au sujet de la composition des parfums de synthèse. Ce qui m'a permis de découvrir un excellent article sur Les Fleurs Muettes.
Je ne vous en dis pas davantage, allez vite le lire sur le site Esprit de Parfum, le blog de Sylvaine Delacourte, en cliquant ici.





©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2016