dimanche 21 avril 2019

Cloches de Pâques


Matinée de Pâques
Maurice Denis - 1894
Musée Maurice Denis, Saint-Germain-en-Laye (notice)






Alleluia ! Cloches de Pâques !

C’est fini la semaine en larmes,
Le tombeau du Vendredi Saint,
Et le crucifix ceint
De violettes de Parme,
Et le plain-chant avec ses chants élégiaques !

Alleluia ! Cloches de Pâques !



Les cloches moururent un peu.
Était-ce aussi d’un coup de lance,
Comme leur dieu ?
Elles avaient dormi trois jours
Au tombeau du silence…
Chacune s’éveille à son tour,
Combien faible, combien pâlie
D’avoir été ensevelie ;
Et, comme d’un sépulcre, elle sort de sa tour !
Toutes chantent, ressuscitées,
Et l’aube en est plus argentée
À la place, dans l’air, où leur vol s’appuya…

Cloches de Pâques ! Alleluia !


Elles semblent en robes blanches,
Cloches qui s’endimanchent ;
Même celles des vieux clochers
Ont l’air d’avoir mis des tulles légers
Sur leurs jupes de bronze opaques.

Alleluia ! Cloches de Pâques !


Une procession s’organise dans l’air,
Déjà compacte et priante ;
Procession des cloches
Qui s’accélère :

Cloches qui sont des Communiantes,
Cloches comme des Croisés qui chevauchent,
Cloche grave comme l’Évêque sous le dais,
Cloches chantant comme des basses ;
Puis c’est un arrêt presque humain
De toutes les chantantes cloches en chemin,
Comme si les attendait,
À un carrefour de l’espace,
Un reposoir orné de tulle et de thuyas.

Cloches de Pâques ! Alleluia ! 


Ces cloches dans l’air balancées
Sont nos robes, d’enfant, recommencées,
Toutes les candeurs que nous avons eues
Mortes ― et ressuscitées,
Comme Jésus.
Ah ! notre vie ainsi ébruitée !
C’est le passé déjà si vague
Qui s’en revient, qui se rapproche ;
Et, dans notre âme aussi, ressuscitent des cloches…

Alleluia ! Cloches de Pâques !


Georges Rodenbach Le Miroir du ciel natal "Les Cloches" (extrait) 1898.









Bonnes fêtes de Pâques
à toutes et à tous





©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2019

20 commentaires :

  1. Passe de très belles fêtes de Pâques
    Amicalement
    Claude

    RépondreSupprimer
  2. bonne fête, signé ...la cloche :)))

    RépondreSupprimer
  3. Un beau poème et une très gracieuse illustration avec le tableau de Maurice Denis.
    Bon weekend.

    RépondreSupprimer
  4. des petits lapins en chocolat dans le jardin un jour de Pâques ensoleillé ont été retrouvé bien mal en point...
    de quoi avoir l'air cloche !
    Bonnes fêtes Tilia

    RépondreSupprimer
  5. J'ai visité le Prieuré il y a quelques années, j'y tenais, depuis longtemps car Maurice Denis, né à Granville, compte pour nous.

    RépondreSupprimer
  6. http://madeleinedines.com/?page_id=772

    RépondreSupprimer
  7. Le musée de Saint-Lô réunit le souvenir de Maurice Denis, de Madeleine Dinès et de Jean Follain .

    RépondreSupprimer
  8. http://www.saint-lo.fr/Culture/Musees/Musee-des-Beaux-Arts/Les-collections

    RépondreSupprimer
  9. Portrait de Jean Follain de Maurice Denis

    Jean Follain, enfant du pays, poète et magistrat de la Manche pose pour le maître. Madeleine Denis fille de Maurice Denis et épouse de Jean Follain offrit au musée ce tableau (huile sur carton) représentant le poète.

    RépondreSupprimer
  10. Une blancheur picturale si bien traduite, tout comme les comparaisons du poète.


    Elles semblent en robes blanches,
    Cloches qui s’endimanchent ;
    Même celles des vieux clochers
    Ont l’air d’avoir mis des tulles légers
    Sur leurs jupes de bronze opaques.

    RépondreSupprimer
  11. Revenant de Bruges le nom de Georges Rodenbach a sonné à mes oreilles. En pleine lecture de "Bruges la morte" un roman à la prose bien poétique. Coïncidence du moment. Il me serait difficile de trouver un extrait joyeux dans ce livre pour en citer quelques lignes...
    Joyeux lundi de Pâques, Tilia.

    RépondreSupprimer
  12. Coucou Tilia.
    La cloche, j’arrête de faire ou d’être...
    Bonne Pâques..
    Bonne semaine, A +

    RépondreSupprimer
  13. J'espère que tes Pâques se sont bien passées.
    Nous, nous avons pu déjeuner dans le jardin lundi avec la petite famille.
    Je ne sais ce qu'elle est devenue la grosse cloche de bétail avec laquelle mon Pépé sonnait le moment où il fallait aller chercher nos oeufs dans le jardin, là-bas dans le Berry.
    Belle journée et bises grises !

    RépondreSupprimer
  14. J'arrive un peu tard pour te souhaiter Joyeuses Pâques. Mais j'admire la composition de ton magnifique billet son tableau et son poème. N'ayant pas distingué Marie-Madeleine, dans un premier temps, j'avais pensé aux "saintes femmes au tombeau" de l'Evangile de Marc.
    Quelle jolie surprise de les voir transformées en communiantes face aux anges.

    Et puis ce beau poème de G. Rodenbach !

    Comme toujours, tu nous offres un moment de beauté.
    Merci Tilia !
    Bises pour une bonne nuit♥

    RépondreSupprimer
  15. Un peu tard pour te souhaiter de très belles Fêtes de Pâques, mais il est encore temps de découvrir ton très beau billet, pour découvrir cette très belle oeuvre de Maurice Denis et ces "Cloches" si joliment écrites.
    Merci Tilia !
    Bisous et pardon pour le retard...

    RépondreSupprimer
  16. Je ne suis pas encore allée au musée Maurice Denis à St Germains en L'Haye...
    Tu sais bien sûr le pourquoi des cloches qui partent à Rome, parce que pendant la semaine sainte elles se taisent. Lorsque j'abitais près d'un clocher, je ne les entendais de toute façon plus (et maintenant j'entends l'horloge du clocher de nos petites filles qui sonnent l'angélus, surtout le soir)

    RépondreSupprimer
  17. Étrange, je n'ai pas commenté ce message, pourtant à Paris j'ai pensé à toi.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer