vendredi 13 mai 2016

Vendredi 13







Souffrez-vous de paraskévidékatriaphobie ?

Difficile à retenir et à prononcer, le mot paraskévidékatriaphobie est un terme savant issu du grec qui désigne la phobie du vendredi 13. Il recouvre l'angoisse que ressentent certaines personnes superstitieuses à l'idée des malheurs qui pourraient les frapper un vendredi 13 plutôt qu'un autre jour de la semaine associé au treizième jour du mois.




Porträt Arnold Schönberg
Richard Gerstl - 1906
Wien Museum, Autriche




Né un dimanche 13 septembre, le compositeur Arnold Schönberg inventeur du dodécaphonisme (système de composition avec 12 sons) avait la phobie du nombre 13. Incroyable coup du sort, comme pour lui donner raison le destin voulu qu'il décède (à l'âge de 76 ans) un vendredi 13 !

Cependant, pour les compositeurs du XIXe siècle, le chiffre 9 était plus à craindre que le nombre 13. Tel Beethoven, plusieurs d'entre eux décédèrent après avoir écrit leur 9e symphonie : Schubert, Dvořák, Bruckner et Mahler, entre autres.






Cette série de décès fut à l'origine de la croyance en une malédiction de la 9e symphonie, qui heureusement ne se poursuivit pas. À condition toutefois, d'exclure le cas de Ralph Vaughan Williams qui mourut en 1958 (à l'âge de 85 ans) après avoir composé sa neuvième symphonie l'année précédente.




•♦•♦•♦•♦•♦•



Après cet intermède musical concernant le chiffre 9, je reviens au sujet principal de ce billet, la phobie du vendredi 13.

Pour contrebalancer la mauvaise réputation du treizième jour du mois tombant un vendredi, je peux vous citer un exemple bénéfique.
Sachez que j'ai épousé mon cher et tendre un vendredi 13 (qui + est en dix-neuf-cent-soixante-treize) et que depuis lors notre mariage se porte comme un charme.











©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2016