vendredi 25 mars 2011

Annonciations, première partie

Prenez un calendrier, n'importe lequel. Celui que vous avez trouvé sur le comptoir de votre pharmacien qui l'offre gracieusement, celui que vous ont remis les pompiers quand il sont passés chez vous un peu avant Noël, ou bien celui qui se trouve dans votre agenda de poche ou de bureau. Tous sont basés sur le calendrier grégorien. Tous indiquent la date de début des saisons et le ou la saint(e) du jour. Tous indiquent aussi les fêtes civiles ou religieuses. Par exemple, aujourd'hui nous sommes le 25 mars, célébration de l'Annonciation.

L'Annonciation
Josse Lieferinxe, connu en Provence de 1493 à 1505
Musée du Petit Palais, Avignon - notice du musée

Là maintenant, si vous tournez neuf pages de votre calendrier de la poste ou des pompiers, vous arrivez au mois de décembre. Le 25 décembre est l'aboutissement logique de l'Annonciation, puisque neufs mois après sa fécondation par l'opération du saint Esprit, la Vierge met son enfant au monde. C'est Noël, la fête de la Nativité. Vous vous demandez pourquoi je vous parle de tout ça ? Figurez-vous que je suis née un 26 décembre, alors le 25 mars, c'est un peu l'anniversaire de ma conception ! 

Si la plupart des personnages de la religion me laissent en principe grandement indifférente, par contre, j'ai toujours beaucoup aimé les anges, et plus particulièrement les archanges. Ainsi, l'ange de l'Annonciation, l'archange Gabriel, fait-il partie de ma petite mythologie personnelle.

L'Archange Gabriel
Masolino da Panicale - 1430 - (peinture sur bois)
National Gallery of Art, Washington - notice du musée

Pour lors, je vous propose d'examiner avec moi certains tableaux d'Annonciation. Je dis "certains" parce qu'il en existe tellement qu'il faut bien faire un choix et que tous n'ont pas ma faveur. Les Annonciations à grand spectacle, comme celle de Fabrizio Boschi notamment, ou bien celle de Paolo de Matteis, ci-dessous, me plaisent moyennement.

L'Annonciation - Paolo de Matteis, 1712
Saint-Louis Art Museum - notice du musée

Les Annonciations que j'affectionne le plus sont celles qui ont lieu dans la demeure de Marie, de préférence dans sa chambre. Selon les écritures, l'ange qui vient interrompre Marie dans sa lecture pour lui délivrer son message, n'est pas accompagné d'une ribambelle d'angelots ! Mais tant qu'à faire, si invasion de chérubins il doit y avoir, je m'accommoderais plus facilement de l'une des dernières oeuvres de Philippe de Champaigne.

L'Annonciation - Philippe de Champaigne, 1644
Ferens Art Gallery, Hull (Royaume-Uni) - notice du musée

Toutes les représentations de l'Annonciation ne sont pas peintes sur toile. Parmi les plus anciennes, du  XVe siècle ou antérieures, certaines sont des fresques, d'autres des enluminures, mais la majorité sont des peintures à tempera sur panneau de bois. Il existe quelques tableaux d'Annonciation où l'ange n'apparaît pas, ce sont alors des diptyques, mais pas toujours. Quelquefois il se trouve sur un second panneau, c'est le cas pour L'Archange Gabriel de Masolino da Panicale (reproduit plus haut) et sa Vierge de l'Annonciation, ci-dessous.


La Vierge de l'Annonciation
Masolino da Panicale - 1430 - (peinture sur bois)
National Gallery of Art, Washington - notice du musée

L'Annonciation que je préfère, c'est celle du grand Léonard. J'ai toujours admiré le rapport de teinte entre le rouge et le vert du vêtement de Gabriel. Rouge et vert, les couleurs de Noël !
Le génial Léonard da Vinci aurait-il prévu cette stupéfiante coïncidence ?!...

L'Annonciation de Léonard de Vinci (détail) 1473-75
(tempera sur bois de peuplier) - Musée des Offices de Florence


Parmi les nombreux tableaux représentant l'Annonciation, L'Annonciation avec Saint Emidius est unique en son genre.

Au XVe siécle, la ville d'Ascoli était sous la domination papale. En 1482, moyennant le paiement annuel de 3000 écus, les habitants de la ville achetèrent au pape Sixte IV le privilège de se gouverner en commune. Cette Libertas Ecclesiastica engendra une éclosion artistique sans précédent. Les magistrats et les couvents commandèrent des tableaux et des fresques dont les sujets furent des allusions à la libération qui venait de s'accomplir. Le peintre Carlo Crivelli reçut la commande de tableaux destinés au palais et aux églises de la ville. Le plus célèbre de tous, lui fut commandé pour l’église Santa Annunziata des frères mineurs observantins.

Or,  la lettre portant  la nouvelle de la concession faite par Sixte IV accordant aux habitants d'Ascoli l'autonomie administrative de leur ville leur parvint le 25 mars, jour de l'Annonciation. De ce fait, la commune décréta qu'en mémoire de l'heureux événement, cette fête deviendrait la fête officielle de la Cité d'Ascoli.

La composition du tableau de Crivelli correspond à cette double circonstance du 25 mars et de la libération de la ville. Elle est donc à la fois une Annonciation et un ex-voto de la ville affranchie de la tutelle de l'Église.

L'Annonciation avec saint Emidius
Carlo Crivelli - 1486 (tempera sur toile)
National Gallery, Londres - notice du musée
Pour admirer ce fabuleux tableau en gros plan et en plein écran,
cliquez sur "notice du musée"

Dans la partie gauche du tableau, en plein air, se déroule la journée du 25 mars 1482, à Ascoli. Au niveau de la rue, sous le grand arc, un personnage scrute le ciel, à la recherche du pigeon voyageur qui doit apporter la nouvelle de l’indépendance de la ville. Sur cet arc qui enjambe la rue, un autre homme lit la lettre contenant cette information, et l’oiseau, arrivé à destination, est en sûreté dans sa cage. L’artiste établi un parallèle entre d'une part, la colombe du saint Esprit descendant sur Marie pour confirmer ce que lui annonce Gabriel et, d'autre part, le pigeon porteur de la bonne nouvelle aux habitants d’Ascoli.

Par une dérogation singulière aux lois les plus rigoureuses de l'iconographie, Saint Emidius, évèque et patron de la ville d'Ascoli, est figuré à genoux près de l'Ange saluant Marie. Il présente dans ses deux mains une maquette de la ville reconstituée avec son enceinte et ses tours. On notera que l'archange Gabriel ressemble singulièrement à un autre porteur de nouvelle, étranger à la religion chrétienne, Hermès-Mercure, le messager divin de l'Antiquité. Ce qui,  mine de rien, symbolise bien le nouveau statut de la ville venant de se libérer de la domination de l'Église.

Au pied de l'une des deux colonnes encadrant la porte de la demeure de la Vierge, le peintre a imprimé sa signature OPUS CAROLI CRIVELLI,  VENETI, et sur l'autre colonne la date de la peinture : 1486. Dans un trompe l'oeil figurant une marche accédant au bas du tableau, les armes du pape Innocent VIII (ayant succédé à Sixte IV en 1484) figurent entre les deux mots Libertas Ecclesiastica inscrits en lettres capitales.

Peint à l'origine pour les moines d’Ascoli, le tableau passa de leur église à la pinacothèque de la Brera à Milan, puis en 1864 à la National Gallery de Londres. Pietro Alamanno, un des élèves de Carlo Crivelli, a peint en 1484 (deux auparavant celui de son maître) ce qu'il est permis de considérer comme la première version du tableau.

Annonciation
Pietro Alamanno, 1484
Palazzo dei Capitani del Popolo, Ascoli Piceno

Pour conclure l'histoire hors du commun de L'Annonciation avec Saint Emidius, je signale aux personnes qui seraient intéressée par un brillant exposé sur la perspective dans le tableau de Crivelli, qu'elles peuvent lire le billet d'Alain Korkos, rédigé de main de maître sur un ton humoristique (ce qui ne gâte rien) dans son blog hautement instructif  "La boîte à images".

Ah ! j'allais oublier, la date le l'Annonciation a été récemment choisie par un pays pour devenir sa fête nationale. Je vous en parlerai dans un prochain billet. Je présenterai aussi un des plus anciens tableaux d'Annonciation (si ce n'est réellement le plus ancien) ainsi que deux tableaux du dix-neuvième siècle et une étonnante version contemporaine !


©VesperTilia, echos-de-mon-grenier 2011

41 commentaires :

  1. Le sujet est inépuisable et choisir des oeuvres qui représentent l'Annonciation est vraiment difficile. Merci de m'avoir fait connaître les deux représentations de Masolino qui témoignent de sa très grande maîtrise des couleurs et de la composition. Dommage qu'elles ne soient pas au Petit Palais d'Avignon!

    RépondreSupprimer
  2. Que de symboles a ne pas oublier pour le peinte exécuteur de la commande ! Et dua de solutions élégantes sont proposées !

    La robe de Gabriel, chez Masolino de Panicale est époustouflante. Un velours brodé d'une richesse incroyable . Et ce retombé des plis ! Pas étonnant que tu l'admires tant.

    RépondreSupprimer
  3. Quelques réflexions après la lecture plus ou moins diagonale de l'article, long face à mon urgence...

    Dans le premier tableau de Lieferinxe, je ne peux m'empêcher de prendre la banderolle blanche que jette l'ange pour un jet de sperme. Et m'interroge sur le sens du lys posé seul au milieu.

    L'annonciation avec St-Émidius me fait spontanément penser à la recherche de l'enfant qui devra devenir le prochain dalaï-lama. Difficile à expliquer ça.

    J'ai retrouvé l'ange Gabriel !

    Enfin, chère Tilleule, en ce 25 mars, je te souhaite une très très bonne... fécondation !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai quelques tableaux sur timbre, mais beaucoup viennent d'Amérique latine. Bises

    RépondreSupprimer
  5. @ HAZLÓ

    Oui, dommage ! Washington est vraiment trop loin.
    Moi aussi j'ai découvert ces deux peintures de Masolino tout récemment, lors de mes recherches pour ce billet. Et ce Gabriel là m'a séduite d'emblée ! J'adore les motifs et les teintes de sa robe. Une grande amélioration par rapport à l'Annonciation peinte 6 ou 7 ans auparavant, dans laquelle Gabriel à l'air d'être en pantoufles et robe de chambre ! Les visages et expressions aussi ont beaucoup plus de charme que dans l'Annonciation.
    Bien souvent, l'art et la manière se s'acquièrent qu'au fil du temps.

    RépondreSupprimer
  6. @ JEANDLER

    La découverte de "L'Annonciation avec saint Emidius" sur le site du musée m'a donné beaucoup de plaisir. C'est une peinture dans laquelle il faut entrer et l'ordinateur est vraiment l'outil idéal pour examiner à la loupe tous les détails de ce genre d'oeuvre si foisonnante.

    Si tu aimes la robe de Gabriel, tu vas aimer ce que j'ai sous le coude pour mon second billet d'Annonciations à paraître prochainement.

    RépondreSupprimer
  7. @ AVIGNON

    Chez Jeandler déjà, j'étais stupéfaite par ton commentaire. Et voici que tu en remets une couche ici. C'est l'effet du printemps ?!

    Le lys symbolise la virginité de Marie, il est présent dans énormément d'Annonciations, soit dans la main de Gabriel, soit dans un vase, parfois les deux.

    Ton association d'idée avec la recherche du prochain dalaï-lama est peut-être due à l'allure de Gabriel (traits et parure) qui rappelle un peu la Chine...

    Johnny en Gabriel... pourquoi pas ?
    un archange un peu joufflu, non seulement de visage, mais aussi du popotin à cette époque :D

    Merci pour ta fidélité, cher Avignon, bon ouiquinde et à bientôt

    RépondreSupprimer
  8. @ PATRIARCH

    Des tableaux d'Annonciations sur des timbres ? il faut que je vois ça !
    Bises et bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
  9. Tout cela après avoir vu un calendrier sur le comtpoir du pharmacien .
    C´est fantastique !

    Merci pour ce beau spot ...

    Saluts de Málaga.

    RépondreSupprimer
  10. Toujours écrit avec passion, riche et bien documenté, merci pour ce billet, j'aime beaucoup l'Annonciation de Watherhouse, de Rossetti, celle d'Arthur Hughes, (bon OK, j'ai un parti pris pour les Préarphaélites ! lol) celle de Notre Dame des Victoires à Paris est délicate. Celle de Boticelli est magnifique aussi, et puis, les Anges..j'adore. (pardon, pas trop le temps de chercher des liens vers des photos de ces oeuvres, il est 2H du mat, oops...
    Bon Week-end Tilia. A très vite.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  11. Passionné d’art et de peinture , cette note me ravi . j’aime beaucoup la symbolique religieuse . A Bruxelles nous avons une toile de carlo crivelli “San Francesco” Bon samedi

    RépondreSupprimer
  12. Ca y est j'ai lu ton billet en deux temps et je viens de le finir. Excellent comme d'habitude, recherche et explication, j'attends avec impatience la prochaine épisode ;-)

    RépondreSupprimer
  13. @ ANNICK

    Le calendrier a son importance dans l'histoire ! Les représentations de l'Annonciation sont une chose, et la date à laquelle a été fixée sa célébration en est une autre. Il fallait bien un préambule ;-)

    Dans la seconde partie (publication prévue dans quelques jours, fin mars ou début avril) il sera à nouveau question du 25 mars comme date importante dans l'histoire d'un pays.

    Merci pour ton gentil compliment. J'ignorais l'emploi du mot "spot" pour parler d'un billet, certains blogueurs parlent de note, ou bien d'article. Spot, ça fait un peu publicitaire, non ?... ou bien est-ce le terme employé dans ton pays ?

    RépondreSupprimer
  14. @ NATHANAËLLE

    Ah ! chère Nathanaëlle, je savais que tu allais regretter de ne pas trouver de Préraphaélites dans mon choix pour ce billet ! Moi aussi j'adore ces peintres, j'en ai un sous le coude pour mon second billet sur ce sujet, mais il n'est pas parmi ceux que tu proposes... ;-)

    Sur le site de ND des Victoires la reproduction de l'Annonciation n'est pas fameuse, mais avec un peu d'imagination, je suis d'accord avec toi.
    Ce tableau ne me paraît pas très célèbre, comment l'as-tu connu, si ce n'est pas trop indiscret ?...

    Boticelli bien sûr fait partie de mes favoris !

    Merci pour ta gentille contribution malgré l'heure tardive. Je te souhaite un excellent dimanche de 23 heures... d'été !
    Bises et à bientôt

    RépondreSupprimer
  15. @ PAT

    Merci pour votre contribution à l'élargissement de mes connaissances. Grâce à vous, en recherchant le St François que vous mentionnez, j'ai découvert qu'il fait partie du polyptyque de Montefiore dell'Aso.
    Le second panneau de ce polyptyque qui se trouve avec le St François aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique me séduit plus. Cette Vierge à l'Enfant est de toute beauté.

    Encore merci et bon dimanche, Pat

    RépondreSupprimer
  16. @DETAILS

    Merci pour ton appréciation et ta fidélité. La suite est en cours d'élaboration. Encore un peu de patience...

    Bon dimanche et à bientôt

    RépondreSupprimer
  17. Nous nous croissons de temps en temps chez l'une ou chez l'autre...ma curiosité est devenue plus grande lors de votre dernier message chez Nath. J'ai regardé les tableaux mentionnés et je continue mes découvertes. Le 25 mars est un jour particulier puisque c'est le jour de la naissance de ma petite-fille Tosca.
    Annonciation est aussi choisi comme prénom en Corse, Annonciade et les Anges, je les aime aussi !
    De plus j'habite tout près de votre chère Avignon ...La peinture fait partie de ma vie au quotidien.
    Heureuse d'avoir poussé la porte de votre grenier.
    Il pleut ici sur les Alpilles aujourd'hui, mais hier c'était vraiment le printemps.
    à bientôt
    Danielle

    RépondreSupprimer
  18. J´aime te suivre dans tes recherches.
    Captivant ce dernier billet.

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  19. @ VENETIAMICIO

    Quelle bonne idée d'être venue pousser la porte de mon grenier ! Je suis particulièrement heureuse de t'y accueillir. Je me permets le tutoiement, entre grand-mères on ne va pas faire de chichis, surtout dans le Midi, les chichis c'est pour la foire !
    Coïncidence, ta petite fille est née le jour de l'Annonciation et un de mes deux petit-fils est né le jour de Pâques.
    Je suis allée jeter un oeil chez toi et je suis réellement ravie. J'adore tes photos de Venise et celles de tes deux chats, à très bientôt, donc.

    RépondreSupprimer
  20. @ ALBA

    Merci Alba, tu es adorable. La peinture est vraiment un très bon liant. On est aussi passionnée l'une que l'autre, on dirait !

    Prépares tes chaussures pour suivre mes pérégrinations sur les nombreux chemins des Annonciations, dans la seconde partie de ce billet prévue pour fin mars début avril.
    Il y aura des incursions en dehors de l'Europe, je ne t'en dis pas plus ;-)

    Trop tard pour te souhaiter bonne soirée, alors bon lundi.

    PS : envoie-moi un peu de soleil STP !

    RépondreSupprimer
  21. Saint Emidius est également connu comme un saint protecteur contre les tremblements de terre ... de saison donc !

    RépondreSupprimer
  22. Merci pour les détails

    Bon lundi

    RépondreSupprimer
  23. @ DOMINIQUE

    Vu ce que l'on apprend ici
    et , il serait bon de lui brûler un cierge ou deux (des vrais, avec de la cire d'abeille, tant qu'il y en a encore) à St Emidius.

    Le 7 mars dernier une légère secousse de magnitude 3.0 dont l'épicentre se situe à Ébouleau, un petit village de l'Aisne près de Laon, a été enregistré à Monthermé et à Reims.
    Or, le matin même de cet incident, le journal L'Union de Champagne, Ardennes, Picardie publie un articles sur l'extraction d'huile de schiste dans L'Aisne et en Seine-et-Marne.
    Quand on sait que les forages effectués pour repérer les gisements d'huile de schiste et les exploiter se font en injectant à haute pression d'énormes quantités d'eau additionnée de produits chimiques à des milliers de mètres sous terre...

    RépondreSupprimer
  24. Merci pour cette très intéressante lecture. J'ai beaucoup aimé le tableau de Crivelli. J'aurais bien aimé savoir ce que Daniel Arasse aurait pu en dire. Je vais continuer à explorer vos autres billets,
    Bonne soirée,
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  25. Passionnant billet, pour ma part la decouverte de l'annonciation de Fra Angelico au couvent San Marco fut une révélation (les deux fresques).

    RépondreSupprimer
  26. L'annonciation ? Pas un sujet qui me passionne mais tu le rends passionnant.

    Au sujet du lien vers le billet d'Alain Korkos, j'ai été surprise qu'il marche. J'ai été une fan de la boite à images et ça a été une immense déception quand Alain a arrêté. J'ai essayé d'y aller récemment, le lien était brisé, j'ai cru qu'il avait complètement retiré le blog. Ravie de découvrir grâce à toi qu'on peut retrouver certains de ces articles. Alain est un analyste hors pair, d'une culture fabuleuse, et très facile d'accès - j'ai échangé quelques mails avec lui, il a toujours répondu rapidement et très gentiment.

    RépondreSupprimer
  27. merci c'est magnifique.

    la force de l'art de la religion c'est puissante.Je vois que Avignon est d'accord haha. Ah seigneur.

    comme artiste de la religion moderne j'aime Rouault mais comme j'ai lu sur lui-il est le seul artiste de la religion moderne,-c'est triste.

    merci
    belle journée magique.

    RépondreSupprimer
  28. Ton billet est encore une fois très riche, tu m'apprends beaucoup sur l'histoire de l'art. As-tu fait des études dans ce domaine ?
    Une annonciation que j'aime beaucoup aussi c'est celle de Piero della Francesca.
    http://www.artliste.com/piero-della-francesca/annonciation-262.html
    Bonne soirée
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  29. Annonciation que j'ai pu admirer à Arezzo !

    RépondreSupprimer
  30. @ ANNALIVIA

    Bienvenue au grenier AnnaLivia !

    Dans sa Boîte à Images, Alain Korkos cite cette phrase de Daniel Arasse, extraite de son livre L’Annonciation italienne, une histoire de la perspective :
    "Tout en étant exhibée comme l’emblème de la modernité, la perspective se voit recouvrir par l’implacable géométrie divine qui se joue des lois relatives à la géométrie humaine."
    J'ai lu ailleurs (mais où ?) que D. Arasse donne son avis sur le symbolisme de la courge et de la pomme, posées en trompe-l'œil au bas du tableau ; je ne me souviens plus si c'est dans le même ouvrage, ou bien dans un autre...
    Je viens de commander Histoires de peintures ; On n'y voit rien, je compléterai mon billet si j'y trouve des informations complémentaires.

    Merci pour cette bonne question et à bientôt.

    RépondreSupprimer
  31. @ MICHEL78

    Bonjour Michel, merci et bienvenue ici.

    La fresque du couloir de San Marco est une de mes préférées. D'une part pour la finesse et la pureté des traits de Gabriel et de Marie, d'autre part pour la sobriété du décor. Il s'en dégage une grande spiritualité, ce qui renforce ses qualités artistiques, s'il en était besoin.

    RépondreSupprimer
  32. @ NATHALIE

    Alain Korkos a réouvert sa Boite à Images depuis environ 18 mois et je ne l'ai appris qu'au début de cette année !

    Merci pour ton gentil compliment et à bientôt.

    RépondreSupprimer
  33. @ CREDEARE

    Henri Matisse, exact contemporain de Georges Rouault, a réalisé lui aussi plusieurs oeuvres religieuses, notamment la Chapelle du Rosaire.
    Et Marc Chagall aussi a pas mal d'oeuvre religieuses à son palmarès. Il a participé notamment au décor de l'église du Plateau d'Assy (que j'ai vu plusieurs fois)un décor issu de la collaboration de tout un cortège d'artistes du XXe siècle.

    Chère Credeare, merci pour ton gentil message, je te souhaite une belle journée emplie de spiritualité et de poésie.

    RépondreSupprimer
  34. @ ENITRAM

    L'Annonciation de Piero della Francesca fait partie de celles où Marie se tient debout et semble, de ce fait, dominer Gabriel. Elle me rappelle celle de Fra Filippo Lippi. Il y en a d'autres où ce n'est pas le cas, exemple celle-ci de Lorenzo di Credi.

    Merci pour ta contribution à ce vaste sujet. Non, pas d'études, je suis une pure autodidacte ;-)

    RépondreSupprimer
  35. Tilia merci pour les liens!C'est beau la chapelle du rosaire par Matisse.une prière en couleur!
    belle journée magique.

    RépondreSupprimer
  36. "Il y a, d'abord cette pomme et cette courge (ou ce concombre) que Carlo Crivelli a peints, en 1484, au rebord de son Annonciation de la National Gallery de Londres. Ce n'est pas pareil? Vous avez raison: semblant surgir en avant du plan du tableau, la courge joue un rôle de trompe-l'oeil et, telle qu'elle est présentée, posée à même le sol fictif de la rue, l'incongruité de sa présence énonce avant tout l'artifice de la perspective et de ses prouesses visuelles. Chez Crivelle, la toute-puissance divine se joue de la géométrie humaine, comme le démontre agressivement le rayon d'or qui , depuis le fond du ciel jusqu'à la chambre de Marie, s'inscrit de façon absolument rectiligne sur la surface du panneau et, en rappelant ainsi sa matérialité, nie la profondeur fictive de l'espace représenté." Daniel Arasse, On n'y voit rien, p.38-39. Un livre que je devrais relire!
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  37. @ ANNALIVIA

    Merci pour cette citation du livre de Daniel Arasse On n'y voit rien (que je viens de commander).
    On a tous intérêt à ne pas perdre l'habitude d'ouvrir les livres, même si la pratique de l'internet (qui fournit il est vrai beaucoup d'informations) a tendance à nous rendre paresseux !

    Bonne fin de semaine et à bientôt.
    La seconde partie de ce billet est en préparation (publication prévue aux alentours du 6 avril).

    RépondreSupprimer
  38. L'ange n'est donc pas toujours à gauche de la composition. Le sujet, si la fête n'est pas vraiment célébrée aujourd'hui, a fourni de belles œuvres d'art. J'aime bien la Vierge de Masolino Da Panicale.

    RépondreSupprimer
  39. @ FARDOISE

    Merci de me donner du grain à moudre pour la seconde partie de mon billet consacré aux Annonciations, actuellement en cours d'élaboration.

    Effectivement il y a un certain pourcentage de tableaux d'Annonciation où Gabriel entre sur scène par le côté cour. Alors qu'il est plus logique qu'il arrive côté jardin, surtout quand Êve et Adam chassés de l'Eden figurent dans le tableau.

    RépondreSupprimer
  40. Ah! l'annonciation de Crivelli et de Panicale, j'adore!
    Et les annonciations de Fra Angelico tu vas nous en parler?

    RépondreSupprimer
  41. @ CLAUDIALUCIA

    J'ai mentionné à la fin de la seconde partie de "mes" Annonciations, l'ouverture à Paris d'une expo Fra Angelico, au début de l'automne prochain. Il va donc falloir attendre que j'y sois allée. Après quoi je ferai un billet sur ce peintre, qui figure en haut de mon panthéon de peintres d'Annonciations.

    RépondreSupprimer