vendredi 30 mai 2014

À vous de jouer - 4



Chien dans un fauteuil
Alfred de Dreux - 1857
Musée de l'Ermitage, Saint-Petersbourg (notice)



Vu que le billet que je suis en train de vous concocter me prend plus de temps que prévu, c'est À vous de jouer.

Pour jouer, c'est tout simple, il vous suffit de dire dans les échos ce que ce tableau vous inspire.

J'attends vos commentaires avec impatience et je ne manquerai pas d'y répondre. Merci pour votre participation et à bientôt.




EDIT DU 30 MAI À 15 H 30

À la réflexion et renseignements pris, j'ai modifié la légende du tableau en remplaçant "carlin" par chien. Carlin correspond à Pug dog, titre indiqué dans la version en anglais du site du musée de l'Ermitage. Cependant, on peut s'interroger sur la pertinence de cette appellation, le chien dans son fauteuil ne ressemblant pas précisément à un carlin, mais plus visiblement à un dog argentin.

Quant au chien couché, c'est sans doute un lévrier espagnol, un galgo.

*****


Grand merci à Smaragdine pour m'avoir rafraîchi la mémoire en indiquant la vidéo ci-dessous




Effectivement, le tableau d'Alfred De Dreux illustre bien le sketch du grand Raymond Devos. Il n'y manque que Devos lui-même, couché aux pieds du fauteuil, à la place du lévrier !



©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2014

37 commentaires :

  1. Ce chien est super craquant ! Mais il faut voir dans son attitude celle d'un humain caricaturé (car l'autre toutou à ses pieds, joue, quant à lui, le rôle du chien). Ceci dit, les toutous peuvent prendre ce genre de positions, et même des minous! lol J'en ai vu ! lol
    Revenons à ce tableau. Il fait penser à un humain dont la panse est bien remplie, il somnole sur sa digestion, devant son petit cognac ou sa fine champagne, il a laissé tomber son journal, il va s'endormir... lol
    Ce que cela m'inspire, ben je ne sais pas, à cette heure-ci, je vais dire la zenitude lol
    Je reviens demain lol
    Bisous et bonne nuit/matin Tilia !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le toutou aux allures d'humain bourgeois XIXe siècle n'a aucun souci financier ni préoccupation d'autre ordre que celle d'entreprendre sa digestion lol Je suis revenue, mais je ne vois rien à ajouter lol
      Effectivement, il s'agit plus surement d'un dogue argentin, pas d'un carlin.
      Bisous Tilia et bel aprem !

      Supprimer
    2. En effet, j'ai vu des vidéos de chats dans cette position, mais plutôt sur un lit, voire complétement renversé sur un coussin :-)

      Question bourgeoisie, je pense que pour certains rien n'a changé depuis le XIXe siècle !

      Bisous et belle fin de journée, Nathanaëlle

      Supprimer
  2. une fenêtre ouverte sur le net... miracle...c'est moi en vacances... mais cette attitude de pitbull repu .. pas encore...
    un chien humain...superbe tableau! bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que tu aies trouvé une connexion pour voir ce billet.
      Belles fin de vacances, au fait, tu rentres bientôt ?..
      Bizzzz en attendant

      Supprimer
  3. Le bourgeois repu après avoir lu le Figaro, somnole dans son fauteuil, sa femme étendue à ses pieds. Le "peintre des chevaux" est-il aussi celui de la satire sociale ?

    RépondreSupprimer
  4. Le contraire d'une vie de chien.

    RépondreSupprimer
  5. Laquelle est la chienne ?
    Lequel est le chien ?
    Est-ce un couple homosexuel ?
    Prendront-ils de la bouteille ?
    Reviennent-t-ils du marché aux puces ?
    Est-ce que c'est écrit dans le journal ?
    Quelle angoisse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonnes questions !

      Pour moi le chien est dans le fauteuil, sa maîtresse à ses pieds :D

      Supprimer
  6. Je laisse la parole à Paul Verlaine:

    Monsieur Prud'homme

    Il est grave, il est maire et père de famille,
    Son faux-col engloutit son oreille, ses yeux
    Dans un rêve sans fin flottent insoucieux
    Et le printemps en fleurs sur ses pantoufles brille

    Que lui fait l'astre d'or, que lui fait la charmille
    Où l'oiseau chante à l'ombre et que lui font les cieux
    Et les prés verts et les gazons silencieux.
    Monsieur Prud'Homme songe à marier sa fille,

    Avec Monsieur Machin, un jeune homme cossu,
    Il est juste milieu, botaniste et pansu
    Quant aux faiseurs de vers, ces vauriens, ces maroufles,

    Ces fainéants barbus mal peignés, il les a
    Plus en horreur que son éternel coryza
    Et le printemps en fleurs brille sur ses pantoufles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Miss Yves pour ce brillant poème persifleur que je ne connaissais pas.

      Voilà qui rejoint l'opinion de Nathanaëlle et d'Alain.

      Supprimer
    2. Visiblement, Verlaine gardait un chien de sa chienne pour le bourgeois joufflu, repu, pansu , cocu
      -Carlin carliste convaincu -Arrêtons les rimes en "U":Turlututu!

      Merci pour tes liens que je mettrai en évidence pour un prochain et bref billet en l'honneur du 6 juin 44

      Supprimer
  7. Il y a donc plusieurs facons de mener une vie de chien? En voici une parfaite demonstration. Tu m'ouvres des horizons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a en a dans le midi de la France egalement, nous avions vu un documentaire lorsque nous etions aux US, a Nice je crois mais j'ai la flemme de chercherr... avec 10 minutes de promenade par jour, avec 20 minutes etc... avec os ou sans os, avec musique ou sans... etc...

      Supprimer
  8. Ce chien qui s'endort repu après un déjeuner trop arrosé...me semblait très représentatif...jusqu'à ce que je remarque l'autre chien regard baissé à ses pieds (pattes) avec un gros collier...sa servante ? sa "moitié" ? sa fille ?
    c'est ce second chien dans l'ombre qui me procure un malaise
    encore une belle énigme Tilia
    je t'embrasse sous un ciel incertain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec toi, Josette.
      De part sa situation, couché aux pieds du fauteuil, le lévrier est visiblement en état d'infériorité, voire de dépendance, ce qui est pénible à regarder.
      Sauf si on imagine, comme semble avoir voulu le montrer le peintre, un bourgeois confortablement installé dans son fauteuil avec son chien couché à ses pieds.
      Bises rapides dans un rayon de soleil fugitif

      Supprimer
  9. http://leschiensetleurshumains.wordpress.com/page/2/

    Une vision differente des carlins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien, Thérèse.
      L'histoire de Roosevelt est vraiment touchante.

      Supprimer
  10. Je suis un peu indécise entre il ou elle ? Certes en premier, je dirais que le carlin me fait penser à un gros pépère, satisfait de sa personne, qui vient de terminer un bon repas et qui entame sa petite sieste.
    Mais pourquoi pas elle, l'imposante bonne femme aux gros seins, de Dubout qui se trimbale son petit freluquet toujours bien habillé ?
    C'est assez étonnant cette toile, le peintre peignait presque toujours des chevaux, des attelages (je crois que c'est le logo de la maison Hermès inspiré par un de ses tableaux) et des lévriers.
    J'ai vu une autre toile où le lévrier est traité comme un prince (une princesse), se faisant faire un baise-main par un chien plus rustique, d'ailleurs très beau, où l'on pourrait inverser les rôles...
    Bon en tous les cas, je trouve qu'ils sont très mal assortis !
    Bravo encore pour ton billet qui m'amuse beaucoup.
    Je t'embrasse
    Danielle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu Danielle ! C'est tout à fait ça, la grosse matrone de Dubout qui tire son gringalet de mari comme un chien en laisse :-))
      Exact aussi pour les lévriers de De Dreux et le logo Hermès issu de l'un de ses dessins.
      Concernant le pince lévrier dont tu parles, je n'ai rein trouvé pour l'instant sur la toile. Je cherche encore et si je le trouve, je l'ajouterai au billet, ce serait un excellent pendant.
      Grand merci pour la pertinence de tes échos, Danielle, et pour ta fidélité.
      Je t'embrasse bien amicalement

      Supprimer
  11. Ce à quoi j'ai tout de suite pensé :D
    -->Mon chien c'est quelqu'un !!
    http://www.youtube.com/watch?v=uO3dXWZQDLY&list=PLORrHdtBkNZlb79zBdfPdemCgvUPS2hff&feature=share&index=22

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Génial !
      Mille mercis, je l'ai ajouté au billet :-)

      Supprimer
    2. Et merci à vous pour la découverte de ce peintre que je ne connaissais pas ;) :))

      Supprimer
  12. De suite en visionnant ce tableau me sont venues les paroles de la petite chanson suivante :

    "J'ai bien mangé, j'ai bien bu
    J'ai la peau du ventre bien tendue,
    Merci petit Jésus" !!!

    Biseeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut mieux dire ;-)

      Biiiiiiiiiiiiiiiiises, chère Christineeeeeeee

      Supprimer
  13. Drôles entre l'anglais et les français les traductions approximatives. "Promener le chien se dit "walk (marcher) the dog". J'avoue que "promener", qui est plus ludique, me plait mieux
    Si on n'est pas "chien" on peut songer au chat, comme celui du rabbin, qui parle (quand il le veut bien)

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Chat_du_rabbin

    A propos de soupe et de pâtée, je me souviens (lu ou entendu) de personnes mangeant la pâtée du chien. Triste n'est ce pas ? D'ailleurs cette nourriture est parfumée et colorée pour avant tout plaire au maître qui achète

    La ressemblance entre maître et chien qui apparaît dans le dessin animé "les 101 dalmatiens". Qui fait penser aux vieux couples (mari et femme ou soeurs) qui finissent par se ressembler.

    RépondreSupprimer
  14. Pourquoi le chien aime-t-il tant être dans le canapé plutôt que sur le tapis ? Pour monter dans la hiérarchie de la "meute" qu'est la famille. De même qu'il aime se mettre dans le passage, pour le contrôler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, Cergie ! j'ai lu plus d'une fois que le maître doit se comporter avec son chien en "mâle dominant" pour bien lui faire comprendre que c'est lui le maître et non l'inverse ;-)

      Quant à la promenade, c'est une manière pour le chien qui la demande de "faire marcher" son maître, au sens propre comme au sens figuré. En observant les promeneurs, on a quelquefois l'impression que c'est le chien qui promène son maître, ou sa maîtresse :-)

      Supprimer
  15. Coucou Tilia !
    Merci de tes passages chez moi.
    Touchant l'article d'Ariane. Ah ! La destinée des gens !
    Soldat combattant pour un jour, prisonnier pour des mois et pompier pour la vie ; la sienne et celle des autres.
    J'ai pleuré plus d'une fois devant mon écran. Cela me bouleverse de voir ces vétérans, leurs témoignages et ceux des civils.
    J'ai vu un des frères qui regardaient les ruines de Saint-Lô. Il a dit qu'il n'en voulait pas aux bombardements alliés, qu'il ne le pouvait pas, que quelque part il était américain. Snif !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je redonne ici l'adresse du billet d'Ariane à l'intention d'un(e) éventuel(e) lecteur-trice qui voudrait savoir de quoi on parle ;-)

      Bises de beau temps, enfin !

      Supprimer