jeudi 29 septembre 2011

Naissance d'Athéna

À force d'y réfléchir, j'ai fini par choisir un titre pour mon tableau numérique réalisée d'après la grande tache rouge de Jupiter. Si cela vous intéresse, allez lire les explications que j'ai rajoutées au bas de la page de mon billet.

Au cours de mes cogitations au sujet du titre du tableau numérique en question, j'ai rencontré deux œuvres d'art qui, selon moi, sont peu connues. Voici la première :

La naissance d'Athena
coupe à lèvre attique à figures noires
Céramique, Grèce, autour de 540 av. JC
voir la notice du British Museum

Pour voir d'autres vases représentant la naissance d'Athéna, cliquer ici.

détail de la coupe à lèvres du British Museum
crédit photo


Au sujet de la naissance d'Athéna, dans Les Mythes Grecs Robert Graves nous conte l'histoire suivante.

Zeus convoitait Métis, la Titanide, qui se métamorphosait constamment pour lui échapper jusqu'à ce qu'elle fût prise et rendue enceinte. Un oracle de la Terre-Mère déclara alors que l'enfant serait une fille et que si Métis enfantait de nouveau, le fils qu'elle porterait détrônerait Zeus, de la même manière que Zeus avait lui-même détrôné Cronos et que Cronos avait détrôné Ouranos. C'est pourquoi après avoir entraîné Métis vers sa couche avec de douces paroles, Zeus ouvrit brusquement la bouche et l'avala, et ce fut la fin de Métis, bien qu'il affirmât par la suite qu'elle lui donnait des conseils de l'intérieur de son ventre. Au bout d'un certain temps, un jour, se promenant sur les rives du lac Triton, il fut pris d'un mal de tête si violent qu'il lui sembla que son crâne allait éclater et il se mit à pousser de tels cris que le firmament entier lui fit écho. Hermès arriva en courant, il avait immédiatement deviné la cause des douleurs de Zeus. Il persuada Héphaïstos, ou, selon certains, Prométhée, de prendre son coin et son maillet et de faire une brèche dans le crâne de Zeus, d'où, poussant un cri puissant, jaillit Athéna tout armée.

Alors, quoi que vous ayez pu lire ailleurs sur la toile, ce n'est pas Athéna qui est sortie de la cuisse de Jupiter, c'est Dyonisos. Athéna, elle, est sortie du crâne de Jupiter.


Et la seconde œuvre d'art dont j'ai parlé au début de ce billet ? êtes-vous en train de penser...
Ce fut une belle découverte pour moi et je peux sans crainte qualifier ce tableau de chef-d'œuvre

Pallas-Athena (?)
Rembrandt - 1660-61
Musée Calouste Gulbenkian, Lisbonne (notice technique)
crédit photo

Si le titre du tableau est incertain, par contre l'appartenance ne fait aucun doute et vos appréciations seront les bienvenues.


©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2011

31 commentaires :

  1. Merci pour tout ce que tu viens de m'apprendre.... Passe une belle journée. Bises

    RépondreSupprimer
  2. Cette reproduction, quoique légèrement souillée, est nettement plus lisible.

    RépondreSupprimer
  3. La coupe est belle, le tableau est beau, mais alors ! la mythologie et moi, ça fait deux ! J'ai détesté apprendre, par exemple, l'Iliade et l'Odyssée.
    Tu vois, moi non plus, je ne suis pas sortie de la cuisse de Jupiter !!!

    RépondreSupprimer
  4. @ PATRIARCH

    Ce n'est pas moi qu'il faut remercier, je me contente de retranscrire les informations qui me sont parvenues d'une manière ou d'une autre ;-)
    Belle journée estivale et bises

    RépondreSupprimer
  5. @ COSTAR

    Merci pour le lien. C'est toujours difficile de trouver des reproductions dotées d'une netteté optimale. Les chinois sont champions dans ce domaine, c'est à se demander par quels procédés...

    Les fées de mon berceau ayant oublié d'inclure le pack langues'O dans leur cadeau, je ne me risque à visiter les sites en sinogrammes que très rarement.

    RépondreSupprimer
  6. @ CLAUDE

    Tu as bien raison de détester les mites au logis, elles ne sont bonnes qu'à nous manger la laine sur le dos. Il faut les exterminer sans pitié :D

    Ceux qui se croient sortis de la cuisse de Jupiter se prennent pour des dieux. On voit maintenant où va le monde à cause de l'outrecuidance de ceux qui le mène !...

    RépondreSupprimer
  7. @ │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ AVIGNON │ˉˉˉˉ│∩│ˉˉˉˉ│ & BRANDT


    Ton humour me met sous pression, moi aussi je me rends :D

    RépondreSupprimer
  8. Ca n'intéresse personne...juste pour dire que ma chienne s'appèle athéna...plein de sagesse et un esprit guerrier..

    RépondreSupprimer
  9. @ ELFI

    Détrompe-toi Elfi, apprendre que tu a une amie à quatre pattes, à la fois pleine de sagesse et de hardiesse, n'est pas sans intérêt pour moi ! Même si j'ai un faible pour les chats, les chiens aussi sont mes amis.

    RépondreSupprimer
  10. Coucou Tilia,

    Quand j'ai vu la coupe, je me suis dit "mais ce n'est pas Grec, c'est de l'Art Etrusque !" Effectivement, il y a un lien d'après la fiche du musée. J'aime beaucoup l'Art Etrusque, à la fois moderne, épuré, c'est presque contemporain. C'est incroyable. Quant au tableau de Rembrandt, je ne le connaissais pas, il est très beau, cela change de ses "girls" un peu potelées lol J'aime beaucoup cette Athéna dans ces tons cramoisis, presque sanguins, et bruns. Elle a quelque chose d'androgyne, plus jeune homme que jeune femme, mais bon, on peut accepter la déesse de la guerre (entre autres, car vue masculine par Rembrandt. Quant au titre, c'est bien Athéna et non Pallas, (mais là encore, on l'appelle aussi Pallas parfois...) pourtant Athéna est seule à porter le bouclier à la tête de Méduse. Elle est la déesse de la guerre, mais aussi celle de la sagesse, de la raison et de l’équité et de l'intelligence, (à la différence d'Arès qui incarne la sauvagerie de la guerre). Elle a aussi un lien avec les Arts qu'elle protège, à l'instar de son frère Apollon.

    Bisous et belle soirée,

    Nath.

    RépondreSupprimer
  11. @ NATHANAËLLE

    Le côté moderne de la coupe, c'est bien ce qui m'a ébahie quand je l'ai découverte. Cependant mes connaissances en matière de vases grecs sont bien loin d'égaler les tiennes. Reconnaître ce qu'il y a d'Etrusque dans cette coupe, waouuuh ! tu m'en bouches un coin. Je n'ai pas une appétence excessive pour l'Antiquité et, si Les Mythes Grecs contés par Robert Graves m'ont fascinée, pour Homére par contre, je suis à moitié comme Claude : l'Odyssée... super ! l'Illiade... bof ;-)

    Pour le titre du Rembrandt, on peut comprendre le doute du musée Gulbenkian, qui met un point d'interrogation derrière "Pallas Athéna". Contrairement à ce que tu as cru, le doute n'est pas sur le nom, mais sur le personnage représenté. Effectivement, comme tu le fais si justement remarquer, ce personnage est un peu androgyne. Or, quand on examine le casque, il n'y a aucun doute, la chouette ne trompe pas ; pas plus que le bouclier au serpent : c'est bien d'Athéna qu'il s'agit.
    Pourtant, ce site baptise Pallas Athéna "A warrior" !... La date qu'il indique ne concorde pas non plus avec celle du musée Gulbenkian, mais bon, on lui pardonne cette fantaisie car c'est (je crois) le seul site qui montre l'étendue quasi exhaustive de l'œuvre de Rembrandt.

    Bisous, bonne nuit si tu me lis sous peu et à tantôt

    RépondreSupprimer
  12. Je suis tombée dingue de l'Art Etrusque lors de mes cours d'Histoire de l'Art (j'ai été élève pendant 4 ans d'une Ecole d'Art pour tout expliquer) et l'an passé une des amies de mes amies, (cela fait unpeu "l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours" lol mais je la connais bien tout de même lol) est ancienne conservatrice du Musée de d'Art et d'Archéologie d'Aurillac, et j'ai assisté 3 fois à sa conférence sur Brugel et 2 fois à celle sur l'Art Etrusque, et j'ai encore appris, je ne m'en lasse pas. Quand j'ai vu les couleurs et le style de ce vase, j'ai vraiment cru qu'il était de la civilisation etrusque (ah toc lol pas loin !).

    Pallas était une amie d'Athéna, il me semble, une jeune fille adoptée par elle, mais elle la tua car elle avait tenté de s'attaquer à Zeus, mais Athéna regretta tout de même son geste (car Zeus etait apte à se defendre), c'est pourquoi elle lia son nom au sien, et que certains écrits citent le nom de "Pallas-Athéna". J'ai entendu parler aussi d'un homme nommé Pallas, c'est pourquoi je me suis dit que peut-être Rembrandt avait souhaité cet androgynie mais, les emblèmes d'Athéna sont là et surtout la tête de Méduse aux cheveux de serpents tuée par Persée sur son bouclier nous prouvent qu'il s'agit bien d'Athéna.
    Ah l'Odyssée...J'avais 10 ans lorsque je suis tombée raide dingue des aventures de Télémaque, Ulysse... Tout un monde s'est ouvert à mon entrée en 6e, c'était un peu la découverte de la SF de l'Antiquité ! Enfin les prémices de la SF ! lol
    Merci pour ce passionnant billet, comme tu sais nous les concocter.

    Bisous

    Nath.

    RépondreSupprimer
  13. Je ne vois pas pourquoi il faudrait tordre le cou à ces mythes fondateurs de notre civilisation, il faut simplement les situer dans leur contexte, l'avant démocratie en Grèce. J'ai toujours trouvé ces histoires très poétiques, malgré leur violence, celle de la naissance d'Athéna particulièrement. Pour ce qui est de Rembrandt je le place pour ma part en toute première position dans mon échelle de valeurs picturales, sans doute le plus grand peintre de tous les temps.

    RépondreSupprimer
  14. Belle photo qui nous plonge dans les comptes d'autrefois. La mythologie c'est aussi les histoires imaginaires qui ont cédé leur places aujourd'hui à d'autres beaucoup plus commerciaux genre Harry Potter :D

    RépondreSupprimer
  15. Comme Nathanaëlle, j'ai pensé à un vase étrusque comme ceux que j'ai admirés à Tarquinia en Italie et à Volterra et à Athène au musée...
    Quant à Pallas Athena je ne connais pas du tout ! C'est fou ce que j'apprends avec toi !
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  16. Une petite merveille cette coupe.

    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  17. Une tête bien pleine que la tête de Zeus l'Olympien.

    RépondreSupprimer
  18. Les mythes en fond de vérité ...l'homme et dieu , l'homme et la fascination de l'univers ...l'homme à la recherche ..

    RépondreSupprimer
  19. Ah!Rembrandt et ses clairs obscurs éclairés des brillances des métaux, cuirs et tissus ! Quel Maître !

    RépondreSupprimer
  20. Athena... J'imagine la statue un peu figée d'une guerrière, raide comme... la justice !
    Cette représentation ci est vraiment intéressante. Toujours le casque, mais plutôt une image d'apparat, comme celles des maréchaux de Napoléon, Murat et consort... Et une Athena féminine, mais aussi beaucoup plus ambigue. Une sorte de chevalier d'Eon dont les projets seraient pour le coup bien plus politiques et dont les desseins secrets seraient cachés bien à l'abri sous le fameux casque. Etonnant de voir comment chaque époque s'approprie les mythes anciens !
    Et une fois encore... "casque bas", Tilia, devant tout le travail d'investigation que vous faites !
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  21. @ NATHANAËLLE

    Absente ces jours derniers, me voici de retour.

    Merci pour le rappel de l'existence de Pallas, amie d'enfance d'Athéna, je l'avais un peu oubliée !
    J'ai ajouté un lien sur le nom d'Athéna dans mon billet, il ouvre un article très complet sur cette déesse et ses différents avatars.

    Bisous, à bientôt

    RépondreSupprimer
  22. @ FARDOISE

    Cent pour cent d'accord avec toi !

    RépondreSupprimer
  23. @DETAILS

    Tu as raison, certains épisodes de la mythologie grecque ne sont pas loin des contes des Mille et Une Nuits !
    Actuellement, je suis de nouveau plongée dans Autremonde, un roman de SF (en huit tomes) dans lequel les références à Homère ne manquent pas.

    RépondreSupprimer
  24. @ ENITRAM

    Tes voyages sont tout autant source d'étonnement et de connaissances.
    Bises et à bientôt (j'étais absente ces jours-ci)

    RépondreSupprimer
  25. @ ALBA

    N'est-ce pas !

    Bonne semaine Alba

    RépondreSupprimer
  26. @ JEANDLER

    Un peu fendu tout de même, le crâne de Zeus !

    RépondreSupprimer
  27. @ PAT

    Dans la mythologie, quand les hommes se prennent pour des dieux, les dieux ne tardent pas à les châtier.
    De nos jours, il n'est pas exclu que la Nature finisse par réagir de même.

    RépondreSupprimer
  28. @ DOMINIQUE

    Une découverte récente : Rembrandt par lui-même.

    Bonne semaine, Dominique

    RépondreSupprimer
  29. @ HAZLÓ

    Merci pour cette évocation tout à fait pertinente du Chevalier d'Éon. Pour la compléter voici une citation illustrée au sujet de la/le d'Éon :
    « ...la chevalière d'Éon consentit à soutenir, sous ses habits de femme, contre le fameux Saint-Georges, un assaut dont les gravures anglaises ont conservé le souvenir. » .
    Souvenir également immortalisé
    par Charles Jean Robineau pour la Couronne d'Angleterre.

    Concernant les attributions à Rembrandt, un billet des plus intéressant de mon ami scaphandrier.

    Encore merci, cher Hazlo, pour votre éclairage des plus passionnants.
    Bien cordialement

    RépondreSupprimer