lundi 2 septembre 2019

C'est la rentrée !



Enfants allant à l'école sous un parapluie
Albert Anker - 1884
Huile sur toile, collection privée







L’arrivée à l’école
Jean Geoffroy - 1909
La Piscine, Musée d'Art et d'Industrie, Roubaix
lire le commentaire du musée







Dans la classe
Jean-Paul Louis Martin des Amoignes - 1886
Huile sur toile, collection privée







La Leçon
Norbert Gœneutte - 1876
Huile sur toile, collection privée







Schreibunterricht (exercice d'écriture)
Albert Anker - 1865
Huile sur toile, collection privée







En classe, le travail des petits
Jean Geoffroy - 1889
Musée National de l'éducation, Rouen







La dictée
Demetrio Cosola - 1890
Galerie civique d'Art moderne et contemporain, Turin







Le mot difficile
Jacques-Laurent Agasse - 1820
Huile sur toile, collection privée







Klassrumsinteriör (intérieur de classe en Suède)
Endis Bergstrom (1886-1950)
Huile sur toile, collection privée







Leçon de chant dans une école en Hollande
Max Silbert - 1907
Huile sur toile, collection privée







Schreibender Knabe mit Schwesterchen
Garçon écrivant avec sa petite soeur
Albert Anker - 1875
Huile sur toile, collection privée







Interrogés par l'Inspecteur
Friedrich Peter Hiddemann - 1859
Huile sur toile, collection privée







La sortie du lycée Condorcet
Jean Béraud - 1903
Huile sur toile, collection privée







BONNE RENTRÉE
à toutes et à tous




N'oubliez pas d'aller découvrir les cartables en bois
dans
le billet de rentrée de Nadezda






©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2019

24 commentaires :

  1. De bien belles oeuvres ! Un petit penchant pour la sortie du Lycée Condorcet de Jean Béraud, le chat du Mot Difficile et le premier tableau, les enfants sous la pluie. J'espère que tu as passé un été satisfaisant, malgré ces fichues canicules qui nous ont bien ravagés. C'est reparti pour de super billets découvertes comme tu en a le secret. Bonne rentrée Tilia !
    Bises et à très vite, je l'espère !

    RépondreSupprimer
  2. Bien que né bien plus tard, nous avons eu le privilège de connaitre ces sales de classe, qui sentaient si bon, nous marchions pour nous rendre à l'école en ce temps la, ça fait chaud au cœur de voir ces tableaux qui font remonter une multitude de souvenirs
    Amicalement
    Claude

    RépondreSupprimer
  3. Merci Tilia pour ces oeuvres illustrant la rentrée... Heureusement les écoles ont bien bien changé. Moins de blouses plus de joie, donc...

    RépondreSupprimer
  4. Coucou Tilia.
    Tous les thèmes sont dans ton grenier...
    Le seule limite ne semble être que ton imaginaire!
    Très bonne semaine, A +

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour , Merci pour ces souvenirs qui nous donnent l' impression d'être hors temps ..Nostalgies d'un temps heureux malgre tout
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. Jolies images d'un temps où l'école était une chance et un plaisir !

    RépondreSupprimer
  7. des tableaux parlant... ces longs pupitres avec les bancs on a connu Tilia ça nous parle si ce n'est les vêtements dans les années 1950 il n'y avait pas encore de changement !
    la rentrée était fin septembre après les vendanges etla récolte des pommes ... 3 mois de grandes vacances et l'année scolaire partait sans trop d'interruption !
    Je te souhaite une belle rentrée ensoleillée et heureusement enfin plus fraîche.

    RépondreSupprimer
  8. Chouette billet de rentrée!

    Que de changements du XiX ème au XXI ème siècle, si l'on s'attache à la valeur documentaire des tableaux:
    les salles de classe austères, le maître ou la maîtresse à l'air sévère ), mais l'inspecteur est bienveillant (scène comique avec le maître qui mime la réponse!) les blouses grises, la séparation presque constante filles/:garçons ,...
    Les joues roses des enfants,leurs expression attentives, lasses ou malicieuse sont bien rendues .

    Les deux premiers tableaux me font penser aux dessins de Francisque Poulbot, qui s'est sans doute plus intéressé aux scènes de rues qu'aux écoliers ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu t'en souviens sans doute, quand la visite de l'Inspecteur était annoncée les élèves pensaient tous qu'il venait pour contrôler le travail des enfants et tous étaient aussi inquiets qu'à la veille d'un examen.

      Or, l'inspecteur passe dans les classes pour contrôler les résultats du travail de l'enseignant, et non ceux des élèves. C'est l'enseignant qui est sur la sellette ;-)

      Quand aux blouses, de mon temps elles étaient bleues, et bien pratique pour éviter les taches d'encre (ou de peinture, dans une moindre mesure). Très utiles aussi pour gommer les différences vestimentaires entre enfants de familles plus ou moins fortunées...

      Supprimer
    2. Bien sûr, c'est ce qu'ont très finement caricaturé Sempé dans "Le petit Nicolas", ou Marcel Aymé dans un des contes du Chat perché,(Le Problème ) ou encore Antoine Blondin dans"Faut pas prendre les enfants di Bon Dieu pour des canards sauvages

      Supprimer
    3. Roses ou beiges selon les semaines.
      les différences sociales apparaissaient malgré tout, et cruellement , par d'autres indices (de distinction, comme l'écrit Bourdieu)
      Je ne regrette pas du tout cette époque.

      Supprimer
    4. Le Petit Nicolas, oui je vois. Mais il faudrait que je relise les Contes du Chat Perché, je ne me souviens pas de ce "Problème" !
      Quant à Blondin, le titre de son livre qui relate une inspection, c'est "Les Enfants du bon Dieu". Celui que tu indiques est le titre d'un film de Michel Audiard qui n'a rien à voir avec l'École (si ce n'est celle des apprentis malfrats :-))
      C'est à cause de son côté mauvais garçon que je n'ai jamais rien lu de Blondin. Il ne faut pas oublier qu'il a écrit dans plusieurs journaux d'extrême-droite de son époque, Rivarol par exemple.

      Moi non plus je ne regrette pas les années 50-60 ;-)

      Supprimer
  9. Coucou Tilia. Je suis une grande fan de Anker alors bien sûr, je me délecte avec le premier tableau, ces deux enfants sous cet immense parapluie. Mais j'aime aussi beaucoup le petit garçon qui sèche sur son livre avec le chat philosophe à son côté. La rentrée pour moi, c'était de grandes sources d'angoisse et je crois bien que je reproduis cela, à l'âge adulte, quand le dimanche arrive.... Bises alpines et bon mois de septembre.

    RépondreSupprimer
  10. Je pense à cette occasion que l'art de l'éducation devrait être aussi d'enseigner comment s'en débarrasser.
    N'est-il pas ?

    Je vous souhaite en tout cas d'avoir vous-même la fibre technologique ! (Ne jamais se précipiter et ne jamais rien faire par hasard !)

    RépondreSupprimer
  11. Ah ils sont débonnaires les deux petiots de la première image. J'ai ramené à ma Petite P des chaussures à lacet mais avec scratch dessus et fermeture éclair sur le coté. On n'a pas encore réussi à lui faire passer. Pourtant elles sont très joies, elles font bottines, sont en cuir noir avec des petites clous. On va peut-être aller avec les filles à Villefranche sur Saône mercredi après midi pour trouver un chausseur pour enfants... Car nous sommes de nouveau chez notre fille qui est en déplacement pour quelques jours à Glasgow... et elles n'ont pas chaussures à leur pied (trop petites)

    RépondreSupprimer
  12. Les petits paniers de la deuxième image, j'ai exactement le même à la maison. Il est jaune, pas très grand juste ce qu'il faut pour mettre les différents produits pharmaceutiques utiles lorsqu'on garde des enfants (anti piqûres, chutes, etc etc)

    RépondreSupprimer
  13. En cette rentrée (c'est aujourd'hui à Rome où vient maintenant Little Jo et Monsieur O) tous les journaux et magasines font leur une avec le sujet. Dans le Tgv hier j'ai lu l'article passionnant de "ça m'intéresse". L'école s'est bien démocratisée et la sortie du lycée Condorcet ne concerne plus forcément l'élite

    RépondreSupprimer
  14. Plus de rentrée pour moi bien sûr depuis bien longtemps, même dans le supérieur sauf celle de nos petits-enfants. Il y eu la dernière entrée en maternelle puis en primaire puis au collège, au lycée, en école... Lorsque notre dernier fils est parti à Montpellier je l'ai même envoyé seul par le train avec son sac alors que nous avions accompagné les deux autres l'un à Toulouse, l'autre à Bordeaux

    RépondreSupprimer
  15. J'ai connu la blouse uniforme avec ceinture de couleur différente suivant le niveau et aussi la robe à confectionner dans un tissu imposé. La couleur changeait chaque année, je me souviens du rouge glaïeul, j'ai aussi eu un bleu que mon père n'a pas nommé.
    Voir photo de classe ICI

    Bon début de semaine, Tilia

    RépondreSupprimer
  16. Très beau billet. Figure-toi que j'ai un billet sur la rentrée qui
    prépare :)

    RépondreSupprimer
  17. Très beau choix de tableaux, les enfants sont trop mignons, j'ai une préférence pour la dictée. Ce tableau me rappelle quand je suis arrivée en Belgique sans connaitre le français alors pour les dictées ma voisine m'aidait sous l'oeil approbateur de l'institutrice.
    Bisous Tilia et merci pour le lien :)

    RépondreSupprimer
  18. Mince, j'ai fait l'école buissonnière ! J'adore ton choix de tableaux ( mon préféré, l'arrivée à l'école) et suis bien contente que tu fasses référence à Jean Béraud, j'adore sa peinture. Peintre méconnu et pourtant si talentueux.
    La Dictée me plait bien aussi.
    Bises fraîches !

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour Tilia, j'ai été enchantée de découvrir que tu étais pêcheresse. Cela ne m'étonnes pas de toi
    :-)
    Et j'ai bcp aimé le truc de Louis de Funés, avec un amorçage aussi abondant je m'étonne que les poissons aient encore eu envie de mordre.
    Ma petite fille pêchait avec du maïs dont le reste de la boîte a été mis dans l'étang à la fin (on aurait tout aussi bien pu l'incorporer dans une salade).

    RépondreSupprimer
  20. (A l'époque de ces illustrations on ne parlait pas de classes surchargées. On trouvait de tout dans les classes et les petits minois expriment bien des sentiments : l'ennui souvent, la distraction aussi. Il y a même un petit coquin qui fait des frasques à l'inspecteur)

    RépondreSupprimer