mercredi 28 mars 2012

Les somnambules

Le thème de la présente note n'était pas prémédité. Tout comme la destination finale de la promenade pour laquelle nous nous apprêtions à partir, mon mari et moi, dimanche après-midi.
C'est au moment de sortir de l'appartement que notre intention d'aller nous aérer à la campagne a été chamboulée. Ascenseur en panne... et pas de réparation prévue avant lundi.
Grrrrrrr ! Le cauchemar qui recommence

La Voyante, ou La Somnambule
Gustave Courbet - vers 1855
Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon (lire la notice)


Résultat, mon époux est resté consigné chez nous, sa sciatique lui interdisant la pratique des escaliers sur plus de deux étages sous peine de récidive hautement douloureuse. Quand à moi, pas question d'aller me balader toute seule dans la nature, j'ai donc pris le bus pour La Défense.

Contrairement à la semaine, durant laquelle les employés de bureau sous pression sont légion sur l'esplanade de La Défense, le dimanche ce sont en majorité les familles qui y déambulent paisiblement.

Là, pas de cauchemar !
Le rêve pour les petits enfants

Comme il faisait beau, j'en ai profité pour faire quelques photographies.

Animation musicale

Foule, animations temporaire, IGH, ou bien sculpture monumentale, il y a toujours quelque chose à voir à La Défense.

Une des sculptures monumentales disséminées dans le quartier
Araignée immobile


CB21 est le nouveau nom de code de l'ancienne tour Gan, un IGH qui s'élève du côté Courbevoie, au bord de l'esplanade de La Défense. Ce que l'on nomme communément "Esplanade de La Défense" correspond en fait à la partie centrale de la dalle de circulation piétonne entre les différents secteurs du quartier d'affaires. Elle est située juste au dessus de la station de métro du même nom.

Dom Quichotte contre CB21
(clin d'œil à Cergie)


La Défense est un des plus grand musée d'art contemporain à ciel ouvert, plus d'une soixantaine d'œuvres sont disséminées sur la dalle. Orientée dans sa longueur selon l'Axe historique, la dalle s'étend depuis la Grande Arche de la Fraternité jusqu'au carrefour du pont de Neuilly, là où se trouve le Bassin de Takis.

Parmi ces signaux lumineux, ce dimanche l'un d'eux était musical !...

Le Bassin de Takis est un miroir d'eau duquel émergent, en s'élançant jusqu'à une dizaine de mètres au dessus du bassin, une cinquantaine de mats métalliques dont certains ressemblent à des vrilles. Ces signaux lumineux, qui rappellent des signaux ferroviaires, se reflètent dans l'eau. Ce qui engendre un effet proprement surréaliste et par là même, poétique.

Feux clignotants


Parvenu à ce stade de la lecture, je vous imagine penser "Et les somnambules dans tout ça ?". Patience, on y arrive.
L'arrière de la tour CB21 donne sur la place de l'Iris. Ne me demandez pas pourquoi cette place a été ainsi baptisée, je l'ignore. Ce dimanche 25 mars, je n'y ai pas vu le moindre iris. Par contre, tous les arbres de la place étaient en fleurs...

Soleil déclinant et arbres en fleurs...
...et parmi les fleurs, émerge Le Somnambule.

Funambule de bronze sur une bulle d'acier...

...Le Somnambule est une sculpture en bronze reposant sur une sphère d'acier. Installée en 1983, l'œuvre est perchée sur le toit d'un local de béton recouvert de verdure à la belle saison. Son auteur est Henri de Miller (1953-1999), un artiste originaire de Mulhouse,  issu de l’École Nationale des Métiers d’Art.

Le Somnambule serait-il un neveu de L'Homme qui marche ?

Comme un oiseau nocturne...

...perché sur sa boule tel un acrobate, Le Somnambule semble chercher son équilibre dans le grand cirque planétaire...


...ébloui par le soleil, il titube


Dans les Arts & Lettres, le somnambulisme a été souvent associé à la folie, du moins jusqu'au vingtième siècle. À commencer par William Shakespeare avec sa Lady Macbeth. Un thème repris par Füssli dans un tableau peint environ trois ans après son célèbre Cauchemar :

Lady Macbeth somnambule
Johann Heinrich Füssli - vers 1784
Musée du Louvre (lire la notice)
Analyse et détails du tableau


L'étude du somnambulisme sépare l'individu qui se lève de lui-même en dormant, de la personne endormie par un magnétiseur. Il y a donc deux sortes de somnambulisme, le premier étant un phénomène naturel intervenant dans le sommeil, le second étant le fameux sommeil hypnotique, ou somnambulisme provoqué, objet de multiples expériences de la part des mesméristes, qui  associaient au magnétisme, le spiritisme, la voyance et le somnambulisme, ce qui explique le titre du portait peint par Courbet en 1855 (voir au début de cette note).

Charcot ayant relié les états somnambuliques induits par l'hypnose aux crises hystériques, de là est sans doute venu l'idée que le somnambule est le plus souvent une somnambule... Du moins dans la peinture !


La Somnambule
Ivan Kramskoï - 1871
Galerie Tretiakov, Moscou


La même année que le russe Kramskoï, Sir John Everett Millais peint lui aussi une jeune femme s'éloignant de sa maison, plongée dans un état somnambulique.

La Somnambule
Sir John Everett Millais - 1871
Musée de Bolton, UK (lire la notice)


Du milieu du XVIIIe siècle à la fin du XIXe, les idées de Mesmer firent leur chemin à travers toute l'Europe. Cependant, le magnétisme animal eut beaucoup moins de succès en France, la Faculté de Médecine ayant interdit cette pratique dès 1784. Une condamnation qui eut pour effet de favoriser l'étude de l'hypnose détachée de toute racine mesmérienne et qui engendra un siècle plus tard l'âge d'or de l'École de Nancy.


La Somnambule
Maxmilián Pirner - 1878
Galerie Nationale, Prague

Dans le tableau ci-dessus, c'est un peintre tchèque cette fois, qui a représenté une jeune femme s'aventurant sur une corniche durant son sommeil. Peut-être est-elle portée par son rêve vers la fenêtre de son bien-aimé... Un tableau très romantique.


La Somnambule
Édouard Rosset-Granger - 1897
Christie's

Pour terminer en beauté ce petit tour du somnambulisme en peinture, voici un tableau qui, comme ceux de Füssli et de Millais représente une somnambule porteuse d'une source de lumière.

Flambeau dans la main de Lady Macbeth, bougeoir 'dont la chandelle a roulé à terre) dans celle de la jeune femme errant au bord de la falaise chez Millais, ici, dans cette peinture du français Édouard Rosset-Granger, c'est une lampe comme je les aime qui éclaire le visage de la somnambule.



Si vous en avez le temps et l'envie, dites-moi dans les échos si vous avez connu des cas de somnambulisme dans votre entourage.


©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2012

29 commentaires :

  1. Merci pour la balade et les explications.

    Les entreprises qui entretiennent les ascenseurs ont un personnel d'astreinte les dimanche et jours de fête.... Il faut rouspéter.... Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'astreinte ne fonctionne que dans le cas où une personne est coincée dans l'ascenseur en panne :(

      Bises et bonne chance avec le vôtre

      Supprimer
  2. pas d'ascenseur,pas de somnambulisme..mais ..à la fin de la semaine je vérifie ..si les cerisiers sont bien en fleur à la défense!! bises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À l'heure actuelle, le sol de la place de l'Iris doit être rose de pétales tombées.
      Bises et bon retour d'escapade.

      Supprimer
  3. Le corps en défense.
    La transition est inattendue et belle.
    Espère que tu es rentrée chez toi en bon état d'éveil et a su retrouvé ton chemin sans problème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le sommeil, les réflexes de défense du corps sont quelquefois annihilés par les fantaisies du cerveau...
      Aucun somnambule dans ma famille.

      Supprimer
  4. Il n'est pas très étonnant que déambule rime si bien avec somnambule ; les deux sont intimement liés... En tout cas, tes déambulations (puisque tu auras préféré plutôt que t'aventurer dans la nature sans défense, déambuler dans la Défense – pas complètement sans nature) nous auront valu un beau reportage photographique. Presque de quoi nous réconcilier avec ce quartier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut se rendre à La Défense pour juger de son intérêt.
      Lorsque remontant du RER, je débouche sur le parvis devant la Grande Arche, je suis toujours emballée par l'impression d'espace que procure les dimensions de cette vaste place bordée de tours.
      De plus, orienté est-ouest, l'endroit est toujours très ventilé. Ce qui donne l'impression, si ce n'est une réalité, de mieux y respirer.
      La dalle est un endroit strictement réservé aux piétons, les cyclistes n'y sont pas interdits de passage, mais très rares. En descendant vers l'Esplanade, bordée de platanes, il arrive même d'y rencontrer des joueurs de pétanque !

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup le tableau de Maximilian Pirner, la somnambule sur la corniche. Je doute qu'un somnambule allume une bougie ou une lampe a pétrole avant de déambuler, comme dit Bichel.
    Mon Chéri était somnambule quand il était enfant et il l'a été aussi au début de notre vie commune; cela s'est passé depuis.
    Mon frère aussi l'a été un peu.
    J'ai connu le quartier de la Défense quand j'étais môme. Il n'y avait que le palais des expositions dans lequel je suis allée assister à un spectacle, si je me souviens bien organisé, par les Pompiers de Paris.
    J'aime bien le funambule de bronze ; un peu moins les feux clignotants. J'aime beaucoup le carrousel et pas du tout l’araignée rouge.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme toi, Claude, j'aime beaucoup le romantisme de La Somnambule de Pirner. Et j'aime aussi le mystère de celle de Rosset-Granger.

      La Somnambule de Sir John Everett Millais me semble la plus vraisemblable. Elle a ramassé tout en dormant le bougeoir avant d'ouvrir la porte de sa maison et de s'aventurer au dehors, mais elle le laisse pendre au bout de son bras et son regard, perdu dans les brumes de son rêve, est celui d'une personne hypnotisée.

      Dans la mythologie, Hypnos est le père de Morphée dieu du sommeil. Cependant, Hypnos est aussi le gardien de la nuit, celui qui garde les yeux ouvert quand tout le monde dort. La relation entre hypnose et somnambulisme vient peut-être de là...

      Étant enfant, mon fils était somnambule et l'un des frères de mon mari aussi. Actuellement, il arrive que la fille de ma fille se lève dans son sommeil, alors que ma fille (contrairement à son frère) ne se levait pas en dormant... Comme quoi l'hérédité du phénomène, si hérédité il y a, est aléatoire.

      Bisous et merci pour ta fidélité

      Supprimer
  6. J'ai lu ton article... les yeux fermés !
    Signé :
    La somnambule globeuse !

    Biseeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les as-tu rouvert, globule somnambeuse ? :)
      Bises sooooooooomnooooooooooleeeeeeeeeeentes

      Supprimer
    2. Zzzz Zzzzz Zzzzz !
      Tien, j'suis dans l'grenier d'Tilia !

      Rebiseeeeeeeeees

      Supprimer
  7. Je n'aurais jamais songé que le quartier de la Défense était aussi riche en matière d'oeuvres d'art.

    J'ai vraiment beaucoup aimé votre somnambule surtout encadré, comme vous avez choisi de nous le montrer, par des fleurs de cerisier. Dieu seul sait quand elles sortiront ici avec la neige de cette nuit!

    En matière de somnambulisme, ma soeur l'était, enfant. Elle se levait, venait écouter un bout de télé avec nous, nous parlait, puis retournait se coucher, ne se souvenant strictement de rien le lendemain. C'est un drôle de phénomène...

    Je reviens vers Avignon demain, car j'ai beaucoup aimé les aquarelles que vous nous avez présentées, mais je n'ai pas été assez rapide!!!

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Marie-Josée, il y a beaucoup d'œuvres d'Art contemporain dans le périmètre de La Défense. J'en publierai certainement de nouvelles à l'occasion. En attendant, vous en trouverez deux autres dans mon poisson d'Avril de l'an dernier.

      Question somnambulisme, comme je l'ai dit plus haut à Claude, il y a quelques cas dans la famille de mon mari et parmi notre descendance. Mais le phénomène disparait à l'âge adulte et l'hérédité en est aléatoire.

      Bonne journée chez vous, Marie-Josée, et merci pour le lien vers le site de Jeff Curto (j'ai répondu à votre commentaire).

      Supprimer
  8. Merci Tilia pour ce petit tour à La Défense (Rroo le jeu de mots bateau lol), Je vois que La Défense se "chlorophylise" un peu, et s'expose lol (je sais qu'il y a "le Pouce" de César mais je ne sais pas où)
    Quand je l'ai vue pour la 1e fois il y a ..oops laalaa ! longtemps lol, j'étais étudiante, j'étais venue visiter un salon au CNIT, (la Fiac je crois...) j'ai cru débarquer sur une autre planète, j'ai eu soudain besoin de nature, de voir des arbres...et je suis très peu allée par la suite en cet endroit qui ne me parlait pas. Je suis passée la dernière fois en octobre 2007 en cette forêt de buildings, en revenant du Palais des Congrès, je n'étais pas au volant sinon je me serais perdue.

    Grâce à tes photos, il me charme d'avantage.

    J'adore la Somnambule d'Édouard Rosset-Granger ! Quelle merveille !
    J'adore venir me perdre dans ton grenier...
    Bisous et belle fin de semaine Tilia, bon rétablissement à ton mari (oh que c'est douloureux ces sciatiques ! c'est une véritable plaie)

    Bisous

    Nath.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Nathanaëlle !

      Deux heures à batailler avec Blogger qui ne voulait pas enregistrer mes réponses aux commentaires ! Je suis allée voir sur le forum, je n'était pas la seule, enfin c'est réparé. Je parie qu'il va y avoir des problèmes lors du passage obligé à la nouvelle interface annoncé pour Avril. Genre un big bug comme poisson d'Avril... En prévision d'une telle éventualité, je viens de sauvegarder mon grenier sur mon disque dur externe, on n'est jamais trop prudent.

      Oui, La Défense évolue, pas toujours en bien hélas ! Un projet pharaonique (des tours jumelles, quand on sait comment NY a perdu les siennes, c'est hallucinant) qui repose sur l'expropriation des habitants d'un immeuble qui ne méritait pas d'être détruit.
      Mais ce qui se trouve sur l'axe historique n'est pas désagréable, voir plus haut ma réponse à │∩│ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│∩│(alias "Avignon"). Enfin, ce n'est que mon avis.

      Si d'aventure tu venais à Paris, n'oublie pas de me faire signe :)

      Bisous Nath' et bonne fin de semaine

      Supprimer
  9. PS : la Voyante de Courbet fait presque peur, ce qui signifie qu'elle est totalement réussie.

    Etrange ce bassin de Takis...
    Quant au Carrousel, il est superbe !
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quant on voit son autoportrait de jeunesse, on se dit que le spectre de la folie a toujours hanté Courbet...

      Les feux clignotants du bassin de Takis ressemblent à des signaux ferroviaires posés sur l'eau. C'est pour cela que je les aime. Ça me rappelle les tableaux de Marc Halingre que j'adore.

      Les manèges aussi, j'adooooooore :)

      Supprimer
  10. Tu as trouvé l´ínspiration à la Défense

    RépondreSupprimer
  11. Coucou Tilia,

    Ah oui mais Marc Halingre, c'est joli... et très stylé. J'aime ! Je suis plus réservée quant au bassin de Takis, on se croirait dans un film de science-fiction des années 50, style "Robby le robot" lol :D Mais je n'ai pas dit que c'était laid... c'est juste bizarre, mais sympa lol. Je vois que tu aimes ce lieu, très venteux lol où, pour ma part, je manque d'air lol C'est vraiment une autre planète...lol Pour tout te dire, La Défense m'angoisse (je te jure que c'est vrai !)

    Un bug prévu sur Blogger ? Ah naaaaan ! grrrr J'ai pô de 2e disque dur.. J'avais essayé la nouvelle interface, tout est confus, je suis revenue à l'ancienne.
    Bon on verra bien...

    Surprenant cet autoportrait de Courbet, il a un petit clin d'oeil surréaliste. Il fait penser à ces caricatures du XIXe, avec des personnages en aparaissant en suspension dans l'air... Bien que je lui préfère le plus connu, celui que l'on appele "Le Désespéré", avec ce regard à fois étonné, inquiétant, candide et presque fou. Je le trouve totalement réussi, mais tous les autoportraits de Courbet retiennent l'attention. Ils sont relativement peu ordinaires. Le Desespéré est beau, sur les autres on voit un homme peu amène.
    Plus je reagarde cette somnambule, plus je la trouve réussie, elle fait vraiment peur... lol

    Merci Tilia, je te ferai signe, promis !

    Bisous et bon week-end
    Nath.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La sauvegarde de ton blog peut se faire sur ton disque dur, ça ne prend pas beaucoup de place (le mien ne dépasse pas huit mégas, ce qui est vraiment peu par rapport à la taille des disques actuels) même si le tien est plus ancien et "pèse" le double ce n'est vraiment pas grand chose.

      La manœuvre est simple : il suffit d'aller sur le Tableau de Bord et de cliquer sur "Paramètres", puis sur "Exporter le blog".

      "Importer le blog" c'est pour si le blog avait été endommagé et qu'on veuille le "recharger" sur le site de Blogger. Là, tu "exportes" une copie de ton blog du site afin de le télécharger sur ton disque dur. Attention à ne pas cliquer à côté, sur "Supprimer le blog" !!!

      Quand tu as cliqué sur "Exporter le blog", tu cliques ensuite sur "Télécharger le blog". Et puis tu indiques l'endroit de ton disque dur où tu veux enregistrer le fichier de sauvegarde (un document au format xml) que tu as téléchargé.

      Voila, c'est tout simple et ça te garanti en cas de crash chez Blogger. C'est comme une assurance "tous risques" pour ton blog. Mais il faut renouveler l'opération au moins une fois par mois, afin que ta copie de sauvegarde reste à jour.

      Bisous
      et arrête de regarder La Somnambule de Courbet, tu vas faire des cauchemar :)

      Supprimer
  12. Déjà merci pour les indications pour télécharger son blog, je n'y avais pas encore pensé !
    J'ai été somnambule une fois, m'a raconté ma mère et ma soeur aussi... C'est vrai on a aucun souvenir...
    Un billet instructif comme tu sais à chaque fois nous les présenter !
    La Défense que je ne connais pas du tout m'a bluffée !! Je ne pensais pas qu'elle était si "décorée" !
    J'aime beaucoup le dernier tableau !
    Très bon dimanche à toi ! Sans panne d'ascenseur j'espère pour vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours heureuse quand je peux rendre service. La sauvegarde du blog est une sage précaution.

      C'est mon ascendant Verseau qui me permet d'apprécier l'aspect un peu "futuriste" de certaines tours de La Défense, ainsi que les œuvres d'Art contemporain qui parsèment ce quartier.

      Excellent dimanche aussi chez toi, je t'embrasse

      Supprimer
  13. J'aime beaucoup toutes tes photos de la Défense, surtout celles du parvis avec des petits personnages, cela le rend plus humain. Et celle d'au-delà de l'arche tu savais qu'elle est alignée avec les 12 colonnes de Cergy (ou plutôt l'inverse, les 12 colonnes...)?
    Quant au portrait de la somnambule de Courbet, il me rappelle son auto portrait bien de face et non comme il est usuel de 3/4. Je n'ai pas hélas vu l'expo qui lui a été consacrée. Par contre je suis passée dans son "pays" dans le Doubs.
    Une somnambule ? Et bien moi lorsque j'étais enfant (encore) : je m'étonnais de ne pas retrouver au matin mes chaussons là où je les avais mis la veille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu avais des chaussons somnambules Ô_Ô

      Supprimer
  14. j'étais persuadée avoir laissé un message lors de mon passage ici! Tu as raison la somnambule de Courbet ferait faire des cauchemars. Elle a un regard flippant. Celle de Rosset-Granger est plus douce mais on ne sait pas trop non plus dans quel monde elle est partie. Celle de Fussli est bien Shakespearienne pleine de bruit et de fureur.
    Je me souviens d'une promenade à la Défense, musée à ciel ouvert. C'était il y a quelques années et j'ai l'impression que des oeuvres nouvelles sont apparues!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec Blogger, il arrive malheureusement assez souvent que les commentaires tombent dans les oubliettes... et rien à faire pour les récupérer, aucune trace nulle part :((

      Oui, il y a pas mal d'œuvres d'art contemporain à La Défense, une bonne soixantaine, je pense. Concernant leurs dates d'installation, elles sont mentionnées dans ce tableau.

      Supprimer