jeudi 8 décembre 2022

Les nouveaux Charlez - 2


Détail d'un tableau de Maurice Charlez
(sans titre)
 


Parmi les huit tableaux de Charlez transmis par l'antiquaire mentionné dans le billet "Charlez" précédent, j'ai réussi à en localiser certains, dont celui ci :

Localisation du tableau de Charlez
depuis l'impasse parallèle à celle du mur du cimetière
(photo Street View - Google)


Pour avoir (grâce à Street View) déjà pas mal tournicoté dans les ruelles de la ville d’Auch, notamment lorsque je cherchais l'entrée du lycée dans lequel Maurice Charlez a enseigné durant une bonne trentaine d'années, j'ai reconnu sans hésiter le chevet de la cathédrale Sainte-Marie d'Auch, ainsi que la tour d'Armagnac, dans ce nouveau tableau de Charlez.




Après quoi, il ne me restait plus qu'à localiser l'endroit où le peintre a posé son chevalet. En prenant mon temps j'y suis parvenue, non sans quelques difficultés !

C'est le long du mur Est du cimetière de la ville d'Auch :

photo Street View (Google)
cliquer sur ce lien pour accéder au site

Comme on peut le voir sur la photo Street View ci-dessus, environ un siècle après les deux grands arbres du tableau de Charlez, ce cèdre et ce cyprès plantés le long du mur du cimetière, ont survécu.




Par contre, l'arbre (ou l'arbuste) à grandes fleurs blanches, qui sur le tableau s'épanouit derrière la barrière de la haie clôturant le jardin de la propriété voisine du cimetière, cet arbre (ou arbuste) semble avoir disparu.
Si par hasard quelqu'un(e) connait son nom je serais heureuse de l'apprendre, car pour l'instant je ne l'ai pas encore trouvé. À défaut, j'ai pensé à un robinier faux acacia en pleine floraison, mais les sortes de grappes rouges me posent question...

Le long de la partie haute du mur du cimetière, il semblerait qu'une partie de cette haie existe toujours. Rien ne prouve qu'il s'agisse de la haie qui longeait le mur du cimetière à l'époque de Charlez, mais j'aime à le penser.



photo Street View (Google)
cliquer sur ce lien pour accéder au site


Enfin, pour que tout soit bien clair, j'ajoute ci-dessous un petit plan récapitulatif à l'attention des personnes intéressées.


Une partie du cimetière d'Auch et ses alentours
photo satellite (google)



Si vous avez des question n'hésitez surtout pas à les formuler dans les commentaires, j'y répondrai avec plaisir dans la mesure du possible.





©VesperTilia, échos-de-mon-grenier 2022


24 commentaires :

  1. Je souris de plaisir de voir aboutir une nouvelle enquête !
    C'est fascinant de voir ainsi la transformation d'un paysage et de constater en même temps, l'émouvante longévité du cèdre et du cyprès ♥♥
    Probablement Lucie saura te renseigner quant à l'arbuste fleuri :-)
    Bises toutes fraiches et ensoleillées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme toi Fifi, je suis toujours heureuse de voir les êtres et les choses du passé persister malgré le poids des ans.
      Bonne fin de semaine sous le soleil ♥☼♥
      Bises bien fraîches, mais grisounettes par ici

      Supprimer
  2. Quelle enquête ! bravo pour le résultat ta patience et ta ténacité sont récompensées. Les fleurs et les champs ont disparus, le charme du tableau me plait beaucoup.
    Je pense bien à toi Tilia,
    bises fraîches et bien tristounettes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le compliment. J'essaie de rester dans ma ligne, même si le temps passe trop vite à présent.
      Les champs ont disparu, remplacés par des maisons entourées de grands jardins, ce qui ne nuit pas trop au paysage.
      Moi aussi je pense souvent à toi, et je te souhaite une bonne fin d'automne, même si dans notre contrée l'hiver est en avance sur le calendrier.
      Bises bien fraîches, mais néanmoins chaleureuses

      Supprimer
  3. Coucou Tila.
    Tu as du sortir de ton grenier pour trouver ces lieux...
    Un grand bravo !
    Passe une belle journée, A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Daniel,
      Mon grenier à la chance d'avoir des lucarnes donnant sur toute la planète ;-)
      Belle fin de semaine par chez toi en attendant l'arrivée de l'hiver.

      Supprimer
  4. J'ai mis un peu de temps avant de comprendre, confondant au départ l'église du cimetière avec la cathédrale !
    Mais oui, il était là.
    Pour l'arbuste en fleur blanches et fruits rouges, si ce n'est pas un délire de peintre, je propose le viorne "boule de neige" bien que je reste très dubitatif quant à la présence simultanée des fleurs et des fruits...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a peu de chance que ce soit "un délire de peintre". Parmi les "Charlez" que j'ai déjà publiés et ceux qui restent à venir, aucun ne prend de liberté avec la réalité, au contraire ! Une de ses peintures représentant une ruelle d'Auch le confirmera un peu plus tard.
      Quant à l'arbuste en fleurs, ton idée est bonne Michel, mais les feuilles de la viorne "boule de neige" ne correspondent pas. Dans la même famille, plutôt que la viorne Obier, je pense à la viorne odorante (Viburnum odoratissimum) dont les fructifications forment des grappes triangulaires. Ou bien, à la Viorne tin, alias laurier tin...

      Supprimer
    2. Tu écrivais ne pas connaître cet arbuste, il n'en est rien : la viorne odorante est convaincante !

      Supprimer
  5. Difficile de rester informé, Blogspot ne trouve pas mon compte Google avec Chrome o.O !
    Mais Opéra, oui !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Tilia,vous êtes une véritable Sherlock Holmes avec moults détails et le "street view" sans oublier le rappel historique qui fait du bien pour compléter la présentation des tableaux de Charlez n'ont à présent presque plus de secret pour nous .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jerry, je fais de mon mieux, comme toujours :-)

      Supprimer
  7. Bonsoir Tilia, les arbres poussent lentement, ils vivent longtemps pour certains mais peuvent disparaitre soudainement. L'arbuste aux grosses fleurs blanches selon moi est un sureau noir tout simplement. C'est un arbuste qui se rencontre très souvent, pas seulement en campagne mais aussi près des maisons car il porte bonheur et est plein de vertus. Ce qui m'intriguait était le concomitance des baies et des fleurs mais j'ai trouvé ce site très instructif
    En situation j'ai montré deux messages avec sureau sur Cergipontin. En voyant les photos, tu diras "bon sang, mais c'est bien sûr !"

    RépondreSupprimer
  8. Laurier tin et viorne odorante ne sont pas des arbustes vernaculaires dans nos régions. De nos jours on les acclimate. J'ai beaucoup de pieds de laurier tin et ils donnent des fleurs assez discrètes et des baies charnues mais discrètes aussi. Les ombelles ne mesurent guère plus que 5 cms. La viorne odorante j'en ai deux chez moi et une en bordure de mon terrain chez la voisine. Les fleurs apparaissent au printemps avant les feuilles et les baies sont insignifiantes. C'est un arbre merveilleux pas sa précocité et son parfum. J'envisage d'en offrir un pied à mon fils. Ces deux arbustes sont d'un port dressé assez raide, ils ont des petites feuilles vernissées.
    J'en ai montrés sur "Jardin de Marguerite (blog endormi) :
    VIORNE
    LAURIER-TIN
    Tu pourras juger par toi même.
    Et bien cela me donne l'envie de réveiller ce blog car il rassemble des souvenirs que l'on oublie et qu'on est content de retrouver (je parle pour moi).
    Un gros bécot à toi en ces derniers jours qui raccourcissent encore. Je sais que tu aimes la nuit mais moi elle m'engourdit.
    Joyeux Noël !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grand merci, Cergie, pour tes suggestions concernant le buisson fleuri sur ce tableau de Charlez. Le sureau serait effectivement convaincant sans ses grappes rouges, que je ne vois pas dans tes exemples, sûrement pour la simple et bonne raison que les baies rouges succèdent aux fleurs et n'apparaissent pas ensemble. Seul Charlez pourrait nous dire ce qu'il en est, mais il est bien trop tard pour l'interroger !

      Bises et bonne fin d'année

      Supprimer
  9. Merci de poursuivre ton travail d'enquête. Cela me rappelle la découverte de peintres du Vaucluse dont l’œuvre était restée secrète, mais dont on connait mieux la vie par contre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Fardoise, comme tu le sais j'aime énormément tous les "petits maîtres" du Vaucluse. Il me reste d'autres tableaux de ce peintre à publier, ce sera après les fêtes.

      Supprimer
  10. Je suis à 30 km d'Auch et je ne connais pas du tout ce peintre ! La cathédrale d'Auch est très belle et l'arbuste dont tu cherches le nom ne serait il pas un sureau ? Bonne soirée et à bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas étonnant, Enitram, que tu ne connaisses pas Maurice Charlez : il est originaire du Nord et, si il a enseigné le dessin au lycée d'Auch durant une trentaine d'années, par contre ses tableaux sont peu nombreux et vu qu'il n'a jamais cherché la renommée, ses œuvres demeurent cachées dans des collections privées, n'apparaissant en public que peu de temps lorsqu'elles sont mises en ventes par les commissaires priseurs.
      Bises et bonne fin d'année

      Supprimer
  11. Oh lala Quelle enquête ! C'est toujours aussi passionnant de te lire ! Bravo Tilia (c'est Nathanaëlle - je ne peux toujours pas poster en étant identifiée, c'est dingue Blogger ! )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nathanaëlle, suis ravie de voir que tu trouves mon travail passionnant. Blogger est bien pénible depuis sa nouvelle présentation des commentaires :-(

      Supprimer
  12. Coucou. Tu es incroyable de ténacité. Il fallait penser à Street view pour déterminer où le peintre s'était installé pour peindre! Malgré de nombreux changements, il est bon de se rendre compte que certaines choses restent presque immuables, comme cette tour et cette cathédrale qui ont traversé les siècles. Finalement, nos existences ne sont que peu de choses. Bises alpines et belle dernière semaine avant Noël.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La ténacité, chère Dédé, fait partie des qualités des natifs du Capricorne ;-) Street view est un outil formidable, sans lequel je n'aurais pas pu identifier les lieux dans lesquels Maurice Charlez a posé son chevalet pour certains de ses tableaux (ceux qui représentent des édifices suffisamment connus).
      Bises des Yvelines sous la pluie (depuis que le gel a lâché l'affaire !)

      Supprimer
  13. Que d'investigations menées à bien! Le résultat, comme toujours est très impressionnant .

    RépondreSupprimer