vendredi 28 août 2020

Retour de vacance

 

La méthode Boscher

 

 

 

Le 10 juillet dernier ce blog a eu 10 ans mais je ne les ai pas fêtés. Une des raisons de ce non-anniversaire étant mon actuel manque d'énergie et d'enthousiasme, choses qui ne me faisaient pas défaut en 2010. La pandémie me sape le moral, pour moi c'est évident.



Méthode Boscher
(article de Wikipédia)



Enfin, l'approche de la rentrée des classes m'incite à sortir de mon inertie. Cependant je ne peux rien promettre pour la suite.
D'autant plus que Blogger risque de changer de présentation.
Si c'était le cas, il y a de très grandes (mal)chances pour que je ferme définitivement ce grenier.


Que mes ami-e-s ne voient surtout pas là un quelconque désintérêt pour leurs publications. Je continue à les suivre régulièrement, sans toutefois avoir le ressort nécessaire pour ajouter mon grain de sel. 

 

BONNE RENTRÉE À TOUTES ET À TOUS

 

P.S. dans le titre de ce billet, l'absence de "s" à vacance est volontaire. Je ne suis pas partie en vacances cette année. Par contre, depuis un certain temps je ressens comme une sorte de vacance (voire de vacuité) psychique.
Un effet du "co-vide" ? Je ne sais pas, toujours est-il que je ne suis pas la seule dans ce cas.

 

 

Souvenir d'enfance
Méthode Boscher, années 50

 

 

 

©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2020

 

21 commentaires :

  1. Coucou Tilia.
    Ben! dis donc tu as du mou dans tes Basquettes!
    N’arrête pas ton blog, ton grenier nous manquerait...
    Nous non plus nous ne sommes pas parti en vacances, ce qui la norme pour nous, nous évitons de partir quand tous les autres le sont laissons leurs l'espace, le temps des vacances est court, nous envisageons tout de même de faire une virée à la saison des châtaignes...
    Ce qui nous manque c'est notre voyage du printemps que nous n'avons pu faire et qui j'ai bien peur sera dans les choux même pour l'année qui vient ???
    Passe un bon weekend, A +

    RépondreSupprimer
  2. Un petit coup de spleen ?
    Ne nous prive pas du plaisir de ta présence sur le blog où c'est un grand plaisir de te suivre. Haut les cœurs et bizzzzzzzzzzzz

    RépondreSupprimer
  3. Des vagues de néant nous dévitalisent.
    Et soudain une étincelle nous épanouit.
    Cultivons le champ des étincelles.

    Grosses bises !

    RépondreSupprimer
  4. Chère Tilia, te revoilà ♥ Nous sommes tous et toutes à peu près dans le même état. Nos relations avec nos proches, avec nos amis sont devenus compliquées. Se tenir à distance des gens qu'on aime, ne pas serrer ses petits enfants dans ses bras, cela plombe la vie relationnelle, cela plombe la vie tout court.
    Mais "cultivons le champ des étincelles" je ne peux pas mieux dire. Pratiquons la politique des "petits pas" pour en retrouver une, d'étincelle. D'autres suivront. Ne nous laisse pas tomber !!

    RépondreSupprimer
  5. J'ai galéré au début avec la nouvelle version de blogger. Pour le moment ça va. Si je peux t'aider à débrouiller au besoin avec ce que j'ai compris, n'hésite pas. Miss Yves m'a sorti d'une galère avec les libellés. J'en avais une autre avec le format d'images. J'ai fini par trouver. Ne te laisse pas décourager si la nouvelle formule s'impose.

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Ton billet m'a donné l'occasion d'aller à la recherche (sur le net) de mon premier livre de lecture. Et je l'ai retrouvé ♥ "Le livre que j'aime" Librairie Istra. Les personnages : Jacqueline, son frère René, le bébé et le chien Miro.
    Une énorme affection pour ces premiers livres. Ils ont inauguré pour moi le plaisir de lire.
    Celui que tu présentes est plus récent il me semble. Il faut dire que je date :o)
    Je t'embrasse très fort.

    RépondreSupprimer
  8. Hello Tilia !
    je te comprends et je suis dans le même esprit quoi pour une autre raison car je me moque de ce virus, je reste prudente comme pour chaque épidémie mais je suis agacée par tout ce tapage médiatique entretenant la peur et non la sagesse;
    Ce changement de blogger est très désagréable et je délaisse les blogs me contentant de commenter si je peux car sur certains blogs la publication est refusée !
    pourquoi faire compliquer quand c'est simple si ce n'est faire tourner les "Intelligences" artificielles.
    gros bisous d'un ciel automnal.

    RépondreSupprimer
  9. Coucou Tilia ! Moi aussi je me demande depuis un certain temps si je ne vais pas arrêter de publier. Pour la nouvelle présentation de blogger on n'y va pas y couper. J'ai mis mon blog en vacances car moi je n'y étais pas 15 jours.
    Concernant le virus, suis comme Josette, tout ce tapage m'agace, il faut cependant faire attention et sortir couvert.
    Mon blog aura 14 ans le 26.09 et je cale au niveau publications. Quoi publier de nouveau ?
    Mes premières lectures de petiote ont été la Comtesse de Ségur.
    Si je vois que le nouvelle version me "gonfle", il se pourrait que j'arrête tout. En plus j'ai de moins en moins de lecteur, donc ...
    Courage pour la suite, ne te laisse abattre par cette cochonnerie de virus.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  10. Bonne rentrée Tilia, tu n'es pas la seule à ressentir cette vacance et ce "co-vide", je n'ai pas trop d'énergie non plus... Je n'ai pas fêté non plus les 10 ans de l'un de mes blogs (Blogger a déjà changé en interface, j'ai remis l'ancienne, je n'arrivais pas à ouvrir un nouveau billet, où est le bouton de commande ?) Je te souhaite une bonne continuation, garde le moral... Bisous 💖

    RépondreSupprimer
  11. Bon anniversaire de blog, avec du retard, mais le cœur y est. Il faut tenir bon !

    RépondreSupprimer
  12. Coucou Tilia
    Belle image ancienne pour cette rentrée"inédite", pour employer le "langage à la mode", qui m'agace (qui m'exaspère) autant que les sempiternels rappels à l'ordre infantilisants et ...muselants .
    (Même point de vue que Claude et Josette, peut-être encore plus radical)

    Je me suis adaptée sans trop de mal à la nouvelle version de Blogger et pourtant , je ne suis pas une as de l'informatique: donc si j'y arrive, tu peux y arriver! Ce serait dommage de renoncer.
    Je remarque que les auteurs utilisés dans cette méthode, Paul Arène, Jean Richepin, sont tombés dans l'oubli (en même temps que dans le domaine public) Vanitas vanitatis...Mais ne sombrons pas dans la mélancolie!

    RépondreSupprimer
  13. Je te comprend car je suis comme toi. Voilà la rentrée, tu vas avoir du boulot avec tes petits-enfants :)
    Bon mois de septembre et ne ferme pas ton blog, ce serait dommage.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  14. Je n'ai plus aucun souvenir de la façon dont j'ai appris à lire mais j'ai en mémoire que mon premier livre avait pour titre "mon ami l'électron". Véridique, je ne sais si j'y ai compris grand chose. Nous devions acheter nos livres en primaire et le jour de la rentrée je l'avais déjà lu entièrement. Je me souviens d'un personnage qui regardait son jardin qu'il trouvait magnifique. Tout jaune de boutons d'or. Ma maîtresse avait expliqué que c'étaient des mauvaises herbes (aujourd'hui on dit "adventices"). Je vivais en Côte d'Ivoire à l'époque alors les boutons d'or...
    L'histoire des oiseaux pépiant dans le blé me rappelle une volée bruyante de moineaux dans les graines d'un jardin de simples (basilic notamment) car les oiseaux sont surtout bruyants au printemps au moment de la reproduction, rivalisant de séduction puis ils se taisent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis désolée de lire que tu n'as pas le moral. C'est un fait que durant le confinement je n'ai pas fait tout ce que j'aurais eu le temps de faire, notamment virtuellement. L'après confinement est difficile à gérer en grande ville. Je me dis que les médias et le gouvernement en font un peu beaucoup pour nous effrayer et nous infantiliser. Beaucoup de nouveaux cas grâce aux tests gratuits, et pourtant peu de cas graves. Mon mari et moi avons été incités à avoir une consultation longue chez notre généraliste. Le but de la manœuvre était de parler avec lui de la façon dont nous avions vécu notre isolement. Très bien en ce qui nous concerne. Mais tout le monde n'a pas les même conditions de vie. Il ne faut en tout cas pas penser que ce n'est rien de ne pas se sentir bien mais tâcher de se faire aider, par une supplémentation alimentaire, une cure de lumière, des rencontres ?...

      Supprimer
    2. (mon comment suivant / nouvelle interface ayant été effacé, je le reprendrai plus tard)
      Bises Tilia !

      Supprimer
  15. Je me souviens de mon ou mes premiers livres de lecture:
    une adaptation du Merveilleux voyage de Nils Holgerson!
    L’épisode du tonte punissant Nils m’avait beaucoup impressionnée, de même que la description du jars voulant pincer les mollets de Nils!

    RépondreSupprimer
  16. L’autre livre, dont je n’ai jamais retrouvé le titre racontait l’histoire d’une vache qui quittait la ferme , à la suite d’une crise de jalousie, et les autres animaux se lançaient à sa poursuite.
    C’était une longue quête, très émouvante, pleine de mésaventures, mais qui faisait triompher l’amitié.

    RépondreSupprimer
  17. Ces deux livres n’étaient sans doute pas des livres de méthode, comme ceux utilisés au C.P.
    Sans doute des livres du CE1, mais j’en garde un .très vif souvenir.

    RépondreSupprimer
  18. J’ai également le souvenir de l’adaptation d’un conte ( polonais?) qui parlait d’un roi mélancolique parce qu’il vivait ds un pays de neige.
    Il rêvait de voir quelque chose qui fût d’un noir intense et aussi d’un beau rouge vif.
    Sur le point d’être marié, il refusait de recevoir sa fiancée, or celle-ci , disait le conteur, avait des cheveux d’un noir intense, et des lèvres d’un beau rouge vif...
    Les illustrations étaient étranges, très stylisées.
    .
    Malheureusement, je n’ai pas retenu le titre du conte.
    C’est curieux, ces impressions d’enfance aussi marquantes.

    RépondreSupprimer
  19. Les chats du grand-père mangent en même temps que le reste de la famille ! Tous les autres chats grignotent jour et nuit n'importe quand.
    LOL
    Tilia, je n'arrive pas à imaginer que la nouvelle interface de blogger puisse te rebuter. C'est un challenge que tu es tout à fait capable de relever, à condition que tu le veuilles. Ce n'est pas pire que d'apprendre à lire (ou à marcher, à parler) Hauts les coeurs !

    RépondreSupprimer