samedi 27 août 2016

Les nocturnes de Frits Taulow





Dans le cadre du Festival Normandie Impressionniste, le musée des Beaux-Arts de Caen présente cette année une rétrospective de l’œuvre de Frits Thaulow.

L'ampleur de cette exposition est une première, en ce qui concerne ce peintre norvégien dont les tableaux n'ont jamais fait l'objet d'une exposition en Norvège, et encore moins en France.



Le Soir*
Frits Thaulow - 1893
Lillehammer Kunstmuseum




C'est grâce à Nathanaëlle que j'ai eu connaissance (il y a déjà quelques années) du talent de Frits Thaulow peintre de l'eau.



Ambiance du soir
Frits Thaulow - 1893
collection privée



En visitant le mois dernier l'exposition de Caen, à la fin du parcours j'ai eu le plaisir de découvrir qu'en dehors des paysages enneigés et des rivières, Thaulow avait également une prédilection pour les ambiances nocturnes. 



Le soir à Quimperlé, bretonne sur le Pont Fleuri*
Frits Thaulow - vers 1902
collection privée




En complément de son voyage en Norvège, Miss Yves (qui a vu l'expo Thaulow à Caen bien avant moi) en a tiré une série de reportages que je vous invite à découvrir si ce n'est déjà fait. C'est grâce à elle que vous pouvez voir ci-dessous le panneau d'information concernant la partie finale de l'exposition où sont présentés les nocturnes qui m'ont enchantée (ma photo de ce panneau s'étant malheureusement avérée floue).






C'est le texte de ce panneau que je reprends ci-dessous, afin de le commenter et surtout de  l'illustrer.

En 1906, le critique d’art Maurice Guillemot voit en Frits Thaulow un maître de « la nuit des cités désertes, [de] la petite lumière qui veille, [de] la vitre solitaire qui flamboie, [de la] lampe de poète ou d’ouvrière, [de la] prunelle vivante parmi le silence et l’ombre ; il aimait ainsi le décor d’une pensée imprécise, énigmatique, vers quoi la rêverie allait. »



Nuit à Dieppe
Frits Thaulow
collection privée




 Les termes employés par Maurice Guillemot "petite lumière qui veille", "vitre solitaire qui flamboie", "lampe de poète" et surtout "rêverie" font penser à la pensée de Gaston Bachelard, notamment dans La Flamme d'une Chandelle, petit opuscule où je viens de relever (p. 17) "Avec la lampe, nous rentrons au gîte de la rêverie du soir dans les demeures de jadis, les demeures perdues mais qui sont, dans nos songes, fidèlement habitées."




 Landsby i måneskinn (Village au clair de lune)
Frits Thaulow - vers 1897
collection privée




Ville au clair de lune
Frits Thaulow - vers 1896
Musée Rodin (lire la notice)





Frits Thaulow peint la nuit et ses ambiances multiples : tantôt à la seule lumière de la lune, tantôt à l’aide d’une lampe à acétylène.




Nuit
Frits Thaulow - vers 1880
Musée de l'Ermitage, St Pétersbourg  (voir les autres tableaux et la notice)




Les tableaux faits sans le secours de l'éclairage sont peints à la tombée de la nuit, au crépuscule ou pendant la pleine lune.




Clair de lune à Beaulieu
Frits Thaulow - 1904
collection privée




Les tableaux réalisés à la lumière d'une lampe sont teintés d'une lueur bleu foncé violacé irréelle, dont de nombreux peintres nordiques sont considérés, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, comme des spécialistes.

Thaulow est l'un des très grands parmi eux, aux côtés de son ami et compatriote Erik Werenskiold.



Lampadaire public*
Erik Werenskiold - 1900
Nasjonalgalleriet, Oslo




Bien que j'aime beaucoup les nocturnes de Thaulow, lors de ma visite de l'exposition au château de Caen, c'est le réverbère d'Erik Werenskiold qui s'est ancré le plus durablement dans ma mémoire.

Mais poursuivons jusqu'au bout cette petite série de crépuscules et ambiances nocturnes de Frits Thaulow.



Kveldstemning, Dieppe (Atmosphère du soir, Dieppe)*
FritsThaulow - entre 1894 et 1898
Nasjonalgalleriet, Oslo (notice du musée)




Måneskinn, Dieppe (Clair de Lune, Dieppe)*
FritsThaulow - entre 1894 et 1898
Nasjonalgalleriet, Oslo (notice du musée)




Canal à Venise
Frits Thaulow
collection privée




Dieppe, place du Marché après l'orage
Frits Thaulow
collection privée




Messe de minuit
Frits Thaulow - 1901
collection privée




Kveldstemning fra Beaulieu (Atmosphère du soir à Beaulieu)
Frits Thaulow - 1901
Nasjonalgalleriet, Oslo (notice du musée)




La diligence, Place Marbot, Beaulieu-sur-Dordogne
Frits Thaulow - 1904
collection privée





Soirée
Frits Thaulow
collection privée




Havnen-i-Dieppe (Port de Dieppe)
Frits Thaulow
collection privée




Clair de Lune
Frits Thaulow
collection privée


Au terme de cette promenade parmi les images de Frits Thaulow baignant dans la clarté lunaire, je dois vous conter une chose extraordinaire. Depuis mon billet intitulé "En attendant l'expo", il s'est écoulé beaucoup plus de temps que prévu. Allez savoir pourquoi...

Ce n'est que dimanche dernier, en parcourant les collections permanentes du Musée des Beaux-Arts de Rouen (après avoir visité l'exposition Manet, Renoir, Monet, Morisot... Scènes de la vie impressionniste) que j'ai compris pourquoi mon billet sur Frits Thaulow était toujours à l'état de brouillon.




La Vieille Fabrique
Frits Thaulow
Musée des Beaux-Arts de Rouen (notice)



Souvent, lorsque le retard s'installe indéfiniment, parce que je repousse sans cesse le moment d'entreprendre une chose, il y a une bonne raison à cela. Quelque chose comme une rencontre qui attend son heure.



L'étrange goût du Docteur Barnes
accrochage inédit dans une salle du musée des Beaux-Arts de Rouen




Panneau d'information dans un coin de la salle




En l’occurrence, c'est dans la salle réunissant une partie de la collection de tableaux impressionnistes du Dr Barnes et quelques ferronneries du musée Le Secq des Tournelles, que m'attendait cette Vieille Fabrique qui vient à point pour ponctuer mon billet et dont je me suis demandée pourquoi elle se trouve là au lieu de faire partie de l'exposition Thaulow (qui se poursuit actuellement jusqu'au 26 septembre au musée des Beaux-Arts de Caen).




Pour celles et ceux qui n'ont pas la possibilité de se rendre à Caen




N.B. : Parmi les tableaux présentés dans ce billet, ceux dont la légende porte un astérisque (*) font partie de l'exposition à Caen, les autres non. Mes photos n'égalant pas la qualité de celles des professionnels, j'ai préféré vous présenter celles de meilleure qualité que j'ai pu trouver sur la toile.






©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2016